De quoi les cultures « core » sont-elles le nom ?

Article publié le 10 mars 2021

Texte : Sophie Abriat.
Photo : Grete Moeller (@grete.henriette).

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Ces tendances 2.0, sitôt apparues, sitôt transformées en hashtags, défilent en nombre sur les réseaux sociaux. Quel rôle jouent-elles au sein de la mode contemporaine ?

« Parce que nous vivons dans un monde digital, on meurt d’envie de retrouver l’analogique », déclare le collectif berlinois GmbH au Vogue US à l’occasion de la sortie de sa collection automne 2021, présentée digitalement pendant la Fashion Week de Paris, en janvier dernier. La collection est baptisée « World on a wire », en référence au téléfilm de science-fiction allemand réalisé par Fassbinder en 1973, qui suggère l’idée que notre monde existe uniquement à l’intérieur d’un autre – via un programme de simulation d’un monde artificiel. Analogie trop parfaite avec l’époque actuelle.
Digitalisées, algorithmées, data-isées, nos existences sont de plus en plus réduites à des échanges via écrans interposés. Nos cerveaux scrollent à l’infini, entraînés par le système de récompense cognitive : nos biais sont dopés, prolongés, redoublés. Dans nos existences virtuelles, peu de place pour se terrer dans les interstices, l’inattendu ou la marge. Tout semble balisé, potentiellement prédictif, archivé à jamais dans le cloud. Depuis un an, avec la pandémie, on vit de plus en plus au rythme rapide, violent et hors de contrôle du web. Un monstre qui interagit 24h/24, 7j/7, ne connaît ni le jour ni la nuit, snobe les horaires de bureau et vole la vie privée. La mode n’est pas en reste, elle s’est digitalisée à vitesse grand V : défilés 100% numériques, showrooms virtualisés, shopping à distance… Calendriers de fashion weeks détricotés, contenus flashs en flux continu, Reels de tout et de rien… Les discours « faire moins mais mieux » semblent s’être volatilisés.
Photos : Balenciaga. De gauche à droite : un look gorpcore présenté durant l’automne-hiver 2018/2019, un look knightcore présenté durant l’automne-hiver 2021/2022, un look gorpcore présenté durant l’automne-hiver 2018/2019.

Des réseaux sociaux aux podiums

Regencycore, cottagecore, gorpcore… Les tendances digitales se démultiplient elles aussi, portées par la puissance des réseaux sociaux. Le normcore, lancé en 2014, correspondait encore au cycle classique des tendances : plusieurs années pour s’installer, proliférer, s’hybrider. Mélange de feeds TikTok, des dernières séries Netflix binge-watchées en quelques jours et de l’esthétique gamer, les esthétiques « core » qui sont ensuite apparues ont parfois explosé en seulement quelques mois. « Le suffixe “core” évoque la culture rave, le hardcore, porteur d’un discours identitaire contestataire, issu de la mouvance punk », souligne Julien Tauvel, cofondateur du bureau de prospective Imprudence. « Core », traduit en français par « essentiel », refuse les compromis, va droit au but. « Dans certaines cultures actuelles, comme le witchcore [esthétique de la sorcière, NDLR] ou le knightcore [esthétique du chevalier, NDLR], on retrouve cette même filiation à quelque chose de brut, d’un peu subversif, mais ce sont avant tout de grands manifestes visuels », poursuit le designer et futurologue. « On construit des termes prêts à l’emploi : cette absence de réflexion sur le sens est compensée par la puissance de la décharge visuelle », souligne Saveria Mendella, anthropologue et linguiste de la mode. Marine Serre, avec sa dernière collection, a tranché : elle l’a baptisée « Core » tout simplement, comme si seul le suffixe suffisait désormais.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par @milliebobbybrown

Millie Bobby Brown dans une ambiance cottagecore. 
« Ce sont des mouvements à la fois communautaires et très individualistes : sur TikTok, chaque utilisateur·rice construit son propre théâtre, avec des mises en scène DIY et des narrations sur-mesure, comme on peut le voir avec la tendance regencycore [dont le nom fait référence à la Régence anglaise, NDLR] », souligne Sarah Laurier, analyste mode pour Linkfluence, spécialiste de la veille et de l’analyse des contenus en ligne. La tendance cottegecore, « la plus utilisée sur les réseaux sociaux, avec plusieurs millions d’occurrences, véhicule un lifestyle plus profond en promouvant un retour salvateur à la campagne et au temps long », poursuit la spécialiste. L’esthétique Caroline Ingalls, tissée sur fond de nostalgie, fédère une communauté attirée par la simplicité de la vie à la campagne. Ambiance cabanes au Canada et huttes au fond des bois, décors bucoliques, mélange du genre pastoral et du mouvement Arts and Crafts du 19ème siècle, le tout modernisé en version 2021 et même repris par certaines célébrités telle que Millie Bobby Brown.
Photo : Asap Rocky arborant un look gorpcore.
Cette toile d’araignée de suffixes « core », comme autant d’algorithmes prêt-à-consommer, est habilement récupérée par la mode. Pendant la dernière Fashion Week de Londres, l’esprit « campagnes anglaises » a fait des émules. Confinée en pleine nature, sur les collines du Surrey, la créatrice Roksanda Ilinčić a capturé dans un film poétique (Vanessa Redgrave déclame le sonnet 73 de Shakespeare) des moments de vie au ralenti : écriture, jeux de carte, contemplation de la nature. Justin Thornton et Thea Bregazzi, les deux designers derrière la marque Preen by Thornton Bregazzi, ont eux aussi organisé une virée à la campagne. Inspirée par le film documentaire Grey Gardens (1975), relatant l’histoire de deux bourgeoises en rupture avec leur milieu qui vivent recluses dans une maison en ruine, la collection dévoile des robes à fleurs volantées photographiées au milieu des arbres. Chez Burberry, même si la marque n’a pas défilé en pleine forêt comme la dernière fois, l’inspiration nature (perçue par Riccardo Tisci comme un refuge dans un monde post-pandémique et post-compétition sociale…) est toujours très présente dans ses looks « British countryside » : gilets de chasse matelassés revisités, duffle-coat façon yéti, bonnets oreilles de biche, sacs à dos de baroudeurs, etc. Cette collection présente cependant plus d’affinités avec le gorpcore (qui évoque l’univers de la randonnée, « gorp » désignant les mélanges de noix et de fruits secs emportés en guise de collation) qu’avec le cottagecore. « Avant, la mode s’inspirait de “la rue“, mais ça laissait encore un flou sur le sens de diffusion des tendances… Désormais, les marques exacerbent ce qui se passe déjà sur les réseaux sociaux », analyse Saveria Mendella.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Cardi B (@iamcardib)

Des remix postmodernes

Moins connue pour l’instant, l’esthétique knightcore est quant à elle véhiculée par des marques comme Balenciaga (les mannequins de la collection automne-hiver 2021 portaient des cuissardes gris métallique ou doré façon armure) ou Celine, qui présentait en février dernier un défilé digital homme baptisé « Teen Knight poem » tourné au Château de Chambord, teinté de références au vestiaire du Moyen Âge et de la Renaissance.
« Ces mouvements « core » sont de grands remix massifiés et décontextualisés, des réappropriations du passé qui perdent très vite leur pouvoir symbolique, souligne Julien Tauvel. Si l’origine des sous-cultures est diffuse, ici les filiations sont directes et assumées. » Le regencycore dérive ainsi de La Chronique des Bridgerton, série Netflix en costume d’époque : robes Empire, dentelles, serre-tête perlé et corset de rigueur à l’époque du no-bra, le tout rythmé à coup d’anachronismes. La tendance a été popularisée sur TikTok avec des reconstitutions de looks « Let’s do Bridgerton every day ».

Une viralité qui n’empêche pas une relecture artistique ou politiquement engagée de ces cultures digitales. « Il faut regarder du côté des réseaux sémantiques pour s’apercevoir que ces tendances peuvent faire l’objet de militantisme LGBTQI+ ou féministe », souligne Sarah Laurier, analyste chez Linkfluence. Prenons l’exemple des rhizomes de Cottagecore. Il existe des dizaines d’itérations du mouvement qui sont autant de sous-esthétiques : cottagecorelesbians, gothcore, grandmacore, goblincore, frogcore, etc. « Des activistes peuvent s’emparer des hashtags pour mieux les détourner, en critiquant l’impérialisme et le modèle réactionnaire de la femme au foyer, par exemple, à travers #regencycore. La tendance witchcore est reliée à une relecture féministe de la figure de la sorcière. Ils·Elles utilisent des symboles connus de tou·te·s pour parler des problèmes présents. Mais accoler le suffixe –core à ces revendications, c’est prendre le risque de les voir vidées de leur sens politique, en devenant une tendance, une forme de récupération capitaliste à travers la recherche de clics. Ou alors la « mainstreamisation » est recherchée pour gagner en visibilité ? », s’interroge Julien Tauvel.
Photos de gauche à droite : @edmarler, @grete.henriette, @grete.henriette. Trois looks s’inscrivant au sens large dans l’esthétique regencycore. 

Les plus lus

La troisième et dernière collaboration de Loewe avec le Studio Ghibli vue par Antidote

Jonathan Anderson s’est une nouvelle fois associé au Studio Ghibli, co-fondé par le dessinateur et réalisateur Hayao Miyazaki, pour mettre à l’honneur l’un des films d’animation japonais les plus célèbres. Après « Le Voyage de Chihiro » et « Mon Voisin Totoro », c’est au tour du film « Le Château ambulant », sorti en 2004, d’être mis à l’honneur par la maison madrilène, à travers une série de vêtements et d’accessoires oniriques, célébrant l’artisanat.

Lire la suite

H&M Innovation Metaverse Design Story, une collection inspirée par le métavers

La marque suédoise dévoile aujourd’hui sa collection H&M Innovation Metaverse Design Story, mettant en lumière des techniques et matériaux innovants, développés grâce aux nouvelles technologies et à des processus de production plus responsables. Pour ce huitième drop depuis le lancement de la série de collections H&M Innovation Stories, en avril 2021, ses créateur·rice·s opèrent cette fois-ci une collision entre esthétique cyberpunk et imprimés représentant la nature, via des images satellites de la planète Terre ou de cellules observées au microscope.

Lire la suite

La nouvelle collection 8 Moncler Palm Angels racontée par le designer Francesco Ragazzi

Pour sa nouvelle collection pour la maison Moncler, le designer milanais et fondateur du label Palm Angels, Francesco Ragazzi, continue de puiser son inspiration dans sa fascination pour la culture américaine. Lui-même directeur artistique de Moncler jusqu’en 2019, il se tourne cette saison vers le Miami hédoniste des années 90 pour lui faire rencontrer le lifestyle et l’artisanat italiens. Une collection qui prend forme à travers des pièces mêlant le vestiaire sportif américain à celui de la maison spécialiste de la doudoune, tout en s’accompagnant d’une collaboration avec le chausseur Tod’s.

Lire la suite

À découvrir : la collection 7 Moncler FRGMT, entre technicité et streetwear

Issue du nouveau numéro d’Antidote, dont le thème est « Care », cette série mode signée par le photographe Anthony Arquier met en scène les pièces issues de la collaboration entre la maison Moncler et le label Fragment, du designer japonais Hiroshi Fujiwara, pour l’automne-hiver 2022/2023.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.