Avec les JAW, Givenchy redéfinit les règles du sneaker game

Article publié le 1 décembre 2018

Photo : les sneakers JAW Low-Top de Givenchy.
Texte : Antoine Leclerc-Mougne.

Depuis l’arrivée de la directrice artistique Clare Waight Keller à la tête de la maison française, Givenchy est en pleine transformation. Une évolution marquée par un retour dans le calendrier haute-couture, la création de la robe de mariée de Meghan Markle, et maintenant la sortie d’une nouvelle version des JAW, modèle de sneakers déjà iconique.

La dernière fois que vous avez prononcé le mot « jaw », c’était pour la sortie des Dents de la mer en 1976 (Jaws en anglais) ou alors peut-être pour celle du single « Joe le taxi » de Vanessa Paradis en 1987… Bref, dans les deux cas, c’était il y a bien trop longtemps. Mais désormais grâce à Givenchy, JAW va à nouveau se retrouver dans toutes les bouches et surtout à tous les pieds de celles et ceux qui, au niveau du style, ont un temps soit peu compris quelle était la marche à suivre.

Vidéo : Yann Weber. Modèles : Anna Herrera @Suprememgmt, Lukas Adriaensens @Rebelmanagementbe. Directeur de casting : Bert Martirosyan. DOP : Ludwik Pruszkowski. Set Design : System_F. Maquillage : Dariia Day @Atomomanagement. Coiffure : Yumiko Hikage @Saint_germain_agency. Post-production : Saint Louis. Musique : Clon – First Love (Techno Remix). Design graphique : Golgotha. Vêtements et sneakers : Givenchy.
Urbaines, racées et souples, les JAW sont désormais disponibles dans une version basse pour homme et pour femme, dans des versions monochromes noire et blanche, auxquelles s’ajoutent des variations de coloris (camel, brun roux et brun chez la femme ou violet, bleu et rouge chez l’homme). À la croisée entre le streetwear, le sportswear et le style industriel, les JAW multiplient les influences, allant des tennis de course des années 60 au dad-shoes high-tech des années 90.
La semelle crantée inédite rappelle volontairement les dents et les mâchoires d’un requin. Sauf qu’au lieu de mordre la chair, c’est au bitume qu’elles vont s’accrocher. L’occasion pour Antidote de mettre en scène la JAW Low-Top et de proposer, au sein d’une vidéo exclusive, sa propre interprétation d’un modèle qui a la niaque et les crocs.
Dans une salle de jeux d’arcade baignée par la lumière des néons fluorescents et par celle des écrans de gaming, une bande d’amis se challengent dans plusieurs jeux comme une course de moto ou un tournoi de rodéo mécanique. Mais ce sont surtout les deux protagonistes de la vidéo, les mannequins Anna Herrera et Lukas Adriaensens aperçus lors du dernier défilé Givenchy, qui finissent la compétition en beauté avec une battle de Dance Revolution. Une façon de nous démontrer que, sur l’accélérateur, à l’étrier ou sur le dancefloor, le pied est forcément boosté par le style, la souplesse et la technicité des JAW. Tout ça est tellement « jaw-dropping » comme on dit en anglais, que les autres pieds peuvent définitivement aller se rhabiller.
La sneaker JAW Low-top est disponible pour homme et femme dans les boutiques Givenchy et sur givenchy.com.

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.