Komono réédite sa collection de lunettes de soleil conçue en collaboration avec Baloji

Article publié le 15 avril 2019

Share :

Photo : Komono x Baloji.

Le label Komono, spécialisé dans les montres et les lunettes, vient de rééditer sa collection de solaires réalisée en collaboration avec le musicien belge d’origine congolaise Baloji, à l’occasion de la sortie de son court-métrage Zombies.

L’artiste aux multiples casquettes Baloji, reconnu pour sa réinteprétation moderne de la musique congolaise traditionnelle, a dévoilé un nouveau court-métrage intitulé Zombies, réalisé par ses soins. L’occasion pour Komono de rééditer sa collection de solaires réalisée en 2015 en collaboration avec le chanteur, composée de quatre modèles de lunettes de soleil oversized aux formes arrondies ou rectangulaires.

Reflétant la multiculturalité de Baloji, la collection en acétate marbrée aux tons vert – reproduisant l’apparence de la malachite – et métal doré s’inspire de personnalités l’ayant marqué telles que Pierre Mandjeku, célèbre guitariste congolais et véritable modèle pour le musicien, ou encore le roi des Belges Baudouin Ier, qui a gouverné le pays d’adoption de Baloji de 1951 à 1993 – et qui se plaisait à arborer une paire de lunettes rectangulaires pouvant évoquer celles portées par les fans de hip-hop dans les années 1980. Ainsi, les noms des modèles Dizzy et Kitoko sont respectivement issus des surnoms donnés à ces deux célébrités, tandis que le modèle Mujinga, marqué par un design œil de chat, rend lui hommage à la mère de l’artiste, dont il fut séparé durant 25 ans après avoir émigré en Belgique. 

Enfin, le modèle aux verres ronds XXL bordés d’un liseré d’or a été pensé en hommage à la chanteuse, actrice et danseuse congolaise Tshala Muana, parfois surnommée la « Donna Summer congolaise ». Il apparaît au milieu du court-métrage Zombies, à travers lequel Baloji critique l’isolation que l’homme tend à s’imposer lui-même à travers sa relation avec les nouvelles technologies, soulignant notre servitude volontaire vis-à-vis de nos smartphones, devenus des extensions de notre propre corps.

Des salons de coiffures et rues de Kinshasa à ses boîtes de nuit, la vidéo met en scène plusieurs personnageincarnant la diatribe du réalisateur contre cette nouvelle dépendance, qu’ils soient filmés en train de danser avec un selfie stick, ou isolés par un casque de réalité virtuelle vissé sur leur tête. Pour écrire le scénario, Baloji explique s’être inspiré d’une photographie de John Stanmeyer représentant des migrants sur une plage de Djibouti tendant leur téléphone dans la nuit, pour essayer tant bien que mal de capter un signal. Une image qui, pour Baloji, « souligne la relation presque charnelle que nous entretenons avec nos téléphones ».

Artiste total, il signe également la bande-son du court-métrage, composée de sonorités éclectiques issues de son album « 137 Avenue Kaniama », sorti en 2018. Bajoli prévoit par ailleurs de dévoiler un nouveau disque cette année.

Photo : Komono x Baloji.

La collection Komono x Baloji est dès à présent disponible sur le site de la marque.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

lire la suite

> voir tout

Mode

Cofondatrice de Black Lives Matter, Patrisse Cullors va organiser ce samedi 27 juin « Black Power Live », un évènement digital avec des performances de Blood Orange, Doja Cat ou encore Denzel Curry