Comment Pierre Bergé a-t-il changé la mode et le monde ?

Article publié le 9 septembre 2017

Texte : Alice Pfeiffer
Photo : Eric Jansen

Il était derrière Act Up Paris, Sidaction, Têtu : le fondateur de la maison Yves Saint Laurent laisse derrière lui des valeurs et une vie dédiée à l’engagement.

On le savait businessman, mécène, passionné d’art. Pierre Bergé, qui avait fondé la maison Yves Saint Laurent avec le créateur dont il fut le partenaire, s’est éteint. Il laisse derrière lui bien plus qu’un empire de mode : on se souvient d’un homme d’affaires profondément militant, conscient, respectueux, égalitaire, qui a dédié une carrière à investir et soutenir des projets vitaux. Voici 5 causes qui lui doivent aujourd’hui beaucoup.

IL A CONTRIBUÉ A METTRE LES FEMMES EN PANTALON

En 1958, Pierre Bergé rencontre Yves Saint Laurent alors styliste chez Dior. Ensemble, ils lancent Saint Laurent Couture puis Saint Laurent Rive Gauche, en 1966. Cette ligne de prêt-à-porter est alors un concept neuf pour la mode, qui vise à rajeunir et démocratiser le luxe. Là, la marque connaît un vif succès pour ses smokings pour femmes et ses pantalons, que les jeunes chanteuses, actrices et personnalités de l’époque s’arrachent, y voyant un signe ultime de modernité et d’égalité.

IL S’EST ENGAGÉ DANS LA LUTTE CONTRE LE SIDA

Militant dès ses premières heures, Pierre Bergé est actionnaire de Act Up Paris qui se lance en France dès 1989, dans un monde décimé par les ravages du SIDA. En 1994, il fonde Ensemble contre le SIDA, ensuite devenu Sidaction, dont il devient le président en 1996. Année après année, il organise aussi des dîners annuels de levées de fonds pour la recherche de traitements contre le virus, et ce jusqu’à sa mort.

IL A MILITÉ POUR LES DROITS LGBT

Ouvertement en couple avec un homme dans un monde ou l’homosexualité choque encore, il se PACS à Yves Saint Laurent, puis, quelques mois avant sa mort, épouse son compagnon Madison Cox, afin de réitérer son soutien au Mariage pour tous.

En 1995, il fonde le magazine Têtu, puis est un des actionnaire de la chaîne Pink TV, et en 2013, annonce qu’il sera le président d’honneur des Gay Games, sortes de Jeux Olympiques queer tenus à Paris en 2018 – auxquels il n’assistera tristement pas.

IL A CÉLÉBRÉ LA CULTURE COMME ARME POLITIQUE

Après avoir dirigé le Théâtre de l’Athénée puis l’Opéra Bastille, Pierre Bergé continue de se passionner pour la culture et les arts. Dès sa création en 2002, la fondation Pierre Bergé – Yves Saint Laurent, accueille non seulement les archives de la marque, mais de l’art de diverses parties du monde, dans le but de soutenir des voix et des minorités moins entendues ou contestées. L’exposition de 2014 : « Femmes berbères du Maroc », met à l’honneur le rôle central de la femme dans la culture Nord Africaine ; celle de 2013, « Art sacré du Tibet », la liberté du pays et de ses droits de l’homme. Une continuation de la vision de la marque, pour qui le vêtement était à la fois esthétique et politique.

IL A SOUTENU LA LIBERTÉ DE LA PRESSE

En 1987, il lance le magazine Globe, qui défend le socialisme et la démocratie en France ; puis crée, avec Jacques Rosselin, Courrier International en 1990. Il prend des parts dans le journal Le Monde, traversant alors une crise ; et n’hésite pas à faire défiler la maison Yves Saint Laurent à la fête de l’Humanité. La réconciliation de deux mondes que beaucoup pensaient opposés.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi il ne fallait pas rater le dernier défilé Haute Couture de la maison Valentino

Pierpaolo Piccioli a présenté sa nouvelle collection de Haute Couture pour la maison romaine lors d’un défilé sur la place d’Espagne, à Rome, le vendredi 8 juillet. Pensée comme un dialogue avec Valentino Garavani, la collection-fleuve baptisée « The Beginning » faisait office de trait d’union entre le passé et le présent de la maison dans sa ville de naissance. 

Lire la suite

Antidote Fanzine x Burberry : Comment Riccardo Tisci refaçonne l’ADN de Burberry ?

Ce n’était pas encore une Maison mais plutôt une Mansion. Une very British Mansion devenue le temple vestimentaire-mais-pas-que de la culture anglaise. Une sorte de monument dont la splendeur n’effraie plus tant on y est habitué. Puis soudain, en mars 2019, une arrivée a bousculé les traditions. Celle de Riccardo Tisci, nommé chief creative officer de Burberry, après 13 années passées à la direction artistique de Givenchy et un intermezzo de quelques mois au sein de sa famille, près du lac de Côme.

Lire la suite

Retrouvez les photos de la soirée Antidote organisée durant la Fashion Week homme printemps-été 2023

Samedi 25 juin, Antidote organisait une nouvelle soirée au Silencio, à l’occasion de la Fashion Week masculine de Paris printemps-été 2023. Retour sur un événement qu’il ne fallait pas manquer, marqué par une série de DJ sets de Panteros666, Jeune Pouce et Housewife 9, entrecoupée d’une performance live du rappeur Michel.

Lire la suite

Rencontre avec le fondateur du label A-Cold-Wall* Samuel Ross, à l’occasion de la sortie de sa nouvelle sneaker

À l’occasion du lancement chez 3537 de la nouvelle Converse Sponge Crater, née de la collaboration entre le fondateur du label britannique A-Cold-Wall*, Samuel Ross, et la marque de chaussures américaine Converse, Antidote a rencontré le designer, en pleine Fashion Week masculine de Paris. À travers cet entretien, il revient sur son ambition pour le futur de Converse et de A-Cold-Wall*, évoque sa volonté d’être le plus sincère possible dans son travail quasi autobiographique et dépeint son désir d’allier approche utilitaire et esthétique conceptuelle.

Lire la suite

Mode, ego & psycho : quand l’habit fait le mood

Si l’intérêt de l’anthropologie, de la sociologie ou de la philosophie pour la mode et ses productions est documenté et relayé depuis de nombreuses années, celui que lui portent la psychologie, la psychanalyse ou encore la psychiatrie demeure étrangement dans l’ombre. Pourtant, pour peu que l’on s’y penche, force est de constater que la mode et les objets qu’elle produit pour permettre à chacun de composer sa propre « parure » – selon le terme d’usage en anthropologie – intéressent depuis plusieurs décennies les acteur·rice·s de ces disciplines. Entre la publication d’ouvrages sur les liens unissant mode et inconscient, la mise en place d’expérimentations analysant l’impact des vêtements sur nos capacités cognitives, l’intégration de vestiaires spécifiques dans le cadre de certaines thérapies, voire l’appropriation par les marques de luxe elles-mêmes de discours ayant recours au champ lexical de la psychologie, retour sur l’intérêt mutuel que se portent mode et sciences cognitives.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.