Les photographes Ren Hang et Coco Capitán réunis dans une double exposition à Paris

Article publié le 13 mars 2019

Share :

Photo : Ren Hang.

La Maison Européenne de la Photographie (MEP) met à l’honneur le photographe chinois Ren Hang, qui avait réalisé tous les shootings du numéro Antidote : Freedom, en parallèle d’une deuxième exposition dédiée à la jeune artiste prodige Coco Capitán.

La MEP vient d’ouvrir l’exposition « Love, Ren Hang », présentant l’œuvre du photographe chinois essentiellement composée de nus et de portraits, qui se tiendra jusqu’au 26 mai prochain. L’artiste, décédé prématurément en 2017 et considéré comme l’un des plus influents de sa génération, y est mis à l’honneur à travers une sélection de 150 photographies, dont certaines avaient été prises pour le numéro hiver 2016-2017 d’Antidote : Freedom.

Seul ou accompagné, debout, à l’endroit ou à l’envers, le corps est l’un de ses principaux sujets. Objet de jeu et de fascination, Ren Hang le met en scène dans toutes les positions, parfois vêtu, souvent déshabillé. Qualifiée de pornographique par les autorités chinoises qui l’ont censuré à maintes reprises, son œuvre constitue avant tout une ode à la liberté. Avec son travail, le photographe s’inscrit en effet dans la lignée du « réalisme cynique », un mouvement artistique chinois issu des manifestations qui secouent la place Tian’anmen de Pékin en 1989 quand il n’a que deux ans. L’exposition est également complétée par les bouleversants écrits dans lesquels Ren Hang se livre sur la dépression dont il souffrait, l’ayant acculé au suicide. Comme ses photographies, ils sont remplis d’une poésie viscérale.

Photo : Ren Hang.

Coco Capitán : de la mode au musée

L’œuvre de Coco Capitán allie elle aussi le texte à l’image, comme le révèle l’exposition que lui dédie la MEP en parallèle – la première qui lui soit consacrée par un musée, alors qu’elle n’a que 26 ans. L’artiste pluridisciplinaire (photographie, peinture, écriture, performance…) originaire de Séville, en Espagne, y présente ses clichés ainsi que ses plus célèbres aphorismes, qu’elle distille régulièrement sur son compte Instagram.

C’est d’ailleurs grâce à lui qu’Alessandro Michele, le directeur artistique de Gucci, l’avait repérée, avant de lui confier la réalisation du lookbook homme printemps-été 2015 de la maison italienne. Il lui a ensuite demandé de sérigraphier des T-shirts, qu’elle a recouvert de sa prose : « I want to go back to believing a story », « Common sense is not that common »… Plébiscitée par le monde de la mode (elle a également collaboré avec Maison Martin Margiela, Paco Rabanne, A.P.C. et de nombreuses publications), cette exposition marque une nouvelle étape pour Coco Capitán : le début d’une reconnaissance institutionnelle, l’imposant un peu plus comme l’une des artistes incontournables de la génération Y.

Photo : Coco Capitán.

Les expositions « Love, Ren Hang » et « Coco Capitán busy living everything with everyone, everywhere, all of the time » se tiennent du 6 mars au 26 mai 2019, à la Maison Européenne de la Photographie, 5/7 Rue de Fourcy, Paris 4.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama