Le rappeur Rejjie Snow explore la banlieue parisienne pour la nouvelle campagne C.P. Company

Article publié le 18 septembre 2019

Photo : Rejjie Snow x C.P. Company, Courtesy of Maciek Pozoga.
18/09/2019

Loin des clichés de cartes postales aseptisés, le rappeur irlandais partage sa vision de la capitale française dans une nouvelle campagne vidéo pour le label de sportswear italien, avec lequel il collabore en parallèle sur une série de pièces en édition limitée. 

Fondé à la fin des années 70 par l’Italien Massimo Osti, C.P. Company a une seconde fois fait appel à Rejjie Snow, pour mettre en scène sa collection automne-hiver 2019-2020 au travers d’une nouvelle campagne vidéo réalisée par Joshua Gordon. Deuxième volet du projet « Eyes on The City » de C.P. Company débuté la saison dernière à Dublin, ville natale du rappeur irlandais, ce nouveau court-métrage intitulé « Paris Mon Amour » se concentre cette fois sur la relation inspirante qu’entretient Rejjie Snow avec Paris. « C’est le premier endroit où j’ai découvert l’art », l’entend-on déclarer dans la vidéo.

À vélo dans les rues de la ville intra-muros, en train de taguer des murs le long d’une voie ferrée abandonnée ou en banlieue au côté de street-dancers, Rejjie Snow parcourt des endroits divers pour montrer les multiples visages de la capitale française, (trop) souvent idéalisée pour séduire les touristes étrangers. « Je suis venu à Paris pour la première fois en 2013 pour un show. Je devais repartir aussitôt après mais j’ai rencontré une fille. Je suis donc resté plusieurs semaines et j’ai découvert la ville », nous explique-t-il.

Revêtu des doudounes et vestes parfois agrémentées de masques de protection intégrés, issues de la dernière collection de la marque célèbre pour son outerwear en tissu technique mêlant esthétique utilitaire et sportswear, le rappeur explore un Paris réaliste accompagné de plusieurs protagonistes dont la jeune chanteuse Milena Leblanc alias Mile qui interprète le titre « Plein de bisous » de Lewis OfMan devant une galerie d’art. Connu pour avoir collaboré avec Vendredi sur Mer, Fakear ou encore Lana Del Rey, ce dernier pianote ensuite sur son synthé installé sur les toits aux côtés de Rejjie Snow, avec lequel il a récemment travaillé.

« Paris a eu une grande influence sur mon premier album Dear Annie sorti l’année dernière » explique Rejjie Snow, qui se dit inspiré par le cinéma français des années 50 et les films de la Nouvelle Vague. Révélé en 2015 avec le single « All Around the World » et son clip mettant en scène Lily-Rose Depp, Alexander Anyaegbunam (de son vrai nom) partage également tout au long de cette campagne vidéo sa passion pour le graffiti. Un art au centre d’une collection capsule imaginée spécialement par le rappeur pour célébrer cette nouvelle collaboration. Composée de T-shirts estampillés de différents visuels réalisées par Rejjie Snow lui-même, cette série de pièces est disponible en édition limitée (1000 exemplaires) dès ce mercredi 18 septembre sur le eshop du label et dans une sélection de boutiques aux États-Unis, en Europe et en Asie.

ANTIDOTE. En tant que rappeur, quel rapport entretenez-vous avec la mode ?
REJJIE SNOW
. La mode est très importante pour moi. Je pense même que je fais davantage attention à mon apparence qu’à la façon dont je rappe car le style permet de contrôler la manière dont on veut que les gens nous perçoivent. Je mise tout sur les chapeaux et les chaussures, que je mixe avec un look casual. Quand j’étais plus jeune, je ne portais que des survêtements de sport, je ne me voyais pas enfiler autre chose. Et j’ai par ailleurs fait du mannequinat pendant un temps, c’était cool. C’est plutôt amusant aussi de pouvoir imaginer moi-même des pièces aujourd’hui. Je pense d’ailleurs me lancer dans un projet personnel mais c’est un work in progress, donc je ne peux pas en dire plus pour le moment.

Le lookbook et la campagne vidéo de cette collection automne-hiver 2019 de C. P. Company ont été shootés et tourné à Paris. Quelle relation entretenez-vous avec cette ville ?
Je suis venu à Paris pour la première fois pour un show en 2013. J’étais censé y rester seulement pour cette occasion mais il s’avère que j’y ai rencontré une fille. Je suis donc finalement resté ici quelques semaines et j’en ai profité pour découvrir la ville. J’ai mis un peu de temps pour comprendre le « Parisian way of life ». J’avais en quelque sort ce qu’on appelle le « Syndrome de Paris » et j’ai mis un moment pour m’habituer à saluer les gens en leur faisant la bise. Paris occupe une place importante dans Dear Annie, mon album sorti l’année dernière. Le fait de venir à Paris pendant mes jeunes années a aussi beaucoup influencé mon rapport aux femmes. Les Parisiennes sont si fortes ! La première fois que je suis venu ici, j’ai vu des femmes faire des graffitis, conduire des bus… elles jouaient des rôles de leaders, ce que je n’avais jamais vu auparavant. Paris m’inspire également pour son art et son cinéma. Pour mes clips, je prendrai toujours les films de la Nouvelle Vague et des années 50 comme une référence. Le cinéma d’art et d’essai Studio 28 situé à Montmartre m’inspire toujours quand j’écris.

Ces dernières années, le rap et la mode sont devenus de plus en plus proches. Comment expliquez-vous ce phénomène ?
Le hip-hop a toujours accordé une grande importance au style. Et maintenant que les rappeurs gagnent de l’argent, c’est normal qu’ils veulent les vêtements les plus cool et les plus avant-gardistes. Et comme ils sont idolâtrés par les plus jeunes, les designers souhaitent eux aussi les voir dans leurs créations.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’idée de collaborer avec C.P. Company pour cette nouvelle campagne ?
C.P. Company est un label tellement cool ! Les lunettes de protection sur les pièces de la collection donnent un air de guerrier cosmique ! J’aime beaucoup cette nouvelle collection et je me vois très bien la porter. Je suis toujours très reconnaissant de pouvoir travailler avec eux.

T-shirt issu de la capsule C.P. Company x Rejjie Snow.

La capsule C.P. Company x Rejjie Snow est disponible sur www.cpcompany.com et dans une sélection de boutiques à travers le monde. 

Fondé à la fin des années 70 par l’Italien Massimo Osti, C.P. Company a une seconde fois fait appel à Rejjie Snow, pour mettre en scène sa collection automne-hiver 2019-2020 au travers d’une nouvelle campagne vidéo réalisée par Joshua Gordon. Deuxième volet du projet « Eyes on The City » de C.P. Company débuté la saison dernière à Dublin, ville natale du rappeur irlandais, ce nouveau court-métrage intitulé « Paris Mon Amour » se concentre cette fois sur la relation inspirante qu’entretient Rejjie Snow avec Paris. « C’est le premier endroit où j’ai découvert l’art », l’entend-on déclarer dans la vidéo.

À vélo dans les rues de la ville intra-muros, en train de taguer des murs le long d’une voie ferrée abandonnée ou en banlieue au côté de street-dancers, Rejjie Snow parcourt des endroits divers pour montrer les multiples visages de la capitale française, (trop) souvent idéalisée pour séduire les touristes étrangers. « Je suis venu à Paris pour la première fois en 2013 pour un show. Je devais repartir aussitôt après mais j’ai rencontré une fille. Je suis donc resté plusieurs semaines et j’ai découvert la ville », nous explique-t-il.

Revêtu des doudounes et vestes parfois agrémentées de masques de protection intégrés, issues de la dernière collection de la marque célèbre pour son outerwear en tissu technique mêlant esthétique utilitaire et sportswear, le rappeur explore un Paris réaliste accompagné de plusieurs protagonistes dont la jeune chanteuse Milena Leblanc alias Mile qui interprète le titre « Plein de bisous » de Lewis OfMan devant une galerie d’art. Connu pour avoir collaboré avec Vendredi sur Mer, Fakear ou encore Lana Del Rey, ce dernier pianote ensuite sur son synthé installé sur les toits aux côtés de Rejjie Snow, avec lequel il a récemment travaillé.

« Paris a eu une grande influence sur mon premier album Dear Annie sorti l’année dernière » explique Rejjie Snow, qui se dit inspiré par le cinéma français des années 50 et les films de la Nouvelle Vague. Révélé en 2015 avec le single « All Around the World » et son clip mettant en scène Lily-Rose Depp, Alexander Anyaegbunam (de son vrai nom) partage également tout au long de cette campagne vidéo sa passion pour le graffiti. Un art au centre d’une collection capsule imaginée spécialement par le rappeur pour célébrer cette nouvelle collaboration. Composée de T-shirts estampillés de différents visuels réalisées par Rejjie Snow lui-même, cette série de pièces est disponible en édition limitée (1000 exemplaires) dès ce mercredi 18 septembre sur le eshop du label et dans une sélection de boutiques aux États-Unis, en Europe et en Asie.

ANTIDOTE. En tant que rappeur, quel rapport entretenez-vous avec la mode ?
REJJIE SNOW
. La mode est très importante pour moi. Je pense même que je fais davantage attention à mon apparence qu’à la façon dont je rappe car le style permet de contrôler la manière dont on veut que les gens nous perçoivent. Je mise tout sur les chapeaux et les chaussures, que je mixe avec un look casual. Quand j’étais plus jeune, je ne portais que des survêtements de sport, je ne me voyais pas enfiler autre chose. Et j’ai par ailleurs fait du mannequinat pendant un temps, c’était cool. C’est plutôt amusant aussi de pouvoir imaginer moi-même des pièces aujourd’hui. Je pense d’ailleurs me lancer dans un projet personnel mais c’est un work in progress, donc je ne peux pas en dire plus pour le moment.

Le lookbook et la campagne vidéo de cette collection automne-hiver 2019 de C. P. Company ont été shootés et tourné à Paris. Quelle relation entretenez-vous avec cette ville ?
Je suis venu à Paris pour la première fois pour un show en 2013. J’étais censé y rester seulement pour cette occasion mais il s’avère que j’y ai rencontré une fille. Je suis donc finalement resté ici quelques semaines et j’en ai profité pour découvrir la ville. J’ai mis un peu de temps pour comprendre le « Parisian way of life ». J’avais en quelque sort ce qu’on appelle le « Syndrome de Paris » et j’ai mis un moment pour m’habituer à saluer les gens en leur faisant la bise. Paris occupe une place importante dans Dear Annie, mon album sorti l’année dernière. Le fait de venir à Paris pendant mes jeunes années a aussi beaucoup influencé mon rapport aux femmes. Les Parisiennes sont si fortes ! La première fois que je suis venu ici, j’ai vu des femmes faire des graffitis, conduire des bus… elles jouaient des rôles de leaders, ce que je n’avais jamais vu auparavant. Paris m’inspire également pour son art et son cinéma. Pour mes clips, je prendrai toujours les films de la Nouvelle Vague et des années 50 comme une référence. Le cinéma d’art et d’essai Studio 28 situé à Montmartre m’inspire toujours quand j’écris.

Ces dernières années, le rap et la mode sont devenus de plus en plus proches. Comment expliquez-vous ce phénomène ?
Le hip-hop a toujours accordé une grande importance au style. Et maintenant que les rappeurs gagnent de l’argent, c’est normal qu’ils veulent les vêtements les plus cool et les plus avant-gardistes. Et comme ils sont idolâtrés par les plus jeunes, les designers souhaitent eux aussi les voir dans leurs créations.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans l’idée de collaborer avec C.P. Company pour cette nouvelle campagne ?
C.P. Company est un label tellement cool ! Les lunettes de protection sur les pièces de la collection donnent un air de guerrier cosmique ! J’aime beaucoup cette nouvelle collection et je me vois très bien la porter. Je suis toujours très reconnaissant de pouvoir travailler avec eux.

T-shirt issu de la capsule C.P. Company x Rejjie Snow.

La capsule C.P. Company x Rejjie Snow est disponible sur www.cpcompany.com et dans une sélection de boutiques à travers le monde. 

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Alton Mason : « Où sont les coiffeur·euse·s, les stylistes, les directeur·rice·s artistiques de couleur ? »

Danseur de formation, Alton Mason a multiplié les apparitions marquantes sur les podiums et autres campagnes de mode ces dernières saisons, au point d’être élu mannequin masculin de l’année par Models.com en 2020, tout en devenant le protégé de Naomi Campbell et de Virgil Abloh. Sa prochaine pirouette : le rôle de Little Richard dans Elvis, le nouveau film de Baz Luhrmann, prévu pour 2022. De quoi annoncer un futur saut vers la musique ?

Lire la suite

Alton Mason: « Where are the hairstylists, make-up artists and art directors of color? »

A dancer by training, Alton Mason has over the past few seasons made a number of memorable appearances on catwalks and elsewhere in fashion – so memorable that he’s been named male model of the year by Models.com for 2020 and become the protégé of Naomi Campbell and Virgil Abloh. For his next trick, Mason will be playing the role of Little Richard in Elvis, Baz Luhrmann’s new film, slated for 2022. Could this be the prelude to a musical debut?

Lire la suite

Série mode : la collection hiver 2021/2022 de Fendi vue par Lee Wei Swee

Immortalisée par le photographe Lee Wei Swee pour le dernier numéro d’Antidote hiver 2021-2022, la première collection de prêt-à-porter féminin de Kim Jones pour Fendi célèbre l’histoire de la maison romaine à travers une série de silhouettes monochromes, constellées de références à ses différent·e·s bâtisseur·e·s – des cinq filles d’Adele et Edoardo Fendi à Karl Lagerfeld.

Lire la suite

Comment Antidote et Valentino ont célébré l’anniversaire de Lena Situations ?

Pour célébrer la publication du premier Antidote Newspaper, l’anniversaire de sa cover girl Lena Situations et la sortie de la ligne « The Party Collection » de Valentino, la maison italienne a organisé un cocktail dans son flagship de la rue Saint-Honoré, en collaboration avec Antidote. Retrouvez toutes les photos de l’événement ci-dessous.

Lire la suite

Lena Situations ou l’émergence d’une star normale

Suivie par deux millions de personnes sur YouTube, trois sur Instagram, et autrice d’un bestseller vendu à plus de 400 000 exemplaires, la créatrice de contenus de 24 ans Lena Mahfouf (alias Lena Situations) incarne un nouveau modèle d’influenceuse parisienne sans filtre qui fait de ses complexes une force et s’assume avec authenticité.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.