Le costume du pouvoir en 2016

Article publié le 18 octobre 2016

Share :

Texte : Alice Pfeiffer

A l’aube des élections américaines, les deux candidats se mènent une guerre renforcée par un arsenal non-conventionnel : celle du vêtement, acteur silencieux mais radical.

Ils ont le poil clair, l’oeil vif, le museau pointu et le pedigree mythique. Voilà tout ce que partagent les deux candidats ennemis à la présidentielle américaines – et pas grand chose de plus. Nous sommes à quelques semaines des élections, et dans cette offensive à la Maison Blanche, Hillary Clinton et Donald Trump font appel à une arme redoutable pour convaincre l’amerloque moyen de leur potentiel de Big Chief : le langage codé mais moins hermétique qu’il ne paraît du vêtement. Avant que le Trump ou la Clinton n’articulent une seule syllabe, apparaît leur silhouette revêtue de formes et de couleurs qui mitraillent l’inconscient des téléspectateurs. D’où l’armada de conseillers qui surveillent la coupe, le tombé, l’ombre et les ourlets de chacun tandis qu’il ou elle déclame, promet ou vocifère en agitant les bras ou roulant les mécaniques selon les cas. Car il s’agit d’assurer de mieux faire que l’autre tout en enfonçant cette dernière dans une fange mal fagotée comme son discours politique.

GUERRE DES COSTARDS

À la base, une tenue de combat obligatoire : le power suit décliné version 2016, concurrence d’emblèmes masculins repensés, pour savoir qui, in fine, portera le pantalon dans le gouvernement. Prenons pour exemple, le deuxième débat officiel façon talkshow permettant au public de poser ses questions. Lui apparait en costume bleu nuit, chemise blanche et cravate rouge (sans oublier sa mèche  « rebelle » soigneusement stylée, couleur poussin assorti à son auto-bronzant). Elle, dans un ensemble épuré noir sans épaulettes ni fanfreluches, au chemisier, col et revers de manches blancs, un rien ecclésiastique.

Anodin ? Bien au contraire. Regardez de plus près et vous verrez une expression stylistique de leur campagne. Lui déploie subtilement les couleurs du drapeaux de l’Amérique, sur un costume classique aux larges épaules (lourdement capitonnées, la carapace d’origine étant depuis le temps avachie) – façon assez littérale d’incarner son ‘Make America Great Again’, et de parler d’un retour au conservatisme débridé des présidents d’antan, et d’une gloire de l’Amérique impérialiste, dominant le monde avec ses dollars et ses Chevrolet.

Elle, candidate démocrate, dans sa tenue alliant blanc et noir, met en oeuvre un symbolisme lourd: en jouant du Ying-Yang incarné, elle promet ainsi d’allier les contraires, de réconcilier dominants et dominés, et d’imaginer un monde construit d’un David triomphant et d’un Goliath bienveillant, « pour une prospérité durable construite et partagée par tous » dit-elle.

HILLARY, DE PREMIÈRE DAME À PREMIÈRE PRÉSIDENTE

La mode est l’alliée des figures politiques et ce n’est pas nouveau: Angela Merkel assoit sa fermeté par l’ascétisme indifférent de ses tenues, et une inconscience qui semble lui venir tout naturellement. Michelle Obama revendique son multiculturalisme par des robes signées par des créateurs de toutes origines. N’oublions pas Jacques Chirac ici bas affichant une promesse de tradition paternaliste En par ses pantalons taille haute et quelque peu informes, Corrèze dans la gadoue.

En 2016, c’est une autre tache qui attend les candidats : Pour Clinton, malgré ses qualifications, elle doit faire oublier son rôle secondaire de première dame (bafouée par son mari à la braguette nerveuse), pour s’imposer en tant que la première femme présidente du pays. Elle développe le costume de couleur vive toujours unie aux jambes larges dès les années 2000, comme une promesse de stabilité et de branding cohérent, avec une désexualisation volontaire. Puis lorsqu’elle annonce sa candidature aux élections américaines en avril 2015, elle prend un tournant subtil: vestes plus longues et plus épurées qui lui permettent de faire de grand mouvements et lever les bras sur scène, adaptées à la performeuse qu’elle était en train de devenir.

« Hillary vient d’une culture du power suit, où la femme imitait les codes de l’hommes pour pouvoir accéder a son niveau » explique Eloïse Bouton, auteure et journaliste spécialisée dans le féminisme. «Pourtant, pas à pas, elle s’en détache, imprègne ses tenues comme son personnage d’une touche féminine, des couleurs vives et quelques sourires pour tenter de s’adoucir et contraster sa présence ». Ainsi sur une base masculine non pas empruntée mais revisitée et radoucie, elle donne à voir l’Américain.e du futur, à la fois l’efficacité virile, et le calme matriarcal et sage d’une femme plus âgée – rappelant qu’elle est impliquée dans le gouvernement américain depuis des décennies.

TRUMP, D’UN WET DREAM À UN WHITE DREAM

Pour Trump, ce n’est pas une mince affaire. Ses costumes restent quasiment inchangés depuis ses costumes de Golden Boys dans les années 80 évoquant les frasques de sa jeunesse (connu, entre autre pour ses concours de Miss Univers, ou il se ventait de « rétrécir les maillots et rallonger les talons » des participantes). Deux touches de folie contrastent à ses épaulettes virilistes et quelque peu old school: cravate de couleur et chevelure coiffée-décoiffée, comme la promesse d’une touche sauvage et instinctive. Si il se démarque moins par son style que Hillary, c’est par un phénomène décrit dans ‘L’Empire de l’Ephémère’ (1987) du sociologue Gilles Lipovestky: classiquement, en Occident, la femme de pouvoir indique son succès sur son propre corps : une minceur travaillée et un chic à la mode est un signe d’accomplissement personnel. Pour l’homme, cela se passe par le biais et l’acquisition de signifiants extérieurs: la possession matérielle et clinquante, la grosse voiture et la femme bling sont les preuves tangibles de réussite.

Sans surprise, Melania Trump (refaite, ravalée à outrance) participe à cette stratégie: à la fois sexy et le dindon de la farce, elle apparaît tantôt derrière lui vêtue d’un bien triste ‘Pussy Bow’, noeud Lavallière (évoquant la phrase de Trump, « I’ll grab her by the pussy » ou « j’attrape les femmes par la chatte») tantôt copiant apparemment sans le savoir le speech de Michelle Obama. C’est un rappel à sa vie clinquante, ses interactions sexistes, au triomphe de l’homme blanc américain, aussi hétéronormé que furieusement capitaliste….d’un Wet Dream à un White Dream.

Pourtant, si l’armée de femmes botoxées agit comme un haut parleur de l’idéologie Trump, Hillary a elle aussi des alliés, et de taille – Barack et Michelle Obama, probablement le couple le plus révolutionnaire de l’histoire politique américaine, qui adoube sa campagne et rajoute une confiance et modernité à la candidate sans qu’elle ait besoin de s’approprier des codes loin de son ADN. Quand Barack apparaît sans cravate en tenue (vaguement) détendue, la serre dans ses bras, ou Michelle prononce un speech touchant (dans une robe en maille impeccablement pointue), ce couple apporte émotion et authenticité au discours policé et ultra-maîtrisé de cette routarde de la politique américaine. Une façon de lui repasser le flambeau du Yes You Can version féminine ?

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »