Qui est Christelle Kocher, relève de la jeune création parisienne ?

Article publié le 25 mai 2016

Texte : Jessica Michault
Photo : courtesy of Koché

La dernière collection du label parisien Koché faisait sensation lors de la Fashion Week de mars. En lice pour le prix LVMH et parmi les finalistes du concours de l’ANDAM, Christelle Kocher est sur tous les fronts. Quel est le secret de son succès ? Réponse avec la créatrice.

Il est agréable de se sentir désiré. Et à l’heure actuelle, tout le monde semble réclamer Christelle Kocher. La créatrice française derrière la marque Koché fait partie des finalistes non seulement du prix LVMH (pour la seconde fois) mais aussi du concours de l’ANDAM. Deux des compétitions de mode les plus prestigieuses destinées aujourd’hui aux jeunes designers.

Je dois dire que ça ne m’angoisse pas outre mesure, lance Christelle Kocher à propos de ses nominations. Pour moi, le prix est juste un bonus. Je pense qu’avoir la chance de rencontrer tous ces professionnels talentueux est la vraie récompense.”

Kocher, qui a lancé son label en 2014, a fait, presque du jour au lendemain, sensation. Et ce grâce à sa capacité à mixer des techniques traditionnelles de broderies, le travail des plumes et celui de la maille avec l’esthétique urbaine du streetwear, rendant plus pertinent et moins élitiste l’aspect artisanal de son travail.

Quand nous nous sommes rencontrées pour la première fois, elle revenait d’un voyage au Japon où elle s’était rendue pour y lancer sa marque. Et il est aisé d’imaginer son style éclectique séduire un pays réputé pour son amour de la tradition et l’identité vestimentaire dynamique et affirmée des jeunes Japonais.

De gauche à droite : Christelle Kocher, fondatrice du label Koché et détails d’un look automne-hiver 2016-2017
Photo : Guillaume Belvèze

« Ma marque n’est pas là juste pour être une marque française, explique la créatrice. Dès le début, nous avions l’ambition d’y incorporer de multiples et différents sentiments multiculturels. Il était donc très important à mes yeux de lancer la marque au Japon. Recevoir un accueil aussi chaleureux là-bas était vraiment incroyable. Pour moi, l’Asie c’est un peu le futur, d’une certaine façon. »

Née et élevée à Strasbourg, Christelle est la cadette d’une famille qui n’entretient aucune sorte de connexion avec le monde de la mode. Dès son plus jeune âge, elle s’éprend de dessin et de tricot. Un jour, à la télévision, elle tombe sur un documentairesur les créations haute couture de Christian Lacroix et réalise qu’elle pourrait gagner sa vie en faisant ce qu’elle aime. « C’était ça, et je savais ce qu’il me restait à faire », raconte-t-elle.

Pour ceux extérieurs au cercle restreint du monde de la mode, Kocher a tout l’air d’une sensation soudaine. Mais la créatrice de 37 ans a déjà bien fait ses preuves. Après avoir obtenu en 2002 sa licence en design de prêt-à-porter féminin à la Central Saint Martins, elle a cumulé les expériences au sein de grandes maisons telles que Giorgio Armani, Chloé, Sonia Rykiel, Bottega Veneta, Dries Van Noten et Martine Sitbon. Elle ne s’y est jamais éternisée, presque comme si de chaque expérience, elle tirait un fragment de savoir qui lui permettrait plus tard d’avoir acquis suffisamment de sagesse pour pouvoir lancer sa propre entreprise.

J’ai toujours choisi des marques avec qui je voulais réellement travailler, qui étaient toujours dirigées par la créativité, assure-t-elle. Martine Sitbon est une femme très forte et très créative. Chez Dries Van Noten, c’était génial de découvrir une marque indépendante avec un style vraiment fort, une puissance commerciale mais aussi un point de vue très personnel. Chez Chloé, il s’agissait de féminité. C’était l’ère de Phoebe [Philo], j’apprenais le « flou » et c’était fantastique de pouvoir travailler avec une maison riche d’une vraie histoire. Pour Bottega Veneta, le défi était plus grand encore. Avec Tomas Maier, nous travaillions étroitement pour développer l’idée de l’artisanat dans le prêt-à-porter féminin. »

« Je ne veux rien de nostalgique ou de poussiéreux. J’adore l’art contemporain. Je veux des choses modernes. »

Kocher est aussi une brillante, et très occupée, businesswoman. Elle occupe actuellement deux postes. Elle dirige non seulement son propre et auto-financé label éponyme mais est aussi, depuis 2010, la directrice artistique de Maison Lemarié.

Aujourd’hui propriété de Chanel, la Maison Lemarié, fondée en 1880, a construit sa renommée sur sa capacité à concevoir d’incroyables pièces à partir de plumes et de fleurs. Elle est l’un des 12 ateliers d’excellence spécialisés acquis par Chanel afin de garantir la pérennité de ces arts appliqués rares. Depuis l’arrivée de Christelle, la maison s’est métamorphosée, aussi bien au niveau des équipes que de l’état d’esprit.

C’était un challenge immense car, quand j’ai commencé chez Lemarié, je n’avais encrore jamais fait de broderies, admet Kocher. Mais parfois, quand le fait de ne pas être specialisé dans quelque chose vous permet d’avoir un regard plus frais et plus neuf sur ce qu’il est possible de faire. Je ne veux rien de nostalgique ou de poussiéreux. J’adore l’art contemporain. Je veux des choses modernes.”

Dans les faits, cela s’est manifesté par la transition d’une équipe de 20 femmes d’un certain âge vers un effectif de plus de 100 personnes dont 80% ont entre 20 et 40 ans. Et ce n’est pas tout, l’équipe de Kocher chez Lemarié est désormais internationalement et culturellement diverse. Et la langue que l’on parle le plus au sein de l’entreprise est l’anglais.

Christelle Koché est à la tête depuis 2014 de son label Koché et depuis 2010 de la Maison Lemarié.
Photo : Guillaume Belvèze

La leçon qu’il faut retenir de Christelle est sa conviction que le brassage culturel est l’unique clé de la force et de la créativité. Que ce soit à travers des mélanges de tissus traditionnels, des techniques de création, des silhouettes de sa création ou des gens aux origines culturelles varies avec qui elle travaille. “Il y a de nombreuses superpositions dans mon travail. Je pense que ce mot est essentiel pour moi, superposer. Superpositions d’artisanat, superpositions de culture, superpositions de matières », confirme-t-elle.

Ce concept de melting-pot se propage jusque dans ses défilés. Elle les a affranchis des exclusifs salons français où tout le monde dispose d’un siège attribué selon une hiérarchie établie et a préféré descendre son monde dans la rue. Elle avait présenté l’un de ces précédents shows dans le centre commercial du Forum des Halles au cœur de Paris et investissait dernièrement un passage couvert dans un quartier parisien cosmopolite. C’est ainsi que l’élite de l’industrie de la mode s’est rertrouvée debout, coude à coude avec des Parisiens arrivés, malgré eux, à temps dans le passage pour la révélation de la collection Koché.

« J’aime le luxe, je m’y suis entrainé et je suis légitime puisque j’ai travaillé dedans de nombreuses années. Mais la façon dont je m’habille et ma propre culture sont très populaires. J’ai voulu trouver un moyen personnel qui soit plus pertinent aux yeux des gens qui vont vraiment porter les vêtements à la fin du compte », explique Christelle Kocher.

L’atelier du label Koché.
Photo : Guillaume Belvèze

La créatrice, que l’on pourra croiser dans des expositions d’art ou dans des parcs où elle sort courir pour décompresser, confesse son besoin de contrôle permanent. Elle s’épanouit en ce moment dans tous les aspects de la construction de son label, au-delà de la plus pure création. Le choix de la musique d’un défilé, la conception d’une présentation ou la façon de photographier le lookbook de sa collection lui apparaissent tout aussi fascinants. Tout comme le très concret côté commercial, que de nombreux designers en herbe ont souvent bien du mal à appréhender. Mais pour Christelle Kocher, s’ocupper de cet aspect commercial dans l’optique de faire croître son entreprise lui permet, à tour de rôle, de composer ses créations uniques.

Si vous êtes incapables de gérer vos finances, si vous ne contrôlez pas tout, vous ne pourrez jamais accéder à la liberté créative”, lance-t-elle convaincue avant de se replonger dans la confection de sa prochaine collection.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.