Les 6 défilés immanquables de la Fashion Week Homme de Londres

Article publié le 15 juin 2016

Texte : Edouard Risselet
Photo : courtesy of J.W. Anderson

Le début de la Fashion Week Homme printemps-été 2017 a sonné à Londres le 10 juin. Fidèles au rendez-vous, le Petit Prince J.W. Anderson porte une couronne en Géomag, Craig Green délaisse le monochrome et McQueen préfère à son ordinaire défilé un lookbook déroutant.

De la Fashion Week londonienne, on attend souvent Burberry et Alexander McQueen. Mauvaise pioche. Cette saison, Burberry abandonne son immense chapiteau habituellement dressé en plein cœur de Hyde Park. La collection homme printemps-été 2017 devra attendre septembre prochain et la semaine de la mode londonienne du prêt-à-porter féminin pour se dévoiler au public. La décision de Christopher Bailey de regrouper les univers féminin et masculin dans un unique show accompagne son désir d’embrasser le « see now, buy now ». Alexander McQueen aussi manque à l’appel. Sur le calendrier, le nom du designer disparu en 2010 ne figure nulle part. L’absence directrice artistique Sarah Burton, en congé maternité, a convaincu la griffe de se contenter d’un lookbook.

ALEXANDER McQUEEN

Collection homme printemps-été 2017 Alexander McQueen

La maison nous avait habitué à une atmosphère plus gothique. La collection homme printemps-été 2017 d’Alexander McQueen est inspirée de Swinging London et du Raj britannique, un presque siècle durant lequel l’Inde était soumise à la domination coloniale du Royaume-Uni. L’allusion est évidente. Des brocarts de soie au velours orange en passant par les vestes brodées et l’imprimé cachemire, la proposition est opulente et infusée des codes sartoriaux du tailoring chers à McQueen, dont la passion pour les oiseaux se traduit ici par un imprimé colibri. Le visage des mannequins en Converse est orné d’imposants piercings inspirés des flamboyants bijoux arborés par les maharajas en leur temps. Riccardo ?

J.W. ANDERSON

Collection homme printemps-été 2017 J.W. Anderson

Quelques jours avant la date de son défilé, le créateur britannique Jonathan Anderson postait sur son compte Instagram une énigmatique photo d’une édition conte Le Petit Prince pour annoncer l’événement à venir. Le premier mannequin à fouler le podium est blond, ses cheveux sont courts, son visage enfantin, ses manches raccourcies, comme s’il avait grandi trop vite. Il porte un masque d’aviateur, le suivant une couronne construite en Géomag, un jeu de construction pour enfants. La collection est enfantine mais l’esprit bien mature.

WALES BONNER

Collection homme printemps-été 2017 Wales Bonner

Adulée depuis la présentation de sa collection de fin d’études en 2014 à la Central Saint Martins, Grace Wales Bonner fait désormais partie des créateurs dont le show est une étape incontournable de la Fashion Week de Londres. Nominée parmi les finalistes du prix LVMH 2016, elle a déjà remporté un British Fashion Award dans la catégorie « talent émergent ». Son très juste printemps-été 2017 continue d’explorer les profondeurs de la culture africaine et introduit pour la première fois des détails sportswear.

CRAIG GREEN

Collection homme printemps-été 2017 Craig Green

On s’attendait à des ensembles radicaux, déconstruits et surtout monochromes. Si le designer anglais qui signait pour le film Zoolander 2 la tenue de Mugatu, ne bouleverse pas sa silhouette – on l’en remercie –, les imprimés orientalistes et les rayures vives de sa nouvelle collection signent un tournant dans la courte mais déjà significative histoire du label. Cette habile manœuvre, couplée à l’affirmation des codes du bondage, intervient après qu’il a remporté cette année le GQ Fashion Fund Prize et une bourse de 200 000 euros pour développer son label.

CASELY-HAYFORD

Collection homme printemps-été 2017 Casely-Hayford

Si la collection homme de Burberry quitte la Fashion Week Homme pour rejoindre son acolyte féminin en septembre, Joe Casely-Hayford et son fils Charlie profitent de leur défilé printemps-été 2017 pour introduire pour la première fois une capsule femme. Son vestiaire est proche de celui qui a fait le succès pérenne de l’homme Casely-Hayford mais nettement moins convaincant. Inspiré à la fois du rock des années 70 et du grime des années 2000, le vestiaire mélange légitimement tailoring et streetwear, bijoux berbères et motif cachemire, rayure costume et eau de javel.

CHRISTOPHER KANE

Collection homme printemps-été 2017 Christopher Kane

« Law and Order » dit le dos d’un t-shirt de la collection printemps-été 2017 de Christopher Kane. Après le « Stop Terrorising Our World » de Walter Van Beirendonck, le message de la mode se fait de plus en plus politique. Sans jamais pour autant basculer dans quelque sorte de propagande malvenue puisque le thème de la proposition de Kane est aussi le nom de la série traduite en français par « New-York Police Judiciaire ». L’homme Christopher Kane, qui dispose depuis peu de sa propre ligne de sneakers, n’a pas le sourcil broussailleux de l’acteur principal mais une chevelure verte délavée. Il lèche le set du lookbook. Désordre.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

La députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez a récolté plus de 200 000$ en jouant à un jeu vidéo en streaming sur Twitch, pour venir en aide aux personnes touchées par le coronavirus

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.