Dubaï, toujours plus loin dans la mode

Article publié le 3 novembre 2015

Dubaï continue sur sa lancée pour devenir le cœur mode du Moyen Orient. Fin octobre, le Dubaï Mall et Vogue Italie ont présenté la troisième édition annuelle du Vogue Fashion Dubai Experience, un évènement de deux jours proposant un florilège de défilés de talents montants choisis par Franca Sozzani, la rédactrice-en-chef de Vogue Italie, ainsi que des conférences ouvertes au public avec des figures emblématiques du milieu comme Christian Louboutin, Silvia Venturini Fendi et Miroslava Duma.

Un texte de Jessica Michault

Depuis sa création, l’événement reçoit le soutien d’Emaar Properties, le promoteur immobilier qui a réalisé à la fois le Dubai Mall et Burj Khalifa, le building le plus haut du monde où se trouve l’Armani Hotel. L’établissement du Dubai Design and Fashion Council (DDFC), organisme étatique fondé en 2014 et présidé par Dr Amina Al Rustamani, a été l’autre jalon fondateur du développement d’une structure claire pour la mode dans la région.

« Je pense qu’il est du devoir des entreprises telle que la nôtre de contribuer aux activités qui apportent de la valeur à notre environnement économique. Et je crois également que contribuer à la société, à la ville et au pays dans lequel nous vivons est quelque chose de fondamental pour nous, » affirme Mohamed Alabbar, le président d’Emaar Properties. « Nous mettons en lumière le rôle central de notre ville pour la mode, le design et l’art de vivre, mais c’est en mettant en avant la jeunesse de manière forte – ce qui fait sens quand vous considérez la démographie dans la région – que ces démarches font sens » ajoute-t-il, pour appuyer l’ajout d’une compétition Who Is On Next régionale à l’événement soutenu par Vogue.

Le magazine a ainsi fait venir 25 nouveaux créateurs du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique pour participer à cette compétition, avec de nombreux prix à la clef dont la participation à Altaroma à Rome pour une collection femme, une présentation au Pitti Uomo de Florence pour son homologue en prêt-à-porter masculin ou encore la possibilité de présenter une collection lors de la semaine de la mode à Milan, notamment lors de l’événement Who Is On Next qui se déroulera au Palazzo Morando au mois de septembre. Pour tous les gagnants, l’aspect commercial n’est pas négligé, avec la commercialisation de leurs collections via Yoox.

© John Phillips

Franca Sozzani et son équipe passent plus de six mois à éplucher les dossiers de candidature des créateurs se présentant aux étapes de pré-sélection de la compétition. Les 25 finalistes représentent non seulement la nouvelle garde de la région mais également la richesse diverse des visions créatives. D’Anita Horsfall et ses accumulations de colliers inspirées des tribus nomades du Kenya, aux créations Ujoh urbaines et élégantes du japonais Mitsura Nishizaki, en passant par les sacs architecturaux de la libanaise Nathalie Trad ou encore les motifs moyen-orientaux retravaillés par le Palestino-Canadien Faissal El-Makak, la variété des travaux présentés par les participants est remarquable.

Pour Sozzani, le choix final se fait non pas sur un dossier, aussi réussi soit-il, mais sur une qualité presque indéfinissable. « Je dirais qu’à l’ère du digital, l’instinct prime, » dit-elle. « Quand quelque chose vous touche en plein cœur, vous comprenez immédiatement que vous avez trouvé une pépite. »

Le Vogue Fashion Dubaï Experience, le regroupement du Dubaï Design District (connu sous le nom de D3 en ville) dans un même gratte-ciel ou la prochaine tenue d’une Fashion Week officielle montre la détermination d’un pays tout entier à faire de Dubaï une plaque tournante incontournable pour la mode dans la région. La présence de Jonathan Newhouse et Karina Dobrotvorskaya, respectivement président directeur général et directrice éditorial et du développement de marque de Condé Nast International, ont également nourri les rumeurs sur le lancement imminent d’une édition Vogue Arabia attendue avec ferveur.

© John Phillips

« L’évolution de cet événement incroyable et de la relation entre Vogue Italie, Emaar et Dubaï a été fascinante à voir, en particulier pour son insistance à incuber et promouvoir les jeunes talents de la mode et du design, » affirme Nez Gebrell, le PDG du DDFC. « L’une des contributions majeures à la Vogue Fashion Dubaï Experience est son rôle dans l’installation de Dubaï comme une plateforme montante de la mode à l’échelle internationale. »

Ce qui est remarquable dans le projet Who Is On Next de Vogue Italie est le dévouement du magazine envers les créateurs dans lesquels il croit. Un grand nombre de créateurs qui ont été invités à présenter leurs collections sur le podium ou en compétition ont insisté sur le soutien que le magazine leur a apporté, non seulement en observant leur développement mais également en les invitant à des événements et en les mettant en avant dans les pages du magazine, sur le papier ou virtuellement. « J’y suis régulièrement présenté, » dit Laduma Ngxokolo, de la marque sud-africaine Maxhosa by Laduma déjà présentée à Milan. « J’espère faire partie des meubles de Vogue, » ajoute-t-il avec humour.

Bien Dubaï soit une ville récente sortie du désert il y a un peu plus de quatre décennies, la détermination de l’émirat est sans faille. Et maintenant qu’il a tourné son attention vers la mode, les limites de ce que ce petit bout de terre peut accomplir dans ce domaine ne sont que celles de l’imagination collective de ses habitants.

© Timur Emek

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

lire la suite

voir tout

Mode

La députée américaine Alexandria Ocasio-Cortez a récolté plus de 200 000$ en jouant à un jeu vidéo en streaming sur Twitch, pour venir en aide aux personnes touchées par le coronavirus

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.