Demna Gvasalia quitte Vetements après avoir ébranlé le monde de la mode

Article publié le 16 septembre 2019

Photo : Demna Gvasalia.
16/09/2019

Dans une annonce faite ce week-end au site américain WWD, le designer géorgien a annoncé à la surprise générale qu’il quittait le label co-fondé avec son frère Guram et qui a révélé son talent.

En ce début de fashion month printemps-été 2020, les nouvelles concernant les directeurs artistique des labels street les plus influents de la planète mode n’en finissent pas de surprendre. Alors qu’on apprenait la semaine dernière que Virgil Abloh, aux commandes d’Off-White et des collections masculines de Louis Vuitton entamait une pause de trois mois pour se reposer, ce week-end, c’est au tour du créateur Demna Gvasalia d’annoncer son départ du label Vetements. Dans un communiqué transmis en exclusivité au journal américain WWD, le Géorgien révèle en effet qu’il quitte la direction artistique de la marque qu’il a créé il y a 5 ans avec son frère Guram, tandis que ce dernier continuera à assurer les fonctions de directeur général. « J’ai l’impression d’avoir accompli ma mission » explique Demna Gvasalia dans le communiqué où il révèle quitter ses fonctions pour « pour poursuivre d’autres aventures ».

Diplômé de la très réputée Académie Royale des Beaux-Arts d’Anvers, Demna Gvasalia a apporté avec Vetements un vent de fraîcheur dans la mode et a ouvert la voie à une nouvelle génération de créatifs. À l’origine de la vague de streetwear qui a déferlé plusieurs années durant sur le luxe, le designer de 38 ans et son label Vetements ont influencé durablement l’ensemble du secteur, tant du point de vue du style que de son fonctionnement. Présenté dès ses débuts comme un collectif, Vetements s’est, en quelques saisons seulement, imposée comme l’une des marques à suivre les plus cool du moment. Avec ses collections avant-gardistes, son sens de l’humour et son penchant pour le détournement parfois provoquant, le label a révélé le talent de son fondateur au monde entier, le propulsant sur le devant de la scène. Un succès fulgurant, qui en 2015, poussait le groupe Kering à le choisir pour succéder à Alexander Wang chez Balenciaga, où il garde son poste et continuera à réinterpréter l’héritage de la maison parisienne qui défilera à Paris le 29 septembre prochain.

Formé auprès du créateur belge Walter Van Beirendonck avant de rejoindre Maison Margiela en 2009 – dont l’influence du fondateur sur son travail est considérable – puis Louis Vuitton en 2013 où il travaille sur les collections féminines sous Marc Jacobs puis Nicolas Ghesquière, Demna Gvasalia n’a pas encore annoncé le nom de son successeur mais s’est dit confiant quant à l’avenir du label créé « parce que la mode l’ennuyait ». « Vetements est devenue une entreprise capable de faire évoluer son héritage seule pour écrire un nouveau chapitre » a-t-il confié. « Ce que Demna a accompli ces dernières années constitue un chapitre essentiel dans l’histoire de Vetements » a quant à lui déclaré son frère Guram. « Vetements a toujours été un collectif d’esprits créatifs. Nous continuerons à repousser les limites, en respectant les codes et les valeurs authentiques de la marque et en continuant à soutenir une créativité honnête et un talent authentique ».

Basé à Zurich en Suisse depuis 2017, le label dont la collection printemps-été 2020 a été présentée dans le McDonald’s des Champs-Élysées pendant la Fashion Week masculine de Paris en juin dernier devrait d’ailleurs, selon la déclaration faite à WWD, dévoiler très prochainement « de nouveaux projets et des collaborations inattendues ». L’aube d’une nouvelle ère « de croissance et d’expansion majeure » à en croire Guram Gvasalia, même si nombreux sont ceux qui s’interrogent déjà sur la survie du label sans son père fondateur et pleurent sur Instagram le départ de celui qui a su élever le prosaïque au rang du luxe.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

À découvrir : la collection 7 Moncler FRGMT, entre technicité et streetwear

Issue du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Care », cette série mode signée par le photographe Anthony Arquier met en scène les pièces issues de la collaboration entre la maison Moncler et le label Fragment, du designer japonais Hiroshi Fujiwara, pour l’automne-hiver 2022/2023.

Lire la suite

L’horloger Jaeger-LeCoultre collabore avec le typographe star Alex Trochut dans le cadre de son projet de dialogues artistiques « Made of Makers »

Dans le cadre de son programme « Made of Makers », initié cette année, l’horloger a fait appel aux talents du graphiste catalan Alex Trochut. Célèbre pour son approche expérimentale de la typographie et créateur de textes-images, ce dernier a conçu un alphabet Art Déco pour la maison suisse qui vient compléter l’offre de personnalisation de la montre Reverso, modèle emblématique de Jaeger-LeCoultre dont le boîtier pivote et sur lequel il est possible de graver ses initiales.

Lire la suite

L’édito de Maxime Retailleau, rédacteur en chef du nouveau numéro d’Antidote

La révolution du Care

Lire la suite

Fecal Matter : « On espère pouvoir continuer à être nous-mêmes sans nous faire tuer »

Les designers, make-up artists et DJs Hannah Rose Dalton et Steven Raj Bhaskaran, plus connu·e·s sous le nom de leur duo pluridisciplinaire Fecal Matter, reviennent dans cet entretien sur les origines de l’esthétique « alien glamour » qu’il·elle·s arborent au quotidien – malgré les insultes, les menaces de mort et la violence physique auxquels il·elle·s se trouvent confronté·e·s –, racontent comment l’amour qu’il·elle·s se portent mutuellement leur a donné le courage de pleinement s’assumer, et expliquent pourquoi leurs looks provocateurs constituent un manifeste en faveur de la tolérance.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.