Pourquoi il ne fallait pas manquer l’événement spectaculaire célébrant les 70 ans de Moncler ?

Article publié le 27 septembre 2022

Texte : Henri Delebarre. Photos : Moncler.

Afin de célébrer son jubilé de platine, la maison Moncler, dont la doudoune est devenue une pièce emblématique du vestiaire contemporain, organisait une performance monumentale sur la Piazza del Duomo de Milan, samedi 24 septembre, à 21h. Retour sur un événement hors du commun lors duquel 1952 performeur·se·s – en écho à la date de naissance de la marque – ont donné vie à un spectacle nocturne à couper le souffle, inaugurant un programme d’événements internationaux s’étalant sur 70 jours.

Comme toujours, c’est à Paris, où la Fashion Week printemps-été 2023 débutait lundi 26 septembre, que le calendrier est le plus foisonnant. Mais la semaine de la mode de Milan, qui précède traditionnellement celle de la capitale française et vient tout juste de s’achever, a placé la barre plutôt très haut. Outre les apparitions de Kim Kardashian chez Dolce & Gabbana, de Paris Hilton chez Versace  de Kate Moss chez Bottega Veneta, ou encore de 68 paires de jumeaux chez Gucci ce week-end, la maison Moncler a créé l’événement samedi soir en organisant une performance monumentale sur la Piazza del Duomo, centre névralgique de la capitale lombarde.

Née dans les Alpes françaises en 1952, plus précisément à Monestier-de-Clermont, à une trentaine de kilomètres au sud de Grenoble, la marque aujourd’hui basée en Italie et mondialement connue pour ses vestes matelassées y a célébré sept décennies de création et d’innovation lors d’un spectacle ouvert au public. Sur le parvis de la cathédrale milanaise, ce sont pas moins de 1952 personnes (un chiffre symbolique), dont 700 danseur·se·s, 200 musicien·ne·s, 100 choristes et 952 mannequins, tous·tes habillé·e·s de blanc, qui ont donné vie à une performance polyphonique hors-norme mise en scène par le chorégraphe français Sadeck Berrabah, mêlant danse, chant, musique classique et contemporaine.
Sous les yeux de 18 000 personnes, installées directement sur la place ou aux balcons des immeubles attenants offrant une vue plongeante, c’est d’abord un groupe de danseur·se·s, vêtu·e·s de l’iconique doudoune Maya en version immaculée, qui a investi la place du Duomo pour la transformer en une gigantesque toile blanche symbolisant le nouveau départ de Moncler pour les 70 années à venir. Prima ballerina à la Scala de Milan, la danseuse italienne Virna Toppi a ensuite livré une chorégraphie poétique en solo avant d’être rejointe par Sadeck Berrabah, sous les chants du chœur Voci Bianche. Officiant d’ordinaire au Teatro alla Scala, non loin de là, un orchestre a ensuite pris le relai avant une performance de danse contemporaine et un DJ set de Lorenzo Senni.
Flanquée pour l’occasion d’un nouveau logo commémoratif, dont la forme d’infini renferme le « M » de Moncler et le chiffre 70 stylisé en forme de montagne, la doudoune Maya était au centre de cette célébration, dont le bouquet final réunissait l’ensemble des performeur·se·s sous une pluie de confettis. D’abord simple vêtement utilitaire, cette pièce emblématique du vestiaire adoptée dans les années 80 dans des couleurs vives par les Paninari est peu à peu devenue une pièce de mode dans les années 2000, au fur et à mesure des collaborations entreprises par Moncler, et plus particulièrement depuis le lancement, en 2018, du projet « Moncler Genius », qui invite plusieurs designers de renom à concevoir une collection pour la marque sous  l’impulsion de son PDG Remo Ruffini, arrivé en 2003.
« Parfois, il m’arrive de me demander qui aurait imaginé qu’un sac de couchage conçu en 1952 deviendrait une veste matelassée, portée dans toutes les villes à travers le monde, par de nombreuses générations, présentée dans des défilés, et réinterprétée par des designers de génie. […] Cet anniversaire est une occasion importante de célébrer le chemin parcouru, et de regarder vers l’avenir en tenant compte de ce que nous avons appris […] » expliquait ce dernier dans un communiqué de presse.

Coup d’envoi d’un programme d’événements internationaux de soixante-dix jour, cet anniversaire a ainsi donné lieu à plusieurs collaborations portant sur la doudoune Maya, qui a été spécialement réinventée par sept designers ayant joué un rôle important dans l’histoire récente de Moncler : Thom Browne, Hiroshi Fujiwara, Rick Owens, Pierpaolo Piccioli, Francesco Ragazzi, Giambattista Valli et Pharrell Williams. Ces modèles exclusifs seront dévoilés chaque semaine lors de drops, à partir du 15 octobre, tandis qu’une exposition nomade et une campagne baptisée « Moncler Extraordinary Forever » reviendront sur les étapes marquantes de l’histoire de la maison. Enfin, sept NFT exclusifs de l’artiste digital Antoni Tudisco ont également été créés, et dès le 8 octobre, « Moncler by Me », le tout premier service de personnalisation de la marque, d’ores et déjà disponible en exclusivité dans la boutique des Champs-Élysées, s’étendra à d’autres boutiques.

Les plus lus

L’horloger Jaeger-LeCoultre collabore avec le typographe star Alex Trochut dans le cadre de son projet de dialogues artistiques « Made of Makers »

Dans le cadre de son programme « Made of Makers », initié cette année, l’horloger a fait appel aux talents du graphiste catalan Alex Trochut. Célèbre pour son approche expérimentale de la typographie et créateur de textes-images, ce dernier a conçu un alphabet Art Déco pour la maison suisse qui vient compléter l’offre de personnalisation de la montre Reverso, modèle emblématique de Jaeger-LeCoultre dont le boîtier pivote et sur lequel il est possible de graver ses initiales.

Lire la suite

L’édito de Maxime Retailleau, rédacteur en chef du nouveau numéro d’Antidote

La révolution du Care

Lire la suite

Fecal Matter : « On espère pouvoir continuer à être nous-mêmes sans nous faire tuer »

Les designers, make-up artists et DJs Hannah Rose Dalton et Steven Raj Bhaskaran, plus connu·e·s sous le nom de leur duo pluridisciplinaire Fecal Matter, reviennent dans cet entretien sur les origines de l’esthétique « alien glamour » qu’il·elle·s arborent au quotidien – malgré les insultes, les menaces de mort et la violence physique auxquels il·elle·s se trouvent confronté·e·s –, racontent comment l’amour qu’il·elle·s se portent mutuellement leur a donné le courage de pleinement s’assumer, et expliquent pourquoi leurs looks provocateurs constituent un manifeste en faveur de la tolérance.

Lire la suite

Fecal Matter : « We hope we can continue to be ourselves without being killed »

The designers, make-up artists, and DJs Hannah Rose Dalton and Steven Raj Bhaskaran, better known as the multidisciplinary duo Fecal Matter, discuss the origins of the « alien glamour » aesthetic they sport daily despite the insults, death threats, and physical violence they face; talk about how their love for each other has given them the courage to be themselves; and explain why their provocative style constitutes a manifesto for tolerance.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.