Pourquoi il ne fallait pas rater la réouverture de la boutique Valentino à Paris

Article publié le 28 septembre 2019

Share :

Texte : Maxime Retailleau.
Photos : Julien Bernard.

Valentino et Antidote ont célébré la réouverture de la boutique de la maison italienne, située au 273 rue Saint-Honoré, lors d’un cocktail notamment marqué par un live de Cléa Vincent ainsi qu’un DJ set de Clara Benador et Lukas Ionesco.

Jeudi 26 septembre vers 20h, la chanteuse de chill-pop Cléa Vincent s’empare du micro installé au sein de la boutique Valentino du 273 rue Saint-Honoré, avant de faire résonner ses paroles féministes dans l’espace récemment reconfiguré du flagship : « On ne m’a jamais dit : petite fille, sois gentille / Je ne suis pas une poupée fragile / Mais une femme des années 2000 ». Ouvert en 2014 et alors dédié à l’homme uniquement, il a été repensé par l’architecte britannique David Chipperfield aux côtés du directeur artistique de la maison italienne, Pierpaolo Piccioli, et propose désormais des produits s’adressant aux deux sexes au sein de ses 545 mètres carrés, où le marbre de Carrare s’allie au velours et aux finitions en bois pour composer une opulence discrète.

Pierpaolo Piccioli, le designer artistique de Valentino.

Le designer crée d’ailleurs l’événement en se joignant aux centaines d’invités réunis lors du cocktail de réouverture, prenant volontiers la pose à leur demande, avant d’aller saluer Clara Benador et l’acteur Lukas Ionesco en face des platines. Le couple vient alors tout juste de terminer son DJ set en back to back au sein du deuxième étage, tandis que Cléa Vincent emporte celui du dessus avec ses morceaux poétiques emplis de fausse naïveté.

Pour l’occasion, chacun d’entre eux arbore les pièces des collections masculine et féminine automne-hiver 2019/2020 de Valentino, pour lesquels Pierpaolo Piccioli a choisi de collaborer avec le créateur japonais Jun Takahashi, aux commandes du label Undercover. Ensemble, les deux designers ont imaginé une série d’imprimés, dont l’un représente une sculpture où un couple figure enlacé, que l’on retrouve chez la femme sur des robes noires, des manteaux ou encore des pulls en maille. Côté homme, une soucoupe volante qui se superpose à un portrait de l’écrivain américain Edgar Allan Poe apparaît sur des manteaux et pulls en laine amples, portés avec des sandales Birkenstock réinventées par Pierpaolo Piccioli.

Arrivé au sein de la maison italienne en 1999, le créateur y occupe le poste de directeur artistique depuis 2008. Travaillant d’abord en duo avec Maria Grazia Chiuri, aujourd’hui chez Dior, et sacré Designer of the Year lors des British Fashion Awards en décembre 2018, il est révéré pour ses créations oniriques, volumineuses et colorées ainsi que pour son approche moderne de la Haute Couture : un univers dont la majesté et le romantisme se sont, sous son impulsion, diffusés jusque dans les dernières collections de prêt-à-porter Valentino. Ce dimanche 29 septembre à 17h, il dévoilera sa nouvelle collection féminine pour le printemps-été 2020, dans le cadre de la Fashion Week de Paris.

La boutique Valentino a réouvert au 273 rue Saint-Honoré, dans le huitième arrondissement de Paris. La maison italienne possède également un second flagship situé au 17/19 avenue Montaigne, dédié aux collections féminines, ainsi qu’une troisième boutique au 27 rue du Faubourg Saint-Honoré consacrée aux accessoires pour la femme.

Jeudi 26 septembre vers 20h, la chanteuse de chill-pop Cléa Vincent s’empare du micro installé au sein de la boutique Valentino du 273 rue Saint-Honoré, avant de faire résonner ses paroles féministes dans l’espace récemment reconfiguré du flagship : « On ne m’a jamais dit : petite fille, sois gentille / Je ne suis pas une poupée fragile / Mais une femme des années 2000 ». Ouvert en 2014 et alors dédié à l’homme uniquement, il a été repensé par l’architecte britannique David Chipperfield aux côtés du directeur artistique de la maison italienne, Pierpaolo Piccioli, et propose désormais des produits s’adressant aux deux sexes au sein de ses 545 mètres carrés, où le marbre de Carrare s’allie au velours et aux finitions en bois pour composer une opulence discrète.

Pierpaolo Piccioli, le designer artistique de Valentino.

Le designer crée d’ailleurs l’événement en se joignant aux centaines d’invités réunis lors du cocktail de réouverture, prenant volontiers la pose à leur demande, avant d’aller saluer Clara Benador et l’acteur Lukas Ionesco en face des platines. Le couple vient alors tout juste de terminer son DJ set en back to back au sein du deuxième étage, tandis que Cléa Vincent emporte celui du dessus avec ses morceaux poétiques emplis de fausse naïveté.

Pour l’occasion, chacun d’entre eux arbore les pièces des collections masculine et féminine automne-hiver 2019/2020 de Valentino, pour lesquels Pierpaolo Piccioli a choisi de collaborer avec le créateur japonais Jun Takahashi, aux commandes du label Undercover. Ensemble, les deux designers ont imaginé une série d’imprimés, dont l’un représente une sculpture où un couple figure enlacé, que l’on retrouve chez la femme sur des robes noires, des manteaux ou encore des pulls en maille. Côté homme, une soucoupe volante qui se superpose à un portrait de l’écrivain américain Edgar Allan Poe apparaît sur des manteaux et pulls en laine amples, portés avec des sandales Birkenstock réinventées par Pierpaolo Piccioli.

Arrivé au sein de la maison italienne en 1999, le créateur y occupe le poste de directeur artistique depuis 2008. Travaillant d’abord en duo avec Maria Grazia Chiuri, aujourd’hui chez Dior, et sacré Designer of the Year lors des British Fashion Awards en décembre 2018, il est révéré pour ses créations oniriques, volumineuses et colorées ainsi que pour son approche moderne de la Haute Couture : un univers dont la majesté et le romantisme se sont, sous son impulsion, diffusés jusque dans les dernières collections de prêt-à-porter Valentino. Ce dimanche 29 septembre à 17h, il dévoilera sa nouvelle collection féminine pour le printemps-été 2020, dans le cadre de la Fashion Week de Paris.

La boutique Valentino a réouvert au 273 rue Saint-Honoré, dans le huitième arrondissement de Paris. La maison italienne possède également un second flagship situé au 17/19 avenue Montaigne, dédié aux collections féminines, ainsi qu’une troisième boutique au 27 rue du Faubourg Saint-Honoré consacrée aux accessoires pour la femme.

À lire aussi :

À lire aussi :

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »