Berluti s’inspire de l’univers de la moto pour sa nouvelle ligne d’accessoires

Article publié le 11 octobre 2018

Photos : Berluti.
Texte : Maxime Retailleau.

Baptisée « Off The Road », la nouvelle gamme d’accessoires automne-hiver de Berluti puise dans l’esthétique biker, alliant luxe et sensations fortes.

Berluti a dévoilé sa ligne d’accessoires « Off The Road » en juin dernier à l’occasion du festival Wheels and Waves à Biarritz, dont le bottier français est partenaire, mêlant courses de moto en plein air, célébration de la culture biker et autres compétitions de surf. À l’entrée du site principal de l’événement, un casse-cou chevauchant son deux roues défie les lois de la pesanteur au sein de « l’Indian wall of death » : un silo dans lequel il tournoie à plusieurs mètres de hauteur en maintenant son bolide à 90 degrés des parois, de par sa vitesse, lâchant ensuite les mains du guidon avant de recouvrir ses yeux d’un foulard. Le public hurle en observant sa performance de l’extrême, entre euphorie et frayeur, avant qu’il ne soit relayé par une nouvelle tête brûlée.

Quelques dizaines de mètres plus loin, entouré de différents stands rassemblant des motos vintage, des blousons en cuir élimés ou encore une série de grosses bagues en argent dignes d’un Hells Angels, Berluti présente sa nouvelle gamme d’accessoires automne-hiver 2018-2019 dans un spot dédié. Les pièces réinterprètent l’aspect matelassé des vestes de moto à partir de l’un des cuirs signatures de Berluti, le Vitello Fiore, le plus soyeux conçu par la marque : on le retrouve ainsi sur des sacs, des portefeuilles et des gants, dont le design évoque l’aspect protecteur des combinaisons de bikers. Ils sont accompagnés de l’attirail nécessaire pour enfourcher un gros cylindre, dont une paire de bottes, un protège sélecteur, et un casque créé en collaboration avec Veldt, une société spécialisée dans le domaine, notamment connue pour ses modèles sur-mesure.

Une moto customisée par Berluti en collaboration avec Mecatwin, atelier célèbre pour son expertise dans la personnalisation de Triumph, trône au centre des différents produits. La pièce unique, dont les roues pleines font écho aux motos de course des années 1920 et 1930, détourne les caractéristiques du modèle Bonneville T120 tout en évoquant à travers ses courbes l’une des chaussures les plus emblématiques de Berluti, l’Alessandro. Elle souligne et réaffirme également l’attachement de Berluti au sur-mesure, symbolisé par ses ateliers de la rue Marbeuf et de la rue de Sèvres à Paris, qui proposent des services personnalisés aux clients.

La maison française est par ailleurs attendue au tournant alors que la prochaine Fashion Week homme parisienne approche : Kris Van Assche, son nouveau directeur artistique, qui succède à Haider Ackermann après avoir officié onze ans chez Dior Homme, y dévoilera en effet son premier vestiaire pour Berluti. Son défilé s’annonce ainsi déjà comme l’un des temps forts de cette future semaine de la mode, à la mi-janvier 2019.

La collection « Off The Road » est disponible dans les boutiques Berluti et sur le site Internet de la marque.

Berluti a dévoilé sa ligne d’accessoires « Off The Road » en juin dernier à l’occasion du festival Wheels and Waves à Biarritz, dont le bottier français est partenaire, mêlant courses de moto en plein air, célébration de la culture biker et autres compétitions de surf. À l’entrée du site principal de l’événement, un casse-cou chevauchant son deux roues défie les lois de la pesanteur au sein de « l’Indian wall of death » : un silo dans lequel il tournoie à plusieurs mètres de hauteur en maintenant son bolide à 90 degrés des parois, de par sa vitesse, lâchant ensuite les mains du guidon avant de recouvrir ses yeux d’un foulard. Le public hurle en observant sa performance de l’extrême, entre euphorie et frayeur, avant qu’il ne soit relayé par une nouvelle tête brûlée.

Quelques dizaines de mètres plus loin, entouré de différents stands rassemblant des motos vintage, des blousons en cuir élimés ou encore une série de grosses bagues en argent dignes d’un Hells Angels, Berluti présente sa nouvelle gamme d’accessoires automne-hiver 2018-2019 dans un spot dédié. Les pièces réinterprètent l’aspect matelassé des vestes de moto à partir de l’un des cuirs signatures de Berluti, le Vitello Fiore, le plus soyeux conçu par la marque : on le retrouve ainsi sur des sacs, des portefeuilles et des gants, dont le design évoque l’aspect protecteur des combinaisons de bikers. Ils sont accompagnés de l’attirail nécessaire pour enfourcher un gros cylindre, dont une paire de bottes, un protège sélecteur, et un casque créé en collaboration avec Veldt, une société spécialisée dans le domaine, notamment connue pour ses modèles sur-mesure.

Une moto customisée par Berluti en collaboration avec Mecatwin, atelier célèbre pour son expertise dans la personnalisation de Triumph, trône au centre des différents produits. La pièce unique, dont les roues pleines font écho aux motos de course des années 1920 et 1930, détourne les caractéristiques du modèle Bonneville T120 tout en évoquant à travers ses courbes l’une des chaussures les plus emblématiques de Berluti, l’Alessandro. Elle souligne et réaffirme également l’attachement de Berluti au sur-mesure, symbolisé par ses ateliers de la rue Marbeuf et de la rue de Sèvres à Paris, qui proposent des services personnalisés aux clients.

La maison française est par ailleurs attendue au tournant alors que la prochaine Fashion Week homme parisienne approche : Kris Van Assche, son nouveau directeur artistique, qui succède à Haider Ackermann après avoir officié onze ans chez Dior Homme, y dévoilera en effet son premier vestiaire pour Berluti. Son défilé s’annonce ainsi déjà comme l’un des temps forts de cette future semaine de la mode, à la mi-janvier 2019.

La collection « Off The Road » est disponible dans les boutiques Berluti et sur le site Internet de la marque.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec les photographes de la nouvelle campagne CK One

La campagne one future #ckone rassemble un casting de jeunes Américain·e·s aux profils variés, reflétant toute la diversité des États-Unis, immortalisé·e·s par sept étoiles montantes de la photographie. Antidote s’est entretenu avec deux d’entre elles, dont l’œuvre s’inscrit au croisement de la quête esthétique et de l’activisme : Elliot Ross et Shan Wallace.

Femmes politiques aux États-Unis : les nouveaux habits du pouvoir

Kamala Harris mais aussi Alexandria Ocasio-Cortez et les autres membres du Squad dont elle fait partie, rejointes par de nouvelles élues au Congrès, incarnent une nouvelle idée du soft power vestimentaire. Symboles d’une classe politique recomposée, qui n’a jamais autant compté de femmes afro-américaines et hispaniques dans ses rangs, elles prennent le contrôle sur leur apparence, dictant leurs propres critères de respectabilité et d’empowerment – tout en se distinguant de l’establishment, encore largement dominé par la culture masculine.

À quand un enseignement décolonial de la mode ?

Loin d’être universel, le concept de mode renvoie à une pluralité d’imaginaires, d’esthétiques et de vécus invisibilisés par une histoire coloniale qu’une nouvelle génération appelle aujourd’hui à déconstruire – notamment via l’enseignement.

Découvrez la nouvelle collection d’Antidote automne-hiver 2020/2021

Antidote présente sa nouvelle collection de vêtements, comme toujours genderfree et entièrement vegan.

Pourquoi la mode investit-elle dans l’agriculture régénérative ?

Déconnectée des enjeux de développement durable pendant des années, la mode est poussée à agir par un nombre croissant de consommateur·rice·s qui exigent transparence et responsabilité éthique. L’agriculture régénérative (ou régénératrice), qui permet de préserver la biodiversité des sols et de lutter contre le réchauffement climatique, s’inscrit dès lors de plus en plus au cœur des débats liés à la mode responsable.

Sinéad Burke : « On doit être à la table des décisions »

Activiste et écrivaine irlandaise de 1,05 mètre passionnée de mode et de design, Sinéad Burke milite en faveur d’un monde plus inclusif qui s’adapterait aux besoins de chacun·e. À travers cet entretien, elle revient sur l’importance d’offrir une voix à ceux·celles qui ne sont pas entendu·e·s dans l’espace public, explique pourquoi il est impératif d’intégrer les personnes issues des minorités à la table des décisions et raconte pourquoi sa petite taille fait sa force.

lire la suite

> voir tout

Mode

Intitulée « Gabrielle Chanel, Manifeste de Mode », la rétrospective du Palais Galliera consacrée à Gabrielle Chanel ouvre ses portes aujourd’hui et se tiendra jusqu’au 14 mars 2021

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.