La collection Fenty de Rihanna sera en vente à Paris en avant-première

Article publié le 21 mai 2019

Share :

Photo : Campagne vidéo Fenty.
21/05/2019

Dix jours après son lancement, la nouvelle marque de luxe créée par LVHM et Rihanna dévoile sa date de sortie et sa première campagne vidéo.

C’est officiel : ce vendredi 24 mai, Fenty, la nouvelle marque de luxe du groupe LVMH créée ex nihilo pour Rihanna se dévoilera en avant-première dans une boutique éphémère parisienne dont l’adresse n’a, pour l’heure, pas encore été révélée. L’eshop de la marque sera quant à lui accessible à l’international dès le 29 mai et sera alimenté par un système de drops réguliers qui, au fur et à mesure, viendront enrichir et renouveler les collections.

Fenty mise ainsi sur l’immédiateté et adopte le principe du « see now, wear now » qui permet à la clientèle de pouvoir accéder aux nouveautés proposées sans avoir à attendre plusieurs mois. Une démarche similaire au concept du « see now, buy now » mis en place il y a quelques années, à la différence que Fenty n’organisera ni défilés ni présentations, et dévoilera ses collections en dehors des calendriers officiels établis par la Fédération de la Haute Couture et de la Mode.

Annoncé le 10 mai dernier après plusieurs mois de rumeurs suite à une apparition de Rihanna en solaires siglées de son nom de famille, le lancement du label Fenty a secoué l’industrie de la mode et enflammé les réseaux sociaux – comme Instagram où un compte dédié, déjà suivi par plus de 280k abonnés, a été créé. Tenus en haleine depuis dix jours, les fans de la chanteuse barbadienne ont pu découvrir hier les toutes premières pièces imaginées pour Fenty dans une campagne vidéo inclusive mettant en scène une flopée de mannequins aux origines diverses et d’âges variés. 

En accéléré, on y découvre différents tableaux urbains qui offrent un aperçu des premières silhouettes de cette collection, reflétant le style personnel de Rihanna qui, dans une interview exclusive au magazine T (un périodique édité par le New York Times), a révélé être sa « propre muse ». Ainsi, le tailoring emprunté au vestiaire masculin est revisité dans une toile de coton rose bonbon ou camel. Taillée dans cette dernière, une veste de costume est greffée à la taille d’un sac banane. Ailleurs, les vestes en denim japonais sont retravaillées en robe-corset et les traditionnelles chemises en popeline sont déconstruites pour se muer en différentes robes. Oversized, parkas et lunettes de soleil à la monture entièrement habillée de verre coloré révèlent un travail sur les volumes et un goût maîtrisé pour la disproportion.

Photo : Rihanna.

Épaulée par une équipe qui a déjà fait ses preuves, la star avide de nouvelles expériences n’a reçu aucune formation dans l’univers du stylisme et de la création. Cependant, elle est loin d’être une novice dans le milieu de la mode où elle évolue désormais. Car avant de lancer une ligne de lingerie inclusive baptisée Savage X Fenty et de développer Fenty Beauty, une gamme de maquillage créée en partenariat avec Kendo, incubateur des marques de beauté de LVMH et composée de fonds de teint disponibles dans 40 nuances différentes pour répondre aux besoins d’une clientèle multiculturelle, la chanteuse de 31 ans a déjà imaginé plusieurs collections de prêt-à-porter en collaboration avec Puma, propriété de Kering. Présentées lors des Fashion Weeks de New York et Paris, ces dernières lui ont permis d’assoir sa crédibilité, renforcée en 2016 lorsqu’elle a été invitée a concevoir une ligne de solaires futuristes pour Dior.

« J’ai lentement évolué dans le monde de la mode. Je l’ai d’abord portée et achetée avant d’être reconnue pour mon style personnel. J’ai ensuite collaboré avec des marques mais je n’ai jamais voulu simplement apposer mon nom sur quelque chose comme avec les licences. Je suis très pragmatique donc je voulais y aller doucement pour être reconnue en tant que designer petit à petit » explique-t-elle au magazine T.  Fondatrice et présidente-directrice générale de Fenty, Rihanna est par ailleurs la première femme noire a occuper le poste de directrice artistique au sein d’une maison de luxe du groupe LVMH, pour qui le dernier lancement de marque remonte à 1987 avec la création de la maison Christian Lacroix. Véritable femme d’affaires, la chanteuse ne délaisse pas pour autant la musique. Comme elle le révèle dans cette même interview, elle travaille actuellement sur son neuvième album studio. Et si sa date de sortie n’a pas encore été communiquée, on sait cependant que ce dernier devrait s’intituler R9 et qu’il sera constitué de morceaux reggae.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »