Pourquoi il ne fallait pas manquer la soirée Burberry Loves Printemps

Article publié le 28 février 2020

Maxime Retailleau

Share :

Texte : Maxime Retailleau.
Photos et vidéos : Yann Weber
Pour célébrer l’ouverture du pop-up Burberry installé dans l’atrium du Printemps Haussmann, qui se tiendra jusqu’au 22 mars prochain dans le cadre de la collaboration Burberry Loves Printemps, la maison britannique a organisé un cocktail au sein du bâtiment historique du grand magasin, Boulevard Haussmann, notamment marqué par un showcase corrosif assuré par Shay.

Photos et vidéos : Yann Weber. Casting : Bert Martirosyan. Chorégraphe : Jordan Robson. Coiffure : Olivier Shawalder. Maquillage : Cécile Paravina. Modèles : Chesca Lenton, Shawn Golomingi, Hide Tatsu Takeuchi, Jordan Robson, Nicolas Lecourt Mansion, Georgia Palmer.
La reine du rap francophone Shay s’empare d’un micro et interprète l’un des bangers dont elle a le secret, tandis que les invités de la soirée s’empressent près de la scène. Arborant une robe qui combine matières blanches et transparentes signée Riccardo Tisci pour Burberry, elle enchaîne ensuite ses titres avec une assurance folle, enflammant toute la salle.
Autour d’elle, ce lundi 24 février, dans l’atrium du grand magasin entièrement redécoré dans le cadre de la collaboration entre Burberry, le Printemps et le site Printemps.com, les pièces issues de la collection printemps-été 2020 de la maison britannique – mélangeant esthétique bourgeoise et streetwear – sont disséminées sur des portants, ou accrochées aux parois telles des œuvres d’art, et se détachent des murs entièrement tapissés de rose – couleur identitaire du Printemps.
Agrémentés de motifs animaliers, blouses, foulards et autres chemises taillées dans des matières fluides font écho à la jungle d’animaux sauvages qui peuplent cet espace, situé au pied des escalators. Grandeur nature et d’un pelage de la même couleur que leur environnement, gorilles, ouistitis, lions ou encore oiseaux en tout genre sont assis au sol, escaladent les murs, s’agrippent aux projecteurs ou volent au dessus de la foule.
Son showcase terminé, Shay quitte la scène pour laisser place au DJ Bamao Yendé – également fondateur du label culte Boukan Records -, célèbre pour ses sets mêlant house, bass music, afrobeat et UK garage. Face à lui sont rassemblés l’acteur Nicolas Maury, la rappeuse Lean Chihiro, les chanteuse Claire Laffut et Crystal Murray, l’artiste Ash Kidd, les mannequins Aweng Chuol, Raya Martigny, Krow Kian et Lena Simonne, la DJ Dustin Muchuvitz ou encore les influenceurs Fiona Zanetti, Marc Forné, Jean-Jacques Ndjoli, Alice Barbier et Jean-Sébastien Roques (du compte Instagram @jaimetoutcheztoi), pour ne citer qu’eux, arborant tous des pièces Burberry.
Bondée, la soirée célébrait le lancement du pop-up Burberry au sein du Printemps, qui s’accompagne également de onze vitrines dont la scénographie a été totalement repensée, multipliant les références au monde animal pour mieux refléter le thème phare de la collection été 2020 de la maison britannique, faisant écho à l’une des marottes de son fondateur Thomas Burberry.

 

En parallèle, la griffe a également développé des déclinaisons exclusives de ses sacs TB et Lola pour Le Printemps et son nouveau site dédié au luxe et aux designers, Printemps.com. Une collaboration étendue et plurielle, dont le cocktail de lancement constituait l’opportunité parfaite de se mettre en jambe au seuil de la nouvelle Fashion Week femme de Paris hiver 2020-2021.

 

 

 

Les plus lus

> voir tout

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »