Un demi-million d’enregistrements musicaux ont été perdu dans l’incendie des studios Universal en 2008

Article publié le 14 juin 2019

Photo : Eminem.
13/06/2019.

Une enquête publiée par le New York Times Magazine révèle l’ampleur de la catastrophe qu’avait jusqu’alors tenté de dissimuler la compagnie.

Il aura fallu plus de dix ans pour s’en rendre compte. Ce mardi 11 juin, dans un article intitulé « Le jour où la musique a brulée » publié par le New York Times Magazine, le journaliste Jody Rosen révèle qu’environ 500 000 enregistrements musicaux sont partis en fumée dans l’incendie qui, le 1er juin 2008, ravageait un entrepôt d’Universal Studios, à Hollywood. À l’époque, l’entreprise assurait que la catastrophe avait seulement détruit un plateau de tournage utilisé pour Retour vers le futur, l’attraction King Kong du parc à thème ainsi que de vieilles archives cinématographiques.

Mais après avoir mené une longue enquête et en s’appuyant notamment sur un rapport confidentiel réalisé en interne par Universal en 2009, Jody Rosen dévoile une toute autre réalité pour le moins dramatique. Car dans le rapport en question, les studios Universal dressent eux-mêmes un constat édifiant et reconnaissent qu’il s’agit là de la perte d’un «héritage musical énorme ». Parmi les centaines de milliers d’enregistrements audio réduits en cendres figurent en effet de nombreux masters, soit des originaux extrêmement fidèles et parfois uniques à partir desquels sont créés vinyles, CD ou MP3.

Des stars des années 40 à celles d’aujourd’hui en passant par un très large nombre de musiciens moins célèbres voire oubliés, la liste des artistes touchés semble interminable. Billie Holiday, Louis Armstrong, Aretha Franklin, Ella Fitzgerald, Judy Garland, Ray Charles, mais aussi Elton John, Sting, Guns N’ Roses, Iggy Pop, Nirvana ou encore Sonic Youth, Snoop Dogg, Queen Latifah, Eminem… dans le plus grand secret, c’est la disparition d’un pan entier de la culture et du patrimoine musical qu’a tenté de dissimuler Universal, pour éviter tout scandale.

Photo : l’incendie d’Universal à Los Angeles, le 1er juin 2008.

À l’heure du tout digital, on pourrait avoir du mal à saisir l’ampleur et l’importance des dégâts, d’autant que pour tenter de minimiser les fait, Universal avait également affirmé non sans mentir que la musique avait été numérisée. Mais comme l’évoque le producteur Andy Zax dans les lignes du New York Times : « Il n’y a pas besoin d’être Walter Benjamin pour comprendre qu’il y a une grande différence entre un tableau et la photographie de ce tableau. » Qu’elles appartiennent au gospel, au blues, à la soul, à la pop ou au disco, nombreuses sont les chansons que l’on n’entendra plus. Et il est probable que les musiciens dont les masters ont été calcinés n’en aient pas eu la moindre idée, souligne l’article.

Suite à sa publication, l’entreprise a d’ailleurs réagit en dévoilant un communiqué dans lequel elle revient sur l’événement qu’elle qualifie de « profondément malchanceux ». Elle y conteste également les affirmations avancées par le journaliste, affirmant sans toutefois avancer de preuves que l’enquête « contient de nombreuses inexactitudes, des déclarations trompeuses, des contradictions et des malentendus fondamentaux quant à l’ampleur de l’incident et des personnes concernées. »

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Antidote s’empare des nuits parisiennes

Antidote a le plaisir d’annoncer qu’à partir du 29 septembre, nous organiserons une soirée chaque jeudi soir au nouveau club underground Carbone. 

Lire la suite

Rencontre avec la rappeuse Rico Nasty : « Ma musique est une ode à l’affirmation de soi »

Rappeuse, queen cyberpunk, icône pop : Rico Nasty incarne tellement de personnages dans ses clips que l’on en vient à ne plus savoir qui elle est réellement. Éléments de réponse à l’occasion de la sortie de sa nouvelle mixtape, Las Ruinas, qu’elle considère volontiers comme son « projet le plus intime ».

Lire la suite

Nathy Peluso : « La musique, c’est de l’entertainment : il faut permettre aux gens de s’amuser »

Souvent comparée à Rosalía, la chanteuse et rappeuse argentine de 27 ans Nathy Peluso sort grandie de ce rapprochement avec l’interprète du tube « Malamente », avec laquelle elle partage sa langue maternelle et une liberté de ton mais dont elle parvient à se démarquer grâce à ses influences hip-hop, jazz ou salsa et sa faculté à incarner différents personnages. Jeune femme charismatique, enthousiaste, qui assume son corps et compose des morceaux festifs taillés pour surmonter la grisaille du quotidien, Nathy Peluso dispose d’une énergie communicative, que ce soit sur la scène du festival We Love Green sur laquelle se produisait récemment ou à travers ses clips à l’esthétique ultra-léchée. Sa musique, quant à elle, est aussi envoûtante que son regard vairon. Rencontre.

Lire la suite

Charli XCX : « Mon revirement actuel est sans doute le plus extrême que j’aie jamais fait »

À l’occasion de la sortie de son cinquième album, CRASH, en mars 2022, la chanteuse britannique Charli XCX a dévoilé une nouvelle persona à la fois sombre et sensuelle, réaffirmant sa capacité à se réinventer. Dans cette interview, elle revient sur son évolution artistique et son détachement du courant hyperpop, évoque sa relation contrastée avec ses fans et explique comment l’autodérision lui a permis de se protéger au cours de sa carrière.

Lire la suite

Yanis : « En tant que personne trans, on n’a peut-être jamais eu autant besoin d’être des porte-drapeaux »

À 33 ans et après cinq ans d’absence, YANIS fait son grand retour avec un EP, Solo, où iel évoque son coming-out trans non-binaire, la relation conflictuelle avec son père et le besoin presque vital de n’écouter que ses obsessions, artistiques et personnelles. Autant de thèmes sur lesquels iel revient le temps d’une interview guidée par la sincérité, menée à l’occasion de la sortie de son nouveau projet musical, ce vendredi 25 février. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.