L’interview d’Anja Rubik : « Je me fie toujours à mon intuition »

Article publié le 9 juin 2016

Texte : Edouard Risselet
Photos : Collier Schorr

READ FULL ENGLISH TEXT HERE

La carrière du top Anja Rubik fait figure d’exception. Rare icône d’une industrie à la mémoire courte, elle a anticipé avec talent sa reconversion professionnelle. Rédactrice en chef de son propre magazine baptisé 25 et créatrice d’un parfum à son nom, le mannequin polonais de 32 ans signe cet été une collection pour le label parisien Iro. Interview.

Vous avez commencé avec Iro en tant qu’égérie et vous imaginez finalement une collection pour la marque, comment cela s’est-il déroulé ?

Après avoir rencontré Arik et Laurent (fondateurs et directeurs artistiques d’Iro), j’ai vraiment aimé leur énergie. Comme pour la plupart de mes projets, j’avais le sentiment qu’il fallait faire celui-ci et je me fie toujours à ma première intuition. J’ai pensé qu’il serait génial d’apporter ma touche personnelle à la marque. J’ai passé beaucoup de temps à Paris avec l’équipe. J’ai fait des allers retours à Paris en avion pour assister aux rendez-vous et nous nous sommes penchés sur chaque pièce. C’était un processus très « pratique » et une super expérience.

Comment vous êtes-vous accordés sur la définition de cette capsule ?

Nous avons parlé de la vision de la marque et de ce que j’étais capable de lui apporter. Ils étaient vraiment ouverts à mes idées. Je voulais un vestiaire intemporel et plus sophistiqué que ce qu’Iro a l’habitude d’offrir dans ses collections. J’ai voulu créer une collection effortless avec un twist moderne et sexy. Laurent et Arik sont frères et c’était drôle de voir à quel point ils sont différents l’un de l’autre. Arik incarne plus l’esprit créatif et se concentre sur le design quand Laurent est plus orienté business et s’attarde plus sur l’aspect fonctionnel. C’est un bon équilibre.

Qu’aimez-vous chez la femme Iro ? Qui est-elle ?

J’aime le style Iro et je me sens proche de leur vision d’une femme moderne cool et hip. Je pense qu’elle a confiance en elle, elle est libre d’esprit et défend corps et âme son indépendance. Elle a un côté dur et très féminin à la fois, elle est chic et avant-gardiste.

Quels créateurs vous inspirent ? Avez-vous été influencée par le style de votre ami designer Anthony Vaccarello ?

Je suis folle de ce que Demna est en train de faire avec Vetements et Balenciaga, il est très talentueux et écrit une nouvelle page de l’histoire de la mode. J’ai toujours admiré Phoebe Philo. Personne n’est capable de faire du minimalisme cool comme elle. J’aime aussi Magda Butrum et les sacs de Zofia Chylak. Anthony est un ami proche et nous partageons une même esthétique et la vision d’une femme forte et sexy. Nous sommes sans cesse en contact et je pense que nous nous influençons et inspirons respectivement. J’ai tellement hâte de voir ce qu’il va faire pour Saint Laurent.

Qu’est-ce que cette collection raconte de vous ?

La collection est vraiment le reflet de mon propre style. Je voulais inclure des pièces que j’aurais envie de porter au quotidien. Chaque vêtement est vraiment spécial et j’ai le sentiment que toutes les femmes en voudraient dans leur garde-robe : des pièces rock et chic aux basiques plus minimalistes. Il y a un blouson en cuir, un trench, un kimono, un beau hoodie, un pantalon bien taillés, une mini jupe en cuir, une combinaison, soit tous les must-have du vestiaire féminin. J’aime l’idée de créer une mode qui ait l’air chère mais qui soit accessible. Les silhouettes ont été conçues pour être dépareillées et associées entre elles. La collection est majoritairement noire et blanche, car ces couleurs sont simples à associer, avec aussi une touche de bleu et de vert bouteille. Elle est adaptée à mon style de vie car je voyage beaucoup.

Sexy est-il le mot de la fin ?

Les mots d’ordre seraient d’après moi : moderne, élégant, intemporel, cool, chic et sexy. J’espère que les femmes qui porteront ces pièces se sentiront fortes et sexy. C’est important de porter ce que vous aimez, et ce qui vous donne confiance en vous, ce dans quoi vous vous sentez belle et à l’aise. Comme on dit, portez les vêtements et ne les laissez pas vous porter.

La collection sera disponible à partir du 16 juin sur Net-A-Porter.com et dans une sélection de multimarques à travers le monde.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Mode

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Mode

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Mode

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

Mode

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Mode

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Mode

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

lire la suite

> voir tout

Mode

Réclamant un arrêt du décompte des votes à mesure que les chances de Donald Trump d’être réélu s’amenuisent, des républicain·e·s parfois armé·e·s ont essayé de s’introduire dans des centres de dépouillement

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.