« Back Side – Dos à la mode », l’exposition du Palais Galliera qui nous tourne le dos

Article publié le 14 mai 2019

Texte : Henri Delebarre.
Photo : Mireille Darc.
14/05/2019

Fermé pour travaux, le musée de la Mode de la ville de Paris présente une nouvelle exposition hors les murs au musée Bourdelle. Intitulée « Back Side – Dos à la mode », cette dernière se concentre sur une partie du corps trop souvent oubliée, bien que support d’une grande créativité.

Après « Balenciaga, l’œuvre au noir » en 2017, le Palais Galliera – en rénovation jusqu’au mois de décembre prochain – s’installe une nouvelle fois dans l’enceinte du musée consacré au sculpteur Antoine Bourdelle avec « Back Side – Dos à la mode ». Curatée par Alexandre Samson, responsable de la création contemporaine du Palais Galliera, et déjà présentée au Musée de la mode et de la dentelle de Bruxelles du 4 novembre 2018 au 14 avril dernier, cette exposition met en scène des créations vues de dos pour valoriser cette partie de l’anatomie du vêtement, souvent travaillée mais peu considérée, et renverse de manière inédite la vision communément frontale et biaisée que nous avons de la mode.

Car s’il est souvent dissimulé, notamment sur les photos de défilés, le dos n’en constitue pas moins un catalyseur de créativité. Et bien souvent, rien de l’avant d’un vêtement ne laisse prédire son arrière. Mis en valeur par de longues traines ou animé par des jeux de découpes, des broderies, des inscriptions ou des décolletés plongeants, le dos se fait tour à tour le support de sacs, de messages, d’éléments techniques tels que les zips ou les laçages et devient même parfois une source de fantasme à la charge érotique inexorable. Présentée parmi la centaine de silhouettes et d’accessoires exposés issus des archives du musée, la robe créée par Yves Saint Laurent pour l’hiver 1970-1971 au dos entièrement recouvert de dentelle en témoigne, tout comme celle dessinée par Guy Laroche et portée en 1972 par Mireille Darc dans « Le Grand Blond avec une chaussure noire », dont le vertigineux décolleté dévoilait non pas la naissance des seins mais celle des fesses.

Photo : Jean Paul Gaultier, Robe, Automne-Hiver 1995-96 © Françoise Cochennec / Galliera / Roger-Viollet.

Sublimée par la mode comme par les arts, cette partie de l’anatomie vue de tous sauf de son propriétaire jouit d’un fort pouvoir de fascination. Camisole de force, robes de soirée ou treillis militaire revisité, les créations de grands couturiers ou de prêt-à-porter ici exposées dialoguent avec les sculptures de Bourdelle, que l’on redécouvre sous un nouvel angle. Elle s’y lisent en miroir avec des extraits de films et une série de photographies dont celles de Jeanloup Sieff, qui rappellent l’importance du dos dans la peinture et la photographie (on pense notamment au fameux « Violon d’Ingres » de Man Ray qui met en scène celui de Kiki de Montparnasse, nu et agrémenté d’ouïes). 

L’exposition « Back Side – Dos à la mode » se tiendra du 5 juillet au 17 novembre 2019 au musée Bourdelle, 18 Rue Antoine Bourdelle, Paris 15. 

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.