Komono s’entoure de 10 artistes pour sa nouvelle collection Signature

Article publié le 24 octobre 2018

Photo : œuvre de Louise Mertens pour Komono.
Texte : Maxime Leteneur.

À l’occasion du lancement de sa nouvelle collection de montres Signature, Komono s’associe à 10 artistes internationaux pour réinterpréter les modèles de la marque belge.

C’est à Anvers, ville de mode et de design par excellence, que Komono a pris son envol il y a maintenant 8 ans. Devenu en quelques années seulement une référence sur le marché optique et horloger, Komono a su faire valoir sa sensibilité artistique via de nombreuses collaborations. On se souvient notamment d’une collection hommage à Jean-Michel Basquiat il y a 4 ans, ou Magritte en 2016.

Pour la sortie de Signature, la marque a fait le pari de la sobriété avec une collection simple aux lignes épurées, basée sur les couleurs noire et argent. « Après toutes ces années d’innovations, nous voulions aussi avoir cette base, cette signature, qui représente Komono en toute simplicité », nous confie avec enthousiasme Anton Janssens, directeur général et co-fondateur de la griffe belge. Pour accompagner et célébrer le lancement de cette collection, Komono a fait appel à dix artistes, issus de pays variés et de disciplines différentes (photo, vidéo, illustration, graphisme ou encore peinture), pour exprimer leur vision d’un modèle. « J’aime ce contraste, cette dualité,. D’avoir quelque chose de très simple et pur, et d’en faire une interprétation artistique, c’est l’essence même de Komono », continue Anton Janssens.

Disponibles dans les boutiques à travers de le monde, les productions artistiques n’ont pas pour vocation première de vendre, mais plutôt d’exprimer une vision et un amour de l’art que partage la griffe depuis ses débuts. « Nous voulions soutenir des artistes que nous trouvons très intéressants et crédibles, et leur donner une vitrine internationale », finit par nous expliquer le directeur général.

Photos de gauche à droite : œuvre de Arcin Sagdic pour Komono, œuvre de Amber Vittoria pour Komono.

Parmi l’ensemble d’artistes choisi pour revisiter la collection Signature, on retrouve Louise Mertens, la régionale de l’étape. « J’ai commencé avec un concept, une idée, mais j’ai vite réalisé que ça m’ouvrait moins d’options et je me suis rapidement retrouvée coincée. Alors j’ai abandonné et j’ai commencé à shooter et à créer librement, sans avoir aucune idée de ce qui adviendrait ». Le résultat ? Une image d’une étrange beauté entre graphisme et photographie. À quelques centaines de kilomètres de là, le Berlinois Arcin Sagdic présente son travail comme « une interaction cohérente de mes questions, peurs, espoirs et rêves. Il peut également être décrit comme une évasion de la réalité. À la recherche de l’ultime équilibre dans la vie. » Sa vision singulière et son travail sur le mouvement donnent à voir une photographie aux lignes pentagoniques et à l’énergie mystique presque religieuse.

Photo : œuvre de Csilla Klenyánszki pour Komono.

Mais le travail le plus magnétique demeure peut-être celui de Csilla Klenyánszki, artiste hongroise installée à Amsterdam. Elle joue avec l’idée de l’horloge et « comment on peut prendre son temps », littéralement. Présenté sous la forme d’une vidéo en stop-motion intitulée « In A Snap », son travail illustre une main d’homme représentant l’aiguille d’une horloge ou d’une montre, et donne l’impression de voir passer le temps de nos propres yeux : « Les photographies peuvent freezer par moment, et à la fin du processus d’editing, j’ai pu jouer avec le timing », explique-t-elle. Parmi les autres artistes sélectionnés pour participer au projet, on retrouve Daiana Ruiz (Argentine), Debby Woo (France), Frankie Cihi (Japon), Barrakuz (Pologne), Nicasio Torres (Espagne), Kim Jakobsen To & Hamish Wirgman (Royaume-Uni), et Amber Vittoria (États-Unis).

Photo : œuvre de Barrakuz pour Komono.

La collection Signature et les œuvres des artistes sont disponibles sur le site de Komono.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas manquer l’événement spectaculaire célébrant les 70 ans de Moncler ?

Afin de célébrer son jubilé de platine, la maison Moncler, dont la doudoune est devenue une pièce emblématique du vestiaire contemporain, organisait une performance monumentale sur la Piazza del Duomo de Milan, samedi 24 septembre, à 21h. Retour sur un événement hors du commun lors duquel 1952 performeur·se·s – en écho à la date de naissance de la marque – ont donné vie à un spectacle nocturne à couper le souffle, inaugurant un programme d’événements internationaux s’étalant sur 70 jours.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le grand retour de Puma à la Fashion Week de New York ?

L’équipementier sportif allemand Puma faisait son grand retour dans le calendrier de la Fashion Week de New York avec son défilé « FUTROGRADE », ce mardi 13 septembre. Couplé à une expérience digitale immersive sur la plateforme « Black Station » de la marque, l’événement réaffirmait son identité mode à travers plusieurs collaborations, de Palomo Spain à Dapper Dan en passant par Koché ou encore P.A.M. (Perks and Mini).

Lire la suite

Découvrez la nouvelle collection « Night Walker » d’Antidote Studio, pour l’automne-hiver 2022/2023

Antidote présente en see-now buy-now sa nouvelle collection Studio, comme toujours genderfree et 100% vegan. Rendez-vous dès à présent sur notre e-shop pour la pré-commander.

Lire la suite

Peut-on porter des claquettes ou des tongs en ville ?

Pièces incontournables des vacances à la mer, tongs et claquettes s’immiscent aussi de plus en plus sur le bitume, à l’instar de la nouvelle paire de slides d’Havaianas, ou encore de son modèle Tradi Zori, inspiré de la culture vestimentaire japonaise.

Lire la suite

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.