Marc Jacobs lance sa nouvelle ligne, THE Marc Jacobs

Article publié le 31 mai 2019

Share :

Photo : Campagne THE Marc Jacobs.
31/05/2019

Au programme : des rééditions de pièces emblématiques issues des archives, une large sélection d’accessoires et des collaborations avec des personnalités proches du designer, comme l’actrice Sofia Coppola ou le photographe Juergen Teller.

Quatre ans après avoir abandonné sa ligne junior Marc By Marc Jacobs, le designer américain vient de lancer THE Marc Jacobs, une toute nouvelle marque dont le nom fait écho à celui de son compte Instagram. Disponible depuis jeudi 30 mai, cette nouvelle ligne « à l’opposé des collections existantes » présentées lors de la Fashion Week de New York se veut plus accessible et se divise en trois catégories. La première, baptisée « M-Archives », s’inspire de l’univers des friperies et surfe sur la vague des vêtements vintage en proposant des rééditions de pièces emblématiques, exhumées des archives ou récurrentes dans le travail de Marc Jacobs. Ainsi, on retrouve un sweat à capuche en cachemire, des robes prairies, des pantalons en velours côtelé évasés ou encore les fameux pulls à larges rayures horizontales. Ces derniers rappellent la collection grunge dessinée en 1993 par Marc Jacobs pour le label Perry Ellis, également rééditée en novembre dernier, et pour laquelle il avait été renvoyé. 

Intitulée « Trade-Marc » selon un jeu de mot qui reprend l’humour des produits autrefois estampillés Marc By Marc Jacobs (en anglais « trademark » signifie « marque déposée »), la seconde catégorie de THE Marc Jacobs se compose quant à elle de stickers, d’écussons thermocollants, de porte-clefs, de casquettes, de chaussettes ou encore de t-shirts de baseball. Autant d’accessoires et de goodies fun qui caractérisaient déjà les collections de Marc By Marc Jacobs, autrefois dessinées par les stylistes britanniques Luella Bartley et Katie Hillier et lancées pour la saison printemps-été 2001.

Photo : Campagne THE Marc Jacobs.

Enfin et surtout, THE Marc Jacobs propose une série de vêtements résultant de collaborations entre Marc Jacobs et des personnalités ou labels qu’il affectionne particulièrement. On retrouve ainsi des pièces estampillées des œuvres du photographe allemand Juergen Teller, tandis que d’autres mettent en scène les différents personnages du dessin animé Snoopy et les Peanuts, ou transposent le nom du créateur dans la célèbre typographie imaginée par le graphiste Milton Glaser pour le logo du New York Magazine. Amie de longue date et muse de Marc Jacobs, qui en a fait plusieurs fois son égérie – notamment pour son parfum Daisy ou encore chez Louis Vuitton, où il a été le premier à dessiner les collections de prêt-à-porter féminines de la marque dès 1997 -, la réalisatrice Sofia Coppola a également été invitée à participer au projet THE Marc Jacobs en choisissant ses pièces préférées, comme une chemise à lavallière en soie, ensuite regroupées sous l’appellation « Sofia Loves ». Alors que la marque a connu des difficultés financières ces dernières années, l’obligeant à fermer plusieurs de ses boutiques, il semblerait que THE Marc Jacobs ouvre un nouveau chapitre plus prospère et inaugure une nouvelle ère. 

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »