Almodóvar : quand le cinéma rencontre la mode

Article publié le 9 mai 2016

Share :

Texte : Edouard Risselet
Photo : courtesy of El Deseo

Comme Hitchcock de son temps, Pedro Almodóvar est l’un des réalisateurs contemporains les plus attachés au choix des costumes, à leur signification et au rôle essentiel qu’ils ont souvent occupé dans ses films. Au casting mode de son vingtième long métrage Julieta qui sortira en France le 18 mai prochain, Christian Dior, Céline, Davidelfin et Forte_ Forte.

« Un retour à l’écran de grands rôles féminins et un drame assourdissant ». C’est ainsi que Pedro Almodóvar décrit Julieta, son vingtième long métrage qui sortira en salles en France le 18 mai prochain. Ce nouveau film, raconte le destin d’une femme séparée depuis d’innombrables années de sa fille à cause de lourds secrets qu’elle n’avait jusqu’alors jamais osé lui révéler. Avec Julieta, Almodóvar signera son grand retour à Cannes, après que son dernier film Les Amants Passagers n’eut pas été retenu dans la sélection officielle du festival en 2013.

S’il est une force d’Almodóvar, c’est de ne jamais laisser au hasard aucun détail de ses productions. De l’écriture du scénario au choix du générique et du dessin des décors à la sélection de la musique, le réalisateur est un auteur complet. De ses héroïnes dramatiques et passionnées, il supervise non seulement le jeu mais aussi les costumes. « Pour moi, la mode dans un film a deux aspects très importants, déclarait Pedro Almodóvar à la Post-Gazette de Pittsburgh. D’un côté, elle établit le cadre esthétique du film, parce que la couleur est majeure. D’autre part, les costumes donnent des informations sur le personnage, le travail qu’ils font, leur état d’esprit, la façon dont ils se sentent. Les vêtements sont tout sauf un élément superficiel dans un film. »

L’actrice Michelle Jenner, alias Beatriz dans le film Julieta, porte une silhouette du défilé Christian Dior par Raf Simons automne-hiver 2015 et un sac à main « Be Dior ».

Pour Julieta, le réalisateur, aidé de la costumière Sonia Grande – qui avait déjà conçu l’identité vestimentaire d’Etreintes Brisées et de Parle avec Elle, mais aussi de Midnight in Paris et Vicky Cristina Barcelona de Woody Allen – réalise un casting mode pointu.

Dès les premières secondes de la bande-annonce, l’actrice Michelle Jenner porte une silhouette Christian Dior par Raf Simons automne-hiver 2015. Plus tard dans le film, elle enfile un costume rouge de la même collection et les bottines en vinyle désormais emblématiques du règne de Simons à la tête de la maison française.
Parmi les autres labels à apparaître, Céline, Davidelfin, le label éponyme du créateur espagnol déjà chargé de la réalisation des uniformes dans Les Amants Passagers, et Forte_ Forte. Les designers italiens Paolo et Giada Forte ont collaboré au vestiaire des deux protagonistes avec quatre pièces issues de leur collection.

Et l’attention d’Almodóvar portée au choix du vêtement ne date pas d’hier. Personne n’a oublié les créations futuristes arborées par Victoria Abril dans Kika, la robe Chanel vintage que Penelope Cruz porte dans Étreintes Brisées, ou plus récemment la combinaison seconde peau signée Jean-Paul Gaultier d’Elena Anaya dans La piel que habito, sorti en 2011.

La combinaison seconde peau d’Elena Anaya dans La piel que habito a été dessinée par le couturier Jean-Paul Gaultier.

La relation entre le couturier français et Pedro Almodóvar débute au milieu des années 80 quand ils se rencontrent pour la première fois dans le club parisien Les Bains Douches. « Je me sentais connecté à son éclectisme, son sens de l’humour et son audace naturelle. Nous avons tous les deux été appelés « enfant terrible », et ce, sans avoir jamais vraiment voulu faire scandale. C’est la simple conséquence de notre spontanéité », déclarait le réalisateur dans une interview accordée au Hollywood Reporter.

Leur première collaboration remonte à la sortie de Kika en 1993 quand Jean-Paul Gaultier – avec qui il partage aussi une fascination pour la comédienne Rossy de Palma – est chargé de la réalisation des costumes du film, avec l’aide de Gianni Versace. Le créateur et le réalisateur feront aussi équipe plus tard sur les tournages de La Mauvaise Education et de La piel que habito, dans lequel une robe à fleurs Dolce & Gabbana occupe un rôle décisif dans le bouleversement tragique du récit. Karl Lagerfeld, en inconditionnel touche-à-tout et ami du réalisateur, s’était lui aussi essayé à l’exercice du costume pour Talons Aiguilles.

Campagne Missoni printemps-été 2012
Photo : courtesy of Juergen Teller

En 2010, le magazine américain Harper’s Bazaar commandait au photographe Jason Schmidt une série exceptionnelle de huit clichés inspirés de scènes mythiques des films d’Almodóvar. Sonia Rykiel, Gaultier, Lagerfeld ou encore Betty Catroux se sont prêtés au jeu aux côtés de Pedro Almodóvar lui-même, du mannequin Mariacarla Boscono et d’Angela Missoni.

Le trio se retrouvera rassemblé deux ans plus tard à l’occasion d’une campagne Missoni dont le réalisateur devient l’espace d’une saison ambassadeur et égérie. Un rôle qu’il endossera à nouveau en 2013 pour incarner l’Homme des Galeries Lafayette sous l’objectif de Jean-Paul Goude, qui déclarait alors élogieusement au quotidien Metro : « S’il ne m’avait pas demandé de travailler sur son dernier long métrage, Les Amants Passagers, je n’aurais jamais pu l’approcher d’aussi près et vérifier de visu s’il était aussi charismatique que je l’avais imaginé. Je ne me suis pas trompé : gentil, respectueux, brillant, il est aussi d’une extrême rigueur ; une sorte de main de fer dans un gant de velours ». Tout est dit.

Le film Julieta de Pedro Almodóvar sortira en France le 18 mai 2016.


Julieta
Julieta Bande-annonce VO

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

lire la suite

> voir tout

Art

Jusqu’au 21 juin, le photographe Ilyes Griyeb vend ses clichés en ligne au profit du comité La Vérité pour Adama