La petite robe noire selon Guerlain

Article publié le 9 février 2015

Rares sont les boutiques qui réussissent à passer l’épreuve de l’exposition. En effet, il n’est guère évident, dans un espace dédié à la vente, de laisser de la place à des œuvres d’art et, surtout, leur permettre de s’exprimer. Pour cet événement consacré à la Petite Robe Noire, pièce culte du dressing féminin mais aussi nom d’un des plus célèbres parfums de Guerlain, la maison parisienne s’acquitte dignement de sa tâche de curatrice.

L’exposition est découpée en trois chapitres. En guise d’introduction, une œuvre de l’artiste chinois Liu Bolin, qui joue sur l’autofiction (il se met en scène) et la référence (aux roses du Bulgarie, grande actrice de la fragrance de Guerlain). Ensuite, on explore le thème sur une trame plus classique, voire nostalgique, avec des images légendaires d’Henri Cartier-Bresson, William Klein, Irving Penn ou Helmut Newton, le tout, sous la houlette de la Maison Européenne de la Photographie. Enfin, place aux jeunes talents avec les étudiants des Gobelins, qui ont imaginé le futur de la petite robe noire.

Aussi esthétique que technologique, elle s’impose, d’après les mots de Catherine Deneuve, comme « l’objet de tous nos désirs »…

Un texte de Sophie Rosemont.

Jusqu’au 15 avril La Petite Robe Noire, Variations autour d’un mythe à la Maison Guerlain,
68, avenue des Champs-Elysées.

Capture d’écran 2015-09-05 à 18.53.29

Les plus lus

> voir tout

La lingerie féminine s’émancipe des diktats

Une nouvelle vague de designers remet en question les standards corporels de beauté à travers leurs pièces de lingerie avant-gardistes, défaites des impératifs patriarcaux liés au male gaze.

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

lire la suite

> voir tout

Mode

Réclamant un arrêt du décompte des votes à mesure que les chances de Donald Trump d’être réélu s’amenuisent, des républicain·e·s parfois armé·e·s ont essayé de s’introduire dans des centres de dépouillement

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.