La romance condamnée de Valentino

Article publié le 7 juillet 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Photo : courtesy of Valentino

READ FULL ENGLISH TEXT HERE

Valentino vient d’annoncer le départ de Maria Grazia Chiuri, moitié du duo qu’elle formait jusqu’alors avec Pierpaolo Piccioli à la tête de la direction artistique de la maison italienne. Ils présentaient hier  leur dernière collection haute couture automne-hiver 2016 imaginée ensemble.

Pour leur dernière collection en duo, Maria Grazia Chiuri et Pierpaolo Piccioli ont présenté une haute couture automne-hiver 2016 aux proportions shakespeariennes. En réalité, il était impossible de ne pas établir de corrélation entre le duo et l’histoire d’amour malheureuse de Roméo et Juliette. En fond sonore du défilé, le soundtrack de l’adaptation du film de Baz Luhrmann dont son Roméo, Leonardo Di Caprio, récite avec mélancolie la prose du poète.

Après plus de deux décennies de travail à l’unisson, cette collection témoignait admirablement de la relation symbiotique construite par le duo au fil des ans. La beauté harmonieuse de ce show, conçu pour marquer les 400 ans du décès de Shakespeare, a, sans faute, mis en vedette chaque facette de ce qui a fait de cette paire un partenariat de premier choix.

Valentino haute couture fall-winter 2016

La précision puritaine de ces créations raffinées et dénuées d’artifices a fait la part belle au tissu, à la coupe et la couleur. Le choix d’ouvrir avec une silhouette austère élisabéthaine fonctionnait aussi parfaitement avec cette esthétique. Mais la maîtrise de l’ornementation du duo ne s’est pas fait oublier. Un manteau scintillant en tapisserie brodée et perlée a convaincu la fashion crowd habituellement blasée de s’affranchir de quelques applaudissements. Et le duo a même démontré sa capacité à capturer l’air du temps en faisant défiler une grande fraction de ses silhouettes en noir et blanc, l’une des tendances majeures de cette saison couture.

Valentino haute couture fall-winter 2016

Certains pourront soutenir que la collection aurait plus trouvé sa place sur la scène d’un théâtre, et il est indéniable que ces deux-là aiment créer des pièces théâtrales. Mais les foules de clients de la marque déversés sur le site du défilé vêtus des looks les plus élaborés de la paire ont prouvé l’existence d’un réel marché pour des créations à l’âme poétique, l’œil inventif et le cœur empli d’amour.

Avec le départ de Chiuri pour Dior et Piccioli toujours aux rênes de Valentino, ils pourrait devenir les propres amoureux maudits de la mode. Espérons qu’ils continueront à s’inspirer et se motiver respectivement une fois séparés. La combinaison de leur art pourrait être suffisamment puissante pour galvaniser une industrie en proie à des transformations fondamentales. Ces deux-là finiront peut-être par nous montrer la voie.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars