Pourquoi Léa Seydoux est-elle si agaçante ?

Article publié le 20 mai 2016

Share :

Texte : Edouard Risselet
Photo : Patrick Demarchelier pour Louis Vuitton

Elle présente à Cannes Juste la Fin du Monde de Xavier Dolan, fait la couverture de Madame Figaro à ses côtés et incarne la femme Louis Vuitton par Nicolas Ghesquière. Léa Seydoux confirme son statut d’icône fabriquée en France, jusqu’à en exaspérer plus d’un.

À 30 ans, Léa Seydoux compte parmi les actrices françaises les plus emblématiques de sa génération. Dans les pas de Marion Cotillard, entre cinéma d’auteur et méga-productions, elle capitalise sur son ADN tricolore pour conquérir Hollywood. Cette année, les deux comédiennes paradent coude à coude sur le tapis rouge du 69e Festival de Cannes à l’occasion de la projection du dernier film de Xavier Dolan baptisé Juste la fin du monde sélectionné en compétition officielle. Le long-métrage qui sortira le 21 septembre en France marque pour Léa Seydoux la décennie d’une carrière exemplaire.

Elle débute discrètement au cinéma en 2006 dans Mes Copines, une comédie dont le succès se fait relatif. Il lui faudra attendre deux ans et son premier rôle-titre dans La Belle Personne de Christophe Honoré pour se faire remarquer. On la présente déjà dans la presse comme l’étoile montante du cinéma français, une star en devenir, la relève de Bardot.

Sa jolie moue n’y est pas innocente. Yeux bleus en amande, petit nez en trompette, pommettes rebondies, diastème et lèvres pulpeuses, son charme très français joue en sa faveur lorsque le temps vient d’imprimer les pages de Jalouse, Elle ou Glamour. La presse féminine, gourmande de « fils et fille de », lance le phénomène Seydoux.

Léa Sedoux interprète Junie dans La belle personne de Christophe Honoré.

Parce que son nom n’est pas inconnu. Son grand-père répond au prénom de Jérôme et le petit business qu’il dirige à celui de Pathé. Son grand-oncle Nicolas a, lui, préféré la direction de Gaumont. Son père, Henri, est à l’origine de la société Parrot. Sa mère, Valérie Schlumberger porte les armoiries de la multinationale pétrolière éponyme. Last but not least, sa belle-mère s’appelle Farida Khelfa.

Si Léa défend n’avoir jamais reçu de soutien particulier de cet arbre généalogique tentaculaire, le sang Seydoux qui coule dans ses veines provoque l’hémorragie dès que l’actrice aborde le sujet de son ascension. Dans une interview accordée en mai à Madame Figaro en duo avec Xavier Dolan, elle assure venir de « de l’école de la vie ». Il n’en fallait pas moins pour faire tomber le couperet des réseaux sociaux, dont la véhémence se nourrit souvent de noms à particule.

Son pedigree est-il pour autant un prétexte suffisant pour l’enfermer à jamais dans le carcan de l’illégitimité ? Sa filmographie l’en a bien affranchie. Après Inglorious Basterds, Mystères de Lisbonne et L’enfant d’en haut, la carrière de Léa Seydoux atteint de nouveaux cieux en 2013 quand elle présente à Cannes à la fois Grand Central de Rebecca Zlotowski et La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche qui rafle la Palme d’Or et un succès international.

« Je me promenais dans le marais quand un homme m’a abordée pour me proposer de poser pour la marque. Plus tard, le patron d’American Apparel me photographiait. »

Cette année-là, elle est de toutes les parutions, de Grazia à Télérama. Nue en couverture du premier numéro de la nouvelle formule du magazine masculin Lui, Seydoux rappelle qu’elle n’est pas farouche. En 2007, alors inconnue du grand public, elle levait le t-shirt et écartait les cuisses pour les besoins d’une campagne American Apparel. « Je me promenais dans le marais quand un homme m’a abordée pour me proposer de poser pour la marque. Plus tard, le patron d’American Apparel me photographiait. […] Je n’ai d’ailleurs aucun droit sur la photo, on m’a juste donné un short et une cinquantaine d’euros ! », se souvient-elle dans une interview accordée à Vogue.

La girl next door ne s’est pas arrêtée là. Elle décroche un contrat avec Prada pour qui elle a d’abord incarné la Resort 2012 puis le parfum Candy. Rag & Bone et Miu Miu suivent le pas, avant que Nicolas Ghesquière ne la dérobe pour incarner son printemps-été 2016 chez Louis Vuitton dans le ranch mexicain de l’architecte Luis Barragan.

Campagne Louis Vuitton par Nicolas Ghesquière printemps-été 2016 .
Photo : Patrick Demarchelier

La réputation mode de l’actrice n’est plus à faire. Aidée de son aînée styliste Camille, Léa Seydoux s’est construit une image de parisienne tendance et désinvolte, qui s’exporte à merveille. Woody Allen s’en est entiché dans Midnight in Paris, Wes Anderson dans The Grand Budapest Hotel, et consécration, Sam Mendes lui a confié la robe de James Bond Girl dans Spectre. Elle est d’ores et déjà annoncée aux côtés de Channing Tatum à l’affiche de Gambit, un blockbuster américain qui devrait voir le jour d’ici 2017.

Et quand Madame Figaro lui demande si l’important est maintenant de durer, Léa Seydoux de répondre : « Je ne me pose pas la question car je fais les choses par passion. Je m’engage avec le cœur ». Mélanie Laurent n’a qu’à bien se tenir.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars