Inquiétante étrangeté

Article publié le 26 janvier 2015

La singularité reviendrait-elle (enfin) sur le devant de la scène ? La dernière campagne Lanvin en offre un exemple significatif avec l’une de ses nouvelles égéries, Anna Cleveland, qui pose aux côtés de sa mère pour une série étrangement… belle. Traits vaguement irréguliers, dimensions habituelles du visage peu respectées : la jeune Cleveland plaît beaucoup. Comme Issa Lish, dont le mélange de ses origines, mexicaines et japonaises a conféré une allure absolument étonnante. Et suffisamment séduisante pour se permettre de porter un T-shirt « That Girl Needs A Xanax ». Quant aux autres modèles dotées d’un physique plus classique, elles tentent tout pour sortir de la masse, la teinture en brune étant le dernier outil en vogue. Après la consécration d’Edie Campbell, survenue après son improbable coupe mulet noir corbeau, les tops couvrent leur blond bébé d’une couleur plus sombre. Pour le plus grand plaisir des marques, qui voient là un excellent moyen de renouveler leur cheptel sans perdre trop de repères. Et d’affirmer, une fois pour toutes, que la mode est d’abord une histoire de style. Le non respect des conventions mode ne s’arrête pas là : Joan Didion chez Céline et Joni Mitchell chez Saint Laurent prouvent que l’on peut rester belle même après 60 ans, et terriblement désirable pour des maisons en soif de sens. La guerre de la plus belle pour aller poser aurait-elle atteint un point de non retour ? On a tout connu chez les mannequins : les sylphides des sixties, les libérées des seventies, les femmes fatales des 80’s, les belles plantes des années 90, les androgynes des années 2000, les rebelles des années 2010. Celles qui ont su se démarquer sont celles qui avaient « le » truc en plus. Si Naomi ou Claudia restent des références, Kate Moss est toujours indétrônable : brindille au milieu des girondes, mutique parmi les bavardes, elle était unique. Et l’est encore. Baudelaire, à qui elle aurait sans doute beaucoup plu, écrivait : « le beau est toujours bizarre. Je dis qu’il contient toujours un peu de bizarrerie, de bizarrerie naïve, non voulue, inconsciente, et que cette bizarrerie qui le fait être particulièrement Beau. C’est son immatriculation… » Aujourd’hui, l’étrangeté est au contraire volontaire, recherchée, étudiée, mise en scène. Et offre, dans un territoire parfois asphyxié de l’imagerie mode, un peu d’air frais.

Un texte de Sophie Rosemont.

Les plus lus

H&M Innovation Metaverse Design Story, une collection inspirée par le métavers

La marque suédoise dévoile aujourd’hui sa collection H&M Innovation Metaverse Design Story, mettant en lumière des techniques et matériaux innovants, développés grâce aux nouvelles technologies et à des processus de production plus responsables. Pour ce huitième drop depuis le lancement de la série de collections H&M Innovation Stories, en avril 2021, ses créateur·rice·s opèrent cette fois-ci une collision entre esthétique cyberpunk et imprimés représentant la nature, via des images satellites de la planète Terre ou de cellules observées au microscope.

Lire la suite

La nouvelle collection 8 Moncler Palm Angels racontée par le designer Francesco Ragazzi

Pour sa nouvelle collection pour la maison Moncler, le designer milanais et fondateur du label Palm Angels, Francesco Ragazzi, continue de puiser son inspiration dans sa fascination pour la culture américaine. Lui-même directeur artistique de Moncler jusqu’en 2019, il se tourne cette saison vers le Miami hédoniste des années 90 pour lui faire rencontrer le lifestyle et l’artisanat italiens. Une collection qui prend forme à travers des pièces mêlant le vestiaire sportif américain à celui de la maison spécialiste de la doudoune, tout en s’accompagnant d’une collaboration avec le chausseur Tod’s.

Lire la suite

À découvrir : la collection 7 Moncler FRGMT, entre technicité et streetwear

Issue du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Care », cette série mode signée par le photographe Anthony Arquier met en scène les pièces issues de la collaboration entre la maison Moncler et le label Fragment, du designer japonais Hiroshi Fujiwara, pour l’automne-hiver 2022/2023.

Lire la suite

L’horloger Jaeger-LeCoultre collabore avec le typographe star Alex Trochut dans le cadre de son projet de dialogues artistiques « Made of Makers »

Dans le cadre de son programme « Made of Makers », initié cette année, l’horloger a fait appel aux talents du graphiste catalan Alex Trochut. Célèbre pour son approche expérimentale de la typographie et créateur de textes-images, ce dernier a conçu un alphabet Art Déco pour la maison suisse qui vient compléter l’offre de personnalisation de la montre Reverso, modèle emblématique de Jaeger-LeCoultre dont le boîtier pivote et sur lequel il est possible de graver ses initiales.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.