Staz Lindes : La nouvelle muse fascinante de Saint Laurent

Article publié le 31 décembre 2015

Photographe : Hedi Slimane
Texte : Violaine Schütz

Après Julia Cumming, Grace Hartzel, Ruth Bell et la chanteuse de Cherry Glazerr, Hedi Slimane a le chic pour dénicher d’inspirantes muses incarnant à la perfection l’époque et son désir d’authenticité et de rock’n’roll. La nouvelle en date, Staz Lindes est musicienne, mannequin et fille de, donc elle a déjà tout d’une grande. Présentations.

En août dernier, Hedi Slimane déclamait à Yahoo à propos de ses muses : « Je poursuis toujours le même personnage – une énergie spécifique, une créativité, une individualité – il ne s’agit jamais de beauté classique, ce n’est pas quelque chose qui m’émeut. Je cherche toujours des personne singulières, un sens de la réalité, des personnalités fortes, parfois mélancoliques et un style personnel. » Sur son diary personnel, il vient de poster une série présentant sa nouvelle « égérie », Staz Lindes et elle correspond parfaitement à cette quête. Mannequin et guitariste du groupe The Paranoyds, Staz a défilé pour le défilé printemps-été 2016 de Saint Laurent et représente tout ce qui fait l’attrait de la maison. Comme toutes les it girls en puissance, c’est une fille de. Avec son frère Misha (qui pose aussi sur le journal d’Hedi et chante dans le groupe Sad Girl), ce sont les enfants d’Hal Lindes, le guitariste de Dire Straits. La musique dans les veines, en somme. Ce qui explique peut-être pourquoi, sur le show de Saint Laurent, Staz attirait tous les regards en slip dress pailletée, diadème et bottes de pluie, quelque part entre Courtney Love et Kate Moss à Glastonbury. Les clichés de Slimane confirment son aura : boudeuse, cernée, ultra lookée dans son blouson de cuir badgé (elle ne porte pourtant pas de Saint Laurent sur la série) et sensuelle, elle possède tous les attributs de l’égérie rock, de la crinière blonde à la bouche pulpeuse en passant par le regard triste. Elle aurait pu facilement dans les années 1970 être l’une des groupies sublimes qui devenaient les sujets de chansons des plus grands groupes du moment. Mais la top a aussi quelque chose de grunge 90’s dans l’attitude et l’innocence d’une lolita des années 1960 façon Bardot. C’est dire si elle ira loin…

Découvrir Staz sur son Instagram : instagram.com/yostazyo

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.