La playlist de la Fashion Week Homme de Milan

Article publié le 23 juin 2016

Share :

Texte : Astrid Faguer
Photo : courtesy of Prada

De Prince ressuscité pour les beaux yeux de Donatella aux notes d’un orchestre jazz chez les siciliens Dolce & Gabbana, la capitale lombarde joue principalement la carte de la nostalgie et de la douceur de vivre. À l’italienne.

DSQUARED2, ENTÊTANT

C’est chaussés de bottines compensées défiant les lois de la gravité, que les hommes de Dean et Dan Caten s’avancent sur fond d’un savoureux mélange de standards musicaux, allant de la new wave disco au rock alternatif. Ressortent notamment des cartons les tubes entêtants « Atomic » de Blondie ou « Take me Out » de Franz Ferdinand remixé par les Daft Punk. Ultra dansant, reste que le port des chaussures à maxi plateforme limite.

1. Theme from mineurs box 27, BOT’OX
2. Just what I needed, The Cars
3. Atomic (Armand short’s circuit mix) Blondie
4. Atomic, Blondie
5. Finale : Take me out (Daft Punk Remix), Franz Ferdinand

VERSACE, DU SON SUR MESURE

Au son du titre « Cream » et d’une bande originale exclusive que Prince avait écrite pour Donatella Versace il y a quelques années, la reine de l’exubérance rend hommage au chanteur et musicien de génie disparu à 57 ans en avril dernier. Et la note d’intention de préciser « Donatella aimerait profiter de l’occasion pour partager l’incroyable musique d’un être cher, un ami regretté ». Prince est mort, vive Prince.

1. Cream, Prince
2. Chanson inédite de Prince composée pour Donatella Versace

CANALI, DES GRANDS CLASSIQUES

Introduit par Gianfranco Ferre en 1993 dans le cercle très fermés des sound designers de défilés, le DJ milanais Matteo Ceccarini soigne aujourd’hui la bande son de la maison Canali. A l’affiche du grand son qui oscille entre musique de films et morceaux de piano aux accents mélancoliques. Avec en prime une composition du maestro himself intitulée « Lero », glissée au beau milieu de la playlist. Sans fioritures.

1. Rabbit & Rogue, Danny Elfman
2. Exodus, The Cinematic Orchestra
3. Pride and Prejudice, Jean-Yves Thibaudet
4. Dr. Van Helsing and Dracula, Michael Riesman
5. Struggle For Pleasure, Wim Mertens
6. Lero, Matteo Ceccarini
7. People help the people, Birdy

DOLCE & GABBANA, ÇA PART EN LIVE

Si les dernières saisons Domenico Dolce et Stefano Gabbana nous avait habitués à livrer des shows sur fond d’inspiration méditerranéenne – au choix la Sicile natale, l’Andalousie ou la Grèce -, cette saison ils mettent la musique au cœur du débat dans un décor de discoteca de haute volée. Au programme les hommes mélomanes de Dolce & Gabbana sont coiffés de casques sur les oreilles et tiennent à bout de bras des sacs aux allures de postes de radio. En fond, l’énergie du groupe de jazz new-yorkais Hot Sardines qui revisite le swing des années vingt. Ultra pêchu. Comme toujours chez Dolce & Gabbana.

Concert live de Hot Sardines

PRADA, ARCHI POINTU

Une playlist exigeante signée Frédéric Sanchez qui navigue entre sons rétro psychédéliques et notes futuristes. A l’image de la mode d’avant-garde distillée par Miuccia Prada.

1. Army Of Me, Bjork
2. Dogov Godov, Driftmachina
3. Insomnia, Faithless
4. Bedtime Story, Madonna
5. All I need, Air
6. What Goes On, The Love Kittens,
7. Brownsville Turn Around On the Tex Mex Border, The KLF
8. Higher Than The Sun, Primal Scream
9. O.B.E, The Orb
10. The Voice Of Enigma, Enigma
11. Little Fluffy Clouds, The Orb
12. Techno Trence, D Shake
13. Aguirre I Lacrima Di Rei, Popol Vuh
14. AM Somewhere Out Of Beaumont, The KLF
15. Venus, Space

JIL SANDER, EN MODE CINECITTA

En introduction, quelques notes de Giovanni Fusco, compositeur italien de musique de films, acolyte du réalisateur Michelangelo Antonioni, autre géant italien. Ensemble, ils ont collaboré notamment pour les films « L’Aventura », « L’Eclipse » ou « Le Désert Rouge » – à l’origine du premier morceau du show. Une entrée en matière cent pour cent transalpine, avant de virer vers un son plus minimaliste, qui colle à la peau des hommes Jil Sander.

1. Astrale Deserto Rosso, Giovanni Fusco
2. Cathedral Oceans, John Foxx
3. Closer Than We All Thought, Mark Van Hoen
4. Raise The Dead, The Field
5. The Follower, The Field

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Comment Patrick Cowley a reinventé le disco en inventant la sulfureuse Hi-NRG

Entre les années 1970 et 1980, les premiers pas de la libération homosexuelle et l’arrivée de la pandémie du VIH, la Hi-NRG, un dérivé électronique du disco inventé de toutes pièces par le producteur Patrick Cowley, fait danser les gays dans d’immenses clubs entre San Francisco, New York, Londres et Paris. Histoire d’un courant musical aux effluves de poppers, qui n’aura duré qu’une poignée d’années mais a complètement transformé la pop et la dance music.

Musique

Sound 83 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

L’artiste espagnol, dont le DJ set lors de la Desire Party d’Antidote a révélé tout le talent, est de retour avec un troisième mix exclusif pour MagazineAntidote.com. Listen to the beat.

Musique

Sound 82 : le nouvau mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set incandescent lors de la dernière soirée d’Antidote (célébrant la sortie du numéro Desire), et dévoilé un premier mix composé en exclusivité pour notre site la semaine dernière, le jeune virtuose des platines Vittos est de retour cette semaine avec un second mix électronique inédit. Enjoy.

Musique

Sound 81 : le premier mix de Vittos pour Antidote

Après avoir livré un DJ set magnétique lors de la Desire Party célébrant la sortie de notre numéro printemps-été 2020, l’artiste espagnol Vittos s’apprête à dévoiler quatre mixes exclusifs sur Antidote (au rythme d’un par semaine), dont voici le tout premier. À écouter sans modération.

Musique

Bamao Yendé et Le Diouck explosent les frontières avec l’EP « 55 Degrees »

Le patron de Boukan Records dévoile un premier EP enregistré aux côtés de son acolyte Le Diouck, et s’impose définitivement comme le fervent défenseur d’une musique électronique brute, énergique et fiévreuse.

Musique

Interview : le rappeur emo-futuriste Laylow sort un album sur une intelligence artificielle

Persuadé à raison d’évoluer en marge d’un rap français obsédé par les streams, Laylow fait de son premier véritable album, « Trinity », une œuvre radicale où son verbe se fait économe, au service d’un univers extrêmement visuel. L’opus tire son nom d’une intelligence artificielle inventée, conseillant le rappeur dans sa vie émotionnelle. Rencontre.

Musique

lire la suite

> voir tout

Musique

Pourquoi il ne fallait pas rater la Desire Party d’Antidote