Marco de Vincenzo’s Fake Fashion  

Article publié le 26 février 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Crédit : Fashion GPS

It had been a long time coming but on Friday afternoon, after fifteen years working at Fendi, designer Marco de Vincenzo finally presented his first signature handbags to the world.

You couldn’t miss them. And considering his collection had quite a lot going on this season, that is saying something. But there they were, with their distinctive pudgy silver-clawed paw shape, being worn with almost all the looks and in every possible color of the rainbow (a de Vincenzo hallmark). They fit right in with this raucous collection that was, with its bright clashing prints, use of tinsel-like Lurex and an abundance of what could only be called fun fur, the sartorial equivalent of artificial flavoring. Everything about this show was off the wall, cartoony and fake, just the way de Vincenzo wanted it.
There is no question now in anyone’s mind that this is a designer who is believed to be one of Italian fashion’s next leaders. The investment by LVMH in his brand certainly proved he has some big gun support. And by producing such a decisive “balls to the wall” collection, he underlined his desire to shake up the status quo of quintessential Italian style.
It’s good that de Vincenzo continues to push himself. But this season, his collection ran the risk of putting his brand in a diabetic coma. It was just keyed too many super charged ideas. Among all that agitation the connection to the core identity of his brand became frayed.

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2020 ?

Des cols oversized aux hommes en talon en passant par le premier défilé du label sud-coréen Kimhékim au sein du calendrier officiel, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Paris printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2020 ?

De la première collection femme de Silvia Venturini Fendi, en solo depuis la disparition de Karl Lagerfeld, au final historique du défilé Versace avec Jennifer Lopez, en passant par l’avalanche de motifs naïfs et le retour à une certaine sobriété, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Milan printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2020 ?

Ouverture au grand public, trenchs retravaillés, poitrines soulignées ou silhouettes asymétriques, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Londres printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2019 ?

La diversité des inspirations continue de faire la force de Paris. La femme est élégante, mystique, goth, rock, et surtout, elle regarde vers le futur et refuse la binarité des genres.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2019 ?

Alors que Riccardo Tisci y a présenté sa vision pour Burberry, Londres a encore prouvé qu’elle était l’un des épicentres d’une jeune création bouillonnante d’idées.

DéfilésMode

lire la suite

> voir tout

DéfilésMode

Les sons de la semaine : Christine and the Queens, Jorja Smith, Lolo Zouaï, Mahalia et JMSN