La Femme Pallas

Article publié le 5 décembre 2014

Sur cette image, l’important n’est pas seulement la robe de jersey, très sexy, ou ces bas qui remontent le haut des cuisses, ou encore ce bracelet d’inspiration punk. Ce qui compte, c’est cette veste de smoking que l’on devine négligemment enfilée alors qu’elle est tout sauf anodine. Car elle est signée Pallas. Après un demi-siècle de bons et loyaux services pour des maisons de mode comme Céline ou Balenciaga, l’atelier de couture Pallas vole de ses propres ailes. Le prêt-à-porter de la marque ne date pas d’hier : David et Phoebe Pallas s’y étaient essayés dès les seventies. Mais c’est leur fils Daniel, accompagné de son épouse Véronique, qui non seulement reprend la société dès 1992 mais décide, en 2013, de lancer une collection de smoking. Imaginé avec Hannelore Knuts, ce premier essai est gagnant. C’est sophistiqué, féminin, couture évidemment. Que l’on n’ose pas immédiatement le smoking, on le comprend – même s’il n’a jamais semblé aussi désirable depuis ses foulées sur le podium d’Yves Saint Laurent. Mais le pantalon seul ou, mieux encore, cette veste divinement coupée… Ça, c’est Pallas !

Un texte de Sophie Rosemont

14106_75MR_Antidote_63_006_V2C_CMYK

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.