Avec les JAW, Givenchy redéfinit les règles du sneaker game

Article publié le 1 décembre 2018

Share :

Photo : les sneakers JAW Low-Top de Givenchy.
Texte : Antoine Leclerc-Mougne.

Depuis l’arrivée de la directrice artistique Clare Waight Keller à la tête de la maison française, Givenchy est en pleine transformation. Une évolution marquée par un retour dans le calendrier haute-couture, la création de la robe de mariée de Meghan Markle, et maintenant la sortie d’une nouvelle version des JAW, modèle de sneakers déjà iconique.

La dernière fois que vous avez prononcé le mot « jaw », c’était pour la sortie des Dents de la mer en 1976 (Jaws en anglais) ou alors peut-être pour celle du single « Joe le taxi » de Vanessa Paradis en 1987… Bref, dans les deux cas, c’était il y a bien trop longtemps. Mais désormais grâce à Givenchy, JAW va à nouveau se retrouver dans toutes les bouches et surtout à tous les pieds de celles et ceux qui, au niveau du style, ont un temps soit peu compris quelle était la marche à suivre.

Vidéo : Yann Weber. Modèles : Anna Herrera @Suprememgmt, Lukas Adriaensens @Rebelmanagementbe. Directeur de casting : Bert Martirosyan. DOP : Ludwik Pruszkowski. Set Design : System_F. Maquillage : Dariia Day @Atomomanagement. Coiffure : Yumiko Hikage @Saint_germain_agency. Post-production : Saint Louis. Musique : Clon – First Love (Techno Remix). Design graphique : Golgotha. Vêtements et sneakers : Givenchy.
Urbaines, racées et souples, les JAW sont désormais disponibles dans une version basse pour homme et pour femme, dans des versions monochromes noire et blanche, auxquelles s’ajoutent des variations de coloris (camel, brun roux et brun chez la femme ou violet, bleu et rouge chez l’homme). À la croisée entre le streetwear, le sportswear et le style industriel, les JAW multiplient les influences, allant des tennis de course des années 60 au dad-shoes high-tech des années 90.
La semelle crantée inédite rappelle volontairement les dents et les mâchoires d’un requin. Sauf qu’au lieu de mordre la chair, c’est au bitume qu’elles vont s’accrocher. L’occasion pour Antidote de mettre en scène la JAW Low-Top et de proposer, au sein d’une vidéo exclusive, sa propre interprétation d’un modèle qui a la niaque et les crocs.
Dans une salle de jeux d’arcade baignée par la lumière des néons fluorescents et par celle des écrans de gaming, une bande d’amis se challengent dans plusieurs jeux comme une course de moto ou un tournoi de rodéo mécanique. Mais ce sont surtout les deux protagonistes de la vidéo, les mannequins Anna Herrera et Lukas Adriaensens aperçus lors du dernier défilé Givenchy, qui finissent la compétition en beauté avec une battle de Dance Revolution. Une façon de nous démontrer que, sur l’accélérateur, à l’étrier ou sur le dancefloor, le pied est forcément boosté par le style, la souplesse et la technicité des JAW. Tout ça est tellement « jaw-dropping » comme on dit en anglais, que les autres pieds peuvent définitivement aller se rhabiller.
La sneaker JAW Low-top est disponible pour homme et femme dans les boutiques Givenchy et sur givenchy.com.

Les plus lus

> voir tout

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »