Versace’s Female Empowerment  

Article publié le 26 février 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Crédit : Fashion GPS

The gang was all there. Gigi, Kendall, Karlie, Mariacarla, Jourdan and Natasha all walked the Versace catwalk on Friday night. And that was just the tip of the supermodel iceberg. There is just something about this brand that demands, and expects, the best. After all, they are there to represent one of fashion’s powerhouse businesswoman — Donatella Versace. 

And like any savvy businesswoman she was able to read the fashion tea leaves and effortlessly tapped into this season’s growing athleticwear trend, a style that folded in 80s icy pastel color palette subtext to give the idea a touch of retro cool. 
Versace’s confidence continues to grow, as proven in the way she recently moved past her brand’s more traditional tropes to bring in a few new codes to call her own. One of the strongest from this latest show was the expert insertion of invisible zippers into different parts of her body-hugging designs. The way they curved across a leg, bisected a sporty top or were left undone to expose a leg made it possible for the woman wearing a garment to determine the level of sexiness she wanted to display herself. That sort of sartorial control is Versace at its best. 
Even Hadid’s nip slip, while wearing the final gown — a black number with lines of jagged sequins that resembled what you might see on a Richter scale readout — became a moment of female empowerment in the vein of the Femen movement. Versace gave the model a high five as they crossed paths during the finale and afterwards Hadid posted a message on Twitter about the wardrobe malfunction. She used it as a way to promote Versace’s chain link jewelry, the perfect example of a woman taking control of her narrative and creating her own history. 
Versace would be proud. 

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2020 ?

Des cols oversized aux hommes en talon en passant par le premier défilé du label sud-coréen Kimhékim au sein du calendrier officiel, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Paris printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2020 ?

De la première collection femme de Silvia Venturini Fendi, en solo depuis la disparition de Karl Lagerfeld, au final historique du défilé Versace avec Jennifer Lopez, en passant par l’avalanche de motifs naïfs et le retour à une certaine sobriété, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Milan printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2020 ?

Ouverture au grand public, trenchs retravaillés, poitrines soulignées ou silhouettes asymétriques, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Londres printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2019 ?

La diversité des inspirations continue de faire la force de Paris. La femme est élégante, mystique, goth, rock, et surtout, elle regarde vers le futur et refuse la binarité des genres.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2019 ?

Alors que Riccardo Tisci y a présenté sa vision pour Burberry, Londres a encore prouvé qu’elle était l’un des épicentres d’une jeune création bouillonnante d’idées.

DéfilésMode

lire la suite

> voir tout

DéfilésMode

Les sons de la semaine : Christine and the Queens, Jorja Smith, Lolo Zouaï, Mahalia et JMSN