Pourquoi Hedi Slimane quitte-t-il Saint Laurent ?

Article publié le 1 avril 2016

Share :

Photo : courtesy of Saint Laurent

La date demeurait encore incertaine mais les rumeurs allaient bon train depuis plusieurs mois au sujet du départ d’Hedi Slimane de la maison Saint Laurent. Kering confirme aujourd’hui que le créateur quitte ses fonctions après quatre années passées à revigorer la maison. Point sur les raisons de son départ.

La nouvelle n’a vraiment surpris personne. Entre les innombrables spéculations et les signaux implicites envoyés par Hedi Slimane, son départ de la maison Saint Laurent semblait acté. Le créateur français fait aujourd’hui ses adieux officiels à l’institution française, et ce pour la seconde fois de sa carrière.

L’histoire de Slimane chez Yves Saint Laurent débute quand Pierre Bergé le nomme en 1996 Directeur des Collections Homme de la marque, avant de le propulser Directeur Artistique. Sa silhouette moderniste fait recette et le designer, courtisé notamment par Jil Sander, se défait d’Yves Saint Laurent dont il a relancé Rive Gauche pour rejoindre la division homme de Dior. Le look skinny qu’il lui prescrit devient celui d’une génération. Christian Dior Monsieur est mort, vive Dior Homme. L’industrie le vénère et l’inscrit déjà parmi les designers les plus influents de sa génération. En 2007, il rend les ciseaux et part s’installer à Los Angeles pour se consacrer à son autre amour, la photographie noir et blanc.

« Le look skinny qu’il lui prescrit devient celui d’une génération. Christian Dior Monsieur est mort, vive Dior Homme. »

Exilé en Californie, Slimane laisse orpheline une foule d’adeptes de son esthétique rock’n’roll qui échoue à lui trouver un successeur digne. Kering le convainc en 2012 de renouer avec la mode en lui proposant le poste de Directeur de la Creation et de l’Image de la maison Yves Saint Laurent. Adieu Pilati, Ave Slimane. Le Messie de la côte Ouest, une éléctrode dans chaque main, donne un grand coup de défibrillateur à la maison dont le prêt-à-porter s’appellera à présent Saint Laurent Paris. Sous la direction créative d’Hedi Slimane, La Maison a connu une réforme holistique qui lui a rendu sa modernité ultime et son autorité mode tout en revivifiant et en respectant la vision originale de M. Saint Laurent», prêche le communiqué de depart envoyé par Kering. « Ce qu’a accompli Yves Saint Laurent ces quatre dernières années restera comme un chapitre unique dans l’histoire de la Maison. Je suis très reconnaissant à Hedi Slimane et à toutes les équipes d’Yves Saint Laurent d’avoir tracé ce chemin que la Maison a emprunté avec succès et qui permettra la poursuite du rayonnement de cette marque légendaire. », commente François-Henri Pinault, PDG du groupe.

Nouveau chapitre aussi pour le mercato de la mode qui s’est intensifié ces derniers mois avec le départ de Raf Simons de chez Dior, celui d’Alber Elbaz de chez Lanvin et son remplacement par Bouchra Jarrar. Si les raisons du non-renouvellement de ces deux contrats sont aujourd’hui connues, celles du bail de Slimane qui se terminait le jeudi 31 mars restent floues. Kering et le créateur n’auraient pas réussi à se mettre d’accord sur les conditions d’un éventuel second acte.

Il est certain que les résultats de Saint Laurent n’ont pas poussé Slimane vers la sortie. En février 2015, Kering annonçait le doublement des ventes de Saint Laurent depuis l’arrivée de son nouveau directeur artistique. Et le chiffre d’affaires de la maison n’a depuis cessé d’augmenter pour atteindre près d’un milliard d’euros l’an passé.

Malgré sa nomination à la tête de la maison française, le créateur n’avait pas souhaité déménager de Los Angeles. Il avait réussi à délocaliser le studio de création dans sa ville d’adoption mais rendait la communication difficile avec le reste des équipes toujours basées à Paris. La decision de Slimane de bousculer le calendrier de la semaine de la mode masculine automne-hiver 2016 en voulant organiser le show à Los Angeles est-elle la goutte d’eau qui a fait déborder le vase ? Les coûts d’une telle decision sont ahurissants. Le créateur ne supporterait-il tout simplement plus le jetlag ?

« Le créateur ne supporterait-il tout simplement plus le jetlag ? »

Le mot concession ne semble pas faire partie de son vocabulaire. Il souhaiterait le contrôle exhaustif des produits griffés YSL. Le litige se cristallise avec la sortie de la fragrance Black Opium, dont L’Oréal qui a acheté la license cosmétiques et parfums de la marque est à l’origine. Hedi Slimane fait savoir, au travers d’un communiqué publié sur le compte Twitter d’YSL, qu’il n’a rien à voir avec la campagne qui met en scène le mannequin Edie Campbell. Puh-lease.

Cette nouvelle annonce appuie donc sans doute le désir de Kering d’asseoir un nouveau directeur artistique. La rumeur véhicule que Kering a trouvé cet homme providentiel en la personne du créateur belge Anthony Vaccarello. Les jours seraient désormais comptés avant l’annonce officielle de sa nomination.

Quant à Hedi, nul ne se fait de souci pour sa personne. Il devrait retrouver du travail sous peu, sans passer par la case intérim. Bien que le Kaiser – qui avait perdu à l’époque quarante kilos pour entrer dans les costumes Dior Homme par Hedi Slimane – n’ait pas encore dit son dernier mot, on pressent déjà Slimane pour remplacer Lagerfeld chez Chanel. La petite veste noire zippée et déchirée, c’est pour bientôt.

REVIVEZ LA DERNIÈRE COLLECTION D’HEDI SLIMANE EN IMAGES :

Défilé Saint Laurent Couture automne-hiver 2016

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Découvrez la sixième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Versace, Balenciaga, Louis Vuitton, Marine Serre, Christian Louboutin, Miu Miu ou encore Andreas Kronthaler for Vivienne Westwood. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Fresh NewsMode

lire la suite

> voir tout

Fresh NewsMode

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars