La nouvelle opulence de Cavalli
 

Article publié le 16 janvier 2016

Texte : Jessica Michault
Credit : Roberto Cavalli

Comme tout séducteur le sait, un refus peut être un aphrodisiaque puissant. C’était certainement le cas au défilé Roberto Cavalli ce vendredi soir, qui ouvrait les collections masculines à Milan d’une manière opulente.

Pour sa première collection homme depuis sa nomination en tant que directeur artistique de la maison, le créateur Peter Dundas a invité la mode dans la résidence privée du Palazzo Crespi sur le Corso Venezia au cœur de Milan. Passant d’une pièce à l’autre – oui, ce sont bien un diptyque géant de Venise peint par Canaletto au XVIIIème siècle, et oui, c’est une pièce entière digne d’un musée remplie de Madones à l’Enfant – l’opulence était époustouflant. Mais dans un monde complètement accro aux prises de vues constantes, les photos étaient interdites dans le Palazzo. Et ceux qui ont réussi à discrètement cliquer, il a été poliment demandé d’effacer les clichés.

Pourquoi Dundas a-t-il choisi un lieu si grandiose? Etait-ce pour faire écho aux pièces richement ornementées qu’il a envoyées dans les salons ? Ou pour souligner le décalage entre ses vestes brodées cintrées, ses manteaux en patchwork multicolores de python ou autres pyjamas en jacquard de soie fleuri, et disons, un jean en apparence simple, un long foulard ou une paire de Chuck Taylor ?

« C’est très près de chez moi, » a glissé Dundas à la fin de son défilé, avouant la raison véritable de son choix. « A vingt mètres, de l’autre côté de la rue. »

Il n’y a bien que Dundas pour introduire des considérations aussi pratiques que la proximité dans le choix de son lieu de défilé. Mais c’est cette attitude nonchalante, désinvolte qui rend à la fois le créateur et ses vêtements aussi attrayants.

Voilà des années que Dundas n’a pas dessiné de collection masculine, et quand il a fallu imaginer cette collection, il n’a pas cherché d’autre muse que lui-même. « C’était amusant. Je n’ai pas beaucoup d’expérience en la matière, alors j’ai essayé d’être le plus honnête et le plus juste par rapport à ce que je sais faire, » a-t-il confié.

Alors cette collection est devenue une liste de vœux des choses que le créateur lui-même aimerait voir dans sa garde-robe, résultant un savant mélange de broderies en trois dimensions sur des pièces à manches accompagnes de chemises imprimées. « Quelles fioritures n’ai-je pas utilisées ? » a-t-il plaisanté de cet assortiment d’artisanat élaboré utilisé tout au long de la collection.

Après une première collection femme aux critiques mitigées, ce défilé masculin semble être une proposition plus solide de Dundas dans cette maison dans l’esprit est si proche du sien.

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

La députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez a récolté plus de 200 000$ en jouant à un jeu vidéo en streaming sur Twitch, pour venir en aide aux personnes touchées par le coronavirus

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.