Demna Gvasalia quitte Vetements après avoir ébranlé le monde de la mode

Article publié le 16 septembre 2019

Share :

Photo : Demna Gvasalia.
16/09/2019

Dans une annonce faite ce week-end au site américain WWD, le designer géorgien a annoncé à la surprise générale qu’il quittait le label co-fondé avec son frère Guram et qui a révélé son talent.

En ce début de fashion month printemps-été 2020, les nouvelles concernant les directeurs artistique des labels street les plus influents de la planète mode n’en finissent pas de surprendre. Alors qu’on apprenait la semaine dernière que Virgil Abloh, aux commandes d’Off-White et des collections masculines de Louis Vuitton entamait une pause de trois mois pour se reposer, ce week-end, c’est au tour du créateur Demna Gvasalia d’annoncer son départ du label Vetements. Dans un communiqué transmis en exclusivité au journal américain WWD, le Géorgien révèle en effet qu’il quitte la direction artistique de la marque qu’il a créé il y a 5 ans avec son frère Guram, tandis que ce dernier continuera à assurer les fonctions de directeur général. « J’ai l’impression d’avoir accompli ma mission » explique Demna Gvasalia dans le communiqué où il révèle quitter ses fonctions pour « pour poursuivre d’autres aventures ».

Diplômé de la très réputée Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers, Demna Gvasalia a apporté avec Vetements un vent de fraîcheur dans la mode et a ouvert la voie à une nouvelle génération de créatifs. À l’origine de la vague de streetwear qui a déferlé plusieurs années durant sur le luxe, le designer de 38 ans et son label Vetements ont influencé durablement l’ensemble du secteur, tant du point de vue du style que de son fonctionnement. Présenté dès ses débuts comme un collectif, Vetements s’est, en quelques saisons seulement, imposée comme l’une des marques à suivre les plus cool du moment. Avec ses collections avant-gardistes, son sens de l’humour et son penchant pour le détournement parfois provoquant, le label a révélé le talent de son fondateur au monde entier, le propulsant sur le devant de la scène. Un succès fulgurant, qui en 2015, poussait le groupe Kering à le choisir pour succéder à Alexander Wang chez Balenciaga, où il garde son poste et continuera à réinterpréter l’héritage de la maison parisienne qui défilera à Paris le 29 septembre prochain.

Formé auprès du créateur belge Walter Van Beirendonck avant de rejoindre Maison Margiela en 2009 – dont l’influence du fondateur sur son travail est considérable – puis Louis Vuitton en 2013 où il travaille sur les collections féminines sous Marc Jacobs puis Nicolas Ghesquière, Demna Gvasalia n’a pas encore annoncé le nom de son successeur mais s’est dit confiant quant à l’avenir du label créé « parce que la mode l’ennuyait ». « Vetements est devenue une entreprise capable de faire évoluer son héritage seule pour écrire un nouveau chapitre » a-t-il confié. « Ce que Demna a accompli ces dernières années constitue un chapitre essentiel dans l’histoire de Vetements » a quant à lui déclaré son frère Guram. « Vetements a toujours été un collectif d’esprits créatifs. Nous continuerons à repousser les limites, en respectant les codes et les valeurs authentiques de la marque et en continuant à soutenir une créativité honnête et un talent authentique ».

Basé à Zurich en Suisse depuis 2017, le label dont la collection printemps-été 2020 a été présentée dans le McDonald’s des Champs-Élysées pendant la Fashion Week masculine de Paris en juin dernier devrait d’ailleurs, selon la déclaration faite à WWD, dévoiler très prochainement « de nouveaux projets et des collaborations inattendues ». L’aube d’une nouvelle ère « de croissance et d’expansion majeure » à en croire Guram Gvasalia, même si nombreux sont ceux qui s’interrogent déjà sur la survie du label sans son père fondateur et pleurent sur Instagram le départ de celui qui a su élever le prosaïque au rang du luxe.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »