Pourquoi la working-girl est-elle de retour ?

Article publié le 9 mai 2017

Share :

Texte : Paola Tuzzi

Costumes aux lignes racées, pardessus ambitieux et jupes crayon libérées : la panoplie de la power woman renaît de son burn-out sur un mode rigoriste dépouillé. En pleine hégémonie streetwear, l’uniforme de travail ultra-codifié apparaît comme l’ultime moyen offert au deuxième sexe de se singulariser, entre mutinerie stylistique et nécessité impérieuse de s’émanciper.

C’est au défilé Céline, antichambre idolâtrée des tendances de demain, que le phénomène a été le plus flagrant. Sur fond sonore strident, des mannequins affluent de toute part sur un podium conçu à 360 degrés, déambulant volontairement de façon irrégulière et désordonnée. Aux antipodes de ce chaos soigneusement orchestré, on observe les silhouettes rigoristes de la collection, faite presque exclusivement de tailleurs pantalons et de costumes du soir, porte-drapeaux non-officiels d’un formal wear dernièrement relégué au mouroir.

À travers cette scénographie déstabilisante, c’est en réalité la rue dans son insoutenable mais inévitable dureté que la créatrice britannique a souhaité questionner. Un environnement post-industriel challengeant dans lequel la femme contemporaine doit plus que jamais se soumettre à une certaine forme d’austérité vestimentaire, loin des fantasmes streetwear inoculés par une clique de créateurs dont l’esthétique urbaine post-soviétique semble avoir perdu de sa superbe contestataire au profit d’un massif plébiscite populaire.

Face à cette mutation de paradigme stylistique, le formal wear au féminin se mue paradoxalement en une arme vestimentaire anti-conformiste sur l’échiquier cyclique que forment les tendances dominantes, mais pas seulement. Si l’uniforme de la working-girl s’imposera indubitablement l’hiver prochain dans les vestiaires citadins, c’est qu’il répond non sans pragmatisme aux injonctions sociétales qu’incombe à la femme contemporaine. Instrument de conquête du pouvoir emblématique des eighties, l’uniforme de travail doit lui permettre aujourd’hui de le conserver alors que bon nombre de ses acquis sont menacés, ou du moins peu enclins à évoluer.

Inégalités salariales persistantes, considérations sexistes anti-carriéristes : l’aspirante power woman moderne doit plus que jamais faire preuve de combativité pour s’imposer dans une société encore et toujours façonnée par des normes patriarcales, incluant une certaine conception de la virilité. Or quelle tenue de combat plus adéquate que l’uniforme de prédilection arboré par son adversaire ? Un tour de passe-passe salutaire dont la gente féminine a finalement usé tout au long du XXe siècle, en en révélant aujourd’hui une nouvelle déclinaison. Moins tailleur satiné que formel urbanisé, l’attirail de la working-girl made in 2017 s’affranchit de l’esthétique néo-kitsch galvaudée qui a fait sa notoriété pour se conjuguer sur un mode mêlant épure minimaliste et fonctionnalité. Démonstration.

LES ÉPAULETTES

De gauche à droite : Mugler automne-hiver 2017, Céline automne-hiver 2017, Jil Sander automne-hiver 2017, Isabel Marant automne-hiver 2017

Excroissances aux velléités dominatrices, les épaulettes s’extraient de leur jus eighties suranné pour s’imposer en gimmicks résolument frondeurs, garants d’une allure fière et volontaire. Aiguisées à l’extrême chez Mugler quitte à frôler la caricature, elles prennent une carrure résolument plus masculine chez Isabel Marant, Céline ou encore Jil Sander dans la droite lignée du retour de flamme impulsée par Demna chez Balenciaga qui n’a cessé depuis son arrivée de remettre la working-girl la tête sur les épaules.

LA JUPE CRAYON

De gauche à droite : Calvin Klein automne-hiver 2017, Max Mara automne-hiver 2017, Balenciaga automne-hiver 2017, Haider Ackermann automne-hiver 2017

Apanage d’une working-girl héritée d’un roman de Bret Easton Ellis, la jupe crayon version 2017 revendique de nouvelles ambitions. Si Haider Ackermann en livre une interprétation quasi-exégétique – noire, stricte et sculptante – Michael Kors et MaxMara proposent une version un brin fendue empreinte de pragmatisme, offrant à celle qui la porte une latitude de mouvements optimale. Une amplitude que l’on retrouve chez Balenciaga dont les silhouettes d’open-space déambulent vêtues de jupe crayon XXL que seule une ceinture d’inspiration cowboy permet de retenir. Un clin d’oeil western vu également en début de Fashion Month chez Calvin Klein, Raf Simons jouxtant ses “pencils skirts” de santiags stylisées, sauvant in extremis la jupe bodycon de la démission.

LE BLAZER

De gauche à droite : Off-White automne-hiver 2017, Dries Van Noten automne-hiver 2017, Fendi automne-hiver 2017, Victoria Beckham automne-hiver 2017

Incarnation stylistique d’un professionnalisme galvaudé, le blazer s’extirpe de son (sous) rang de basique insipide pour rehausser robes évanescentes chez Off-White, volants incandescents chez Victoria Beckham ou encore jupons satinés chez Fendi. Une montée en grade qu’il doit à des proportions ostensiblement androgynes, le blazer s’érigeant volontairement en armure anti-plafond de verre sur la slip dress de la femme Dries Van Noten ou le pantalon de mousseline de la gracile muse Lemaire. C’est ce qu’on appelle avoir une promotion.

LE TRENCH

De gauche à droite : Maison Margiela automne-hiver 2017, Céline automne-hiver 2017, Olivier Theyskens automne-hiver 2017, Nehera automne-hiver 2017

D’humeur cinétique, le trench féminin ne le sera plus l’hiver prochain. Mué en passe-muraille citadin, il se défausse de toute connotation sensuelle pour se fondre dans l’uniformité de l’habit de travail, sobre et fonctionnel. Enveloppe mastic brutaliste chez Céline, le trench gagne en prestance chez Nehera et Dries Van Noten face à un Olivier Theyksens qui mise plus que jamais sur une interprétation longiligne de ce studieux vêtement de pluie. Seul Galliano chez Margiela préserve un brin de son aura fatale en l’ajourant d’un non-plastron artisanal. Chic et strict.

LE PARDESSUS D’HOMME

De gauche à droite : Victoria Beckham automne-hiver 2017, Michael Kors automne-hiver 2017, Balenciaga automne-hiver 2017, Jil Sander automne-hiver 2017

Épaules imposantes, double-boutonnage structurant et teintes automnales rutilantes : le manteau d’homme s’impose chez Dries Van Noten ou Jil Sander comme une pièce à la puissance rare, véritable offensive vestimentaire d’une femme à l’indépendance non négociable. Force tranquille, il s’accommode toutefois de micros incartades stylistiques – manches bouffantes chez Victoria Beckham, manches cape chez Michael Kors – sans perdre de vue une certaine droiture, témoin de ses ambitions sociétales.

LE COSTUME

De gauche à droite : Céline automne-hiver 2017, Nehera automne-hiver 2017, Jil Sander automne-hiver 2017, Ellery automne-hiver 2017

Dédramatisé depuis le dernier défilé de Gosha Rubchinskiy au Pitti Uomo, le costume d’homme s’empare à nouveau du dressing dudit sexe faible sur une dynamique minimaliste conquérante. Littérale, la business woman made in Céline fait mine de l’acquérir sans détour au Printemps Homme, se murant la mine grave dans des costards noirs disproportionnés qu’elle jouxte de bottines immaculées. Un art du tayloring que Nehera conjugue avec plus de désinvolture convoquant fluidité des coupes et fines rayures, tandis qu’Ellery fait du combo veste Bar structurée et pantacourt feinté le tailleur pantalon du futur.

LA CHEMISE AU COL POINTU

De gauche à droite : Céline automne-hiver 2017, Vetements automne-hiver 2017, Christophe Lemaire automne-hiver 2017, Louis Vuitton automne-hiver 2017

Résurgence vestimentaire d’un formal wear que les interns ne peuvent pas connaître, le col de chemise à bouts pointus revient célébrer les tenants d’un dress code professionnel obtus. Intégralement boutonnés lorsque les volumes du col flirtent avec le classicisme d’une jeune recrue, le chemisier ainsi convoqué se passe d’un ou deux crans lorsque ses pointes se révèlent sévèrement affûtées, exception faite de la femme Céline dont les boutonnières jouent définitivement à guichets fermés. Et que vive l’austérité.

LE PRINCE DE GALLES GRIS

De gauche à droite : Calvin Klein automne-hiver 2017, Balenciaga automne-hiver 2017, Ellery automne-hiver 2017, Off-White automne-hiver 2017

Fil rouge de l’office wear façon Mad Men, l’imprimé Prince de Galles truste avec véhémence les tailleurs pantalons de la power woman édition 2017, qu’il se réclame du minimalisme post nineties façon Calvin Klein ou de la tradition aristo british à la manière d’Ellery. Apposé aux codes urbains chez Off-White, il peut se targuer de gagner en “fashion cred” auprès des aspirants CDD sans pour autant renier son ADN “femme de banquier” mis en exergue chez Balenciaga. Ou comment naviguer dans l’organigramme sans se faire griller.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Lauren Bastide : « Une révolution féministe va avoir lieu »

Féministe et journaliste, Lauren Bastide mène un combat politique en faveur d’un féminisme intersectionnel et inclusif. Avec son podcast La Poudre, qui dépasse les 10 millions d’écoutes, elle donne la parole à des femmes inspirantes issues de tous horizons. Car pour lutter contre l’invisibilisation des femmes et leur silenciation, « il faut, avant tout, œuvrer à ce qu’elles soient vues et entendues ». Revue de détail d’une révolution totale et globale, chargée de remettre l’humanité sur les bons rails.

Société

Assa Traoré : « Je donne de l’espoir à la nouvelle génération »

Quatre ans après la mort d’Adama Traoré dans les locaux de la gendarmerie de Persan, suite à une interpellation, sa sœur mène le combat en sa mémoire avec une détermination inaltérable. Devenue une figure internationale de la lutte contre le racisme et les violences policières, elle incarne une nouvelle génération de Français·e·s issu·e·s des quartiers populaires qui ne se laissent plus voler la parole et ne s’excusent plus d’exister.

Société

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Pas d’alcool ni de drogue : le mouvement straight edge est-il toujours aussi punk ?

Né dans des années 1980, le mouvement initié par le groupe de punk hardcore Minor Threat prônant une vie sans alcool et sans drogue semble connaître un regain de popularité. De plus en plus dépouillé de ses attributs originels, il est à la fois adopté par certain·e·s militant·e·s de la gauche radicale et par la nouvelle génération, adepte de mindfulness.

Société

Comment l’écosexualité réinvente les rapports entre l’humain et l’environnement ?

Entre émancipation sexuelle et combat écologique, l’écosexualité prône un rapport érotique avec la nature comme critique de l’anthropocentrisme. Mais qui sont au juste ces militants d’un nouveau genre ? Quelles sont les origines de leur mouvement et les réelles portées politiques de leurs revendications ?

Société

lire la suite

> voir tout

Société

Oklou dévoilera trois nouveaux titres ce jeudi 30 juillet parmi lesquels le single « Fall », révélé chez Colors