Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Article publié le 27 septembre 2018

Share :

Photo : Prada printemps-été 2019
Texte : Pierre A. M’PELÉ

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

Le départ de Gucci pour Paris a sonné comme une alarme mais heureusement Milan ne manque pas de ressources créatives. Les géants du secteur comme Prada, Fendi et Max Mara ont redoublé d’efforts et confirmé l’hégémonie des 90’s, de la technicité et du glamour italien.

L’OBSESSION : L’ATHLEISURE

La femme 2019 devra encore (faire semblant de) jouer les sportives. La vision est athlétique, technique et fonctionnelle, pour une silhouette parée à toutes les situations, tous les exercices et tous les déplacements.

Chez Fendi, Karl Lagerfeld anoblie le cycliste dans une collection faite pour des femmes qui bougent. On retrouve également des parkas en PVC, un savant mélange de tailoring traditionnelle mais revisité avec des poches XXL par exemple. Sans oublier les sacs multifonctions et multi-poches, parfaits pour une randonnée sur l’Avenue Montaigne.

Quant au créateur Giorgio Armani, il a dévoilé plus d’une centaine de looks pour sa ligne sportswear Emporio Armani, présentés dans un terminal d’aéroport. De la mode pour vadrouilleurs et athlètes de luxe aussi aperçue chez Iceberg et Sportmax avec des parkas, des coupes-vents, des ceintures et des mousquetons.

Photos de gauche à droite : Fendi printemps-été 2019, Emporio Armani printemps-été 2019, Iceberg printemps-été 2019, Sportmax printemps-été 2019.

L’ABONDANCE : MONCLER

Cette saison encore, Moncler propose plusieurs lignes et réunit plusieurs jeunes designers dans le cadre de Moncler Genius. L’idée ? Doper son capital créatif. On y retrouve la ligne Moncler 1952 ainsi que des collaborations avec le créateur japonais Hiroshi Fujiwara de Fragment Design. L’anglais Craig Green a lui présenté des tentes portables d’un génie artistique sans fails  et la Londonienne Simone Rocha a une fois de plus injecté son romantisme à la fois victorien, noir et punk.

Photos de gauche à droite : Moncler 2 1952 printemps-été 2019, Moncler 5 Craig Green printemps-été 2019, Moncler 4 Simone Rocha printemps-été 2019, Moncler 7 Fragment Hiroshi Fujiwara, printemps-été 2019.

LA CÉLÉBRATION : 90’S ENCORE ET TOUJOURS

Chez Versace, Donatella a encore frappé fort. La directrice artistique a puisé dans les archives de son frère et de Versus Versace pour dévoiler une collection très pop, avec notamment des pulls multicolores à rayures portés sous vestes en vinyle. Une façon de prouver que l’empreinte Versace peut se coller à tous les styles.

Cet esprit très grunge, on l’a aussi retrouvé chez la jeune création. Massimo Gionetti de MSGM s’est inspiré des années 90 avec une collection faisant honneur au tie & dye. Chez GCDS, c’est le côté futuriste de la fin du 20e siècle qui a servi d’inspiration. On pense Pokemon, rave, et un look de femme a trois seins rappelant le film culte de science-fiction Total Recall sorti en 1990.

Photos de gauche à droite : Versace printemps-été 2019, MSGM printemps-été 2019, GCDS printemps-été 2019.

LE MANTRA : SEXY BACK

Toujours défenseur d’une femme sexy, Milan a cette saison encore plus fait monter la température. Même chez l’intellectuelle Miuccia Prada, on retrouve une mode assez osée : de la transparence, des décolletés plongeants et des jupes courtes.

Chez Alberta Ferreti, les codes emblématiques de la maison sont encore là : peau dénudée et transparence. Mais c’est chez N° 21 que l’affirmation est la plus forte avec plusieurs pièces en vinyle près du corps, pour une femme prête à s’initier au BDSM.

Photos de gauche à droite : Prada printemps-été 2019, Alberta Ferretti printemps-été 2019, N°21  printemps-été 2019.

L’INTEMPOREL : CAMEL SANS FILTRES

Généralement réservés aux collections automne-hiver, les tons marrons et beiges ont envahi les podiums de Max Mara, Agnona ou encore Tod’s ; rappelant la douceur d’un été indien.

Photos de gauche à droite : Maxmara printemps-été 2019, Tod’s printemps-été 2019, Agnona printemps-été 2019.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

L’édito de Yann Weber, directeur de la rédaction du nouveau numéro d’Antidote : Statements

L’identité d’Antidote, sur laquelle je me suis longtemps interrogé, s’est dessinée en filigrane ces 10 dernières années à travers ce grand rhizome de personnalités variées qui s’étire à l’horizontale de page en page, où les normes excluantes qui ont longtemps caractérisé le monde de la mode s’effacent pour laisser place à une vision inclusive et ouverte, au sein de laquelle les stigmates disparaissent.

Comment les mythiques Blitz Kids ont réinventé la mode et la musique

En deux petites années, entre 1979 et 1980, du côté du quartier de Covent Garden à Londres, une soirée organisée tous les mardis soir au sein du minuscule Club Blitz a changé la face de Londres, de la mode, de la pop music, lancé la vague baroque et fière des Nouveaux Romantiques, et renvoyé définitivement l’uniforme des punks au rayon vintage. Retour vers le futur.

Neith Nyer reverse tous les bénéfices de sa nouvelle collection en faveur des trans noirs brésiliens

Fondé en 2015 par Francisco Terra, le label Neith Nyer fait son retour en grande pompe avec « Globe of Death ». Une collection inaugurant le projet « Neith Nyer Artisanal », né d’une collaboration entre le designer brésilien et une flopée de créatifs, dont la totalité des bénéfices sera reversée à Casa Chama, une association brésilienne qui lutte pour faire valoir les droits des personnes noires et transgenres.

Les algorithmes peuvent-ils prévoir la mode du futur ?

Avec le basculement vers le tout-digital, la data et les prédictions s’apprêtent à jouer un rôle décisif dans la relance des secteurs de la mode et du luxe. Comme dans chaque crise, les rapports de force évoluent et le recours aux algorithmes, bien qu’encore perçus comme opposés à la création, s’intensifie. D’abord pour rassurer, ensuite pour tenter de prévoir l’avenir.

Série mode : 2 Moncler 1952, Issue d’Antidote : DESIRE

Découvrez les pièces parmi les plus marquantes de l’été 2020 dans cette série mode inédite issue du nouveau numéro d’Antidote photographié par Ferry van der Nat, avec Chanel, Balenciaga, Versace, Lacoste, Ann Demeulemeester, Rombaut. Commandez dès maintenant Antidote : DESIRE sur notre eshop au prix de 15€.

Série mode : les looks de Richard Gallo reconstitués en exclusivité pour Antidote

Publiée dans le numéro printemps-été 2020 d’Antidote, cette fashion story dédiée à Richard Gallo mêle pièces d’archives issues de son vestiaire et looks reconstitués à partir de photographies, arborés par Tyrone Dylan.

lire la suite

> voir tout

Mode

Jusqu’au 3 juillet, la galerie UTA Artist Space explore l’identité noire avec l’exposition digitale « Renaissance: Noir »