Inquiétante étrangeté

Article publié le 26 janvier 2015

La singularité reviendrait-elle (enfin) sur le devant de la scène ? La dernière campagne Lanvin en offre un exemple significatif avec l’une de ses nouvelles égéries, Anna Cleveland, qui pose aux côtés de sa mère pour une série étrangement… belle. Traits vaguement irréguliers, dimensions habituelles du visage peu respectées : la jeune Cleveland plaît beaucoup. Comme Issa Lish, dont le mélange de ses origines, mexicaines et japonaises a conféré une allure absolument étonnante. Et suffisamment séduisante pour se permettre de porter un T-shirt « That Girl Needs A Xanax ». Quant aux autres modèles dotées d’un physique plus classique, elles tentent tout pour sortir de la masse, la teinture en brune étant le dernier outil en vogue. Après la consécration d’Edie Campbell, survenue après son improbable coupe mulet noir corbeau, les tops couvrent leur blond bébé d’une couleur plus sombre. Pour le plus grand plaisir des marques, qui voient là un excellent moyen de renouveler leur cheptel sans perdre trop de repères. Et d’affirmer, une fois pour toutes, que la mode est d’abord une histoire de style. Le non respect des conventions mode ne s’arrête pas là : Joan Didion chez Céline et Joni Mitchell chez Saint Laurent prouvent que l’on peut rester belle même après 60 ans, et terriblement désirable pour des maisons en soif de sens. La guerre de la plus belle pour aller poser aurait-elle atteint un point de non retour ? On a tout connu chez les mannequins : les sylphides des sixties, les libérées des seventies, les femmes fatales des 80’s, les belles plantes des années 90, les androgynes des années 2000, les rebelles des années 2010. Celles qui ont su se démarquer sont celles qui avaient « le » truc en plus. Si Naomi ou Claudia restent des références, Kate Moss est toujours indétrônable : brindille au milieu des girondes, mutique parmi les bavardes, elle était unique. Et l’est encore. Baudelaire, à qui elle aurait sans doute beaucoup plu, écrivait : « le beau est toujours bizarre. Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que cette bizarrerie qui le fait être particulièrement Beau. C’est son immatriculation… » Aujourd’hui, l’étrangeté est au contraire volontaire, recherchée, étudiée, mise en scène. Et offre, dans un territoire parfois asphyxié de l’imagerie mode, un peu d’air frais.

Un texte de Sophie Rosemont.

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.