Fausto Puglisi Tries to Connect  

Article publié le 25 février 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Crédit : Fausto Puglisi

Fausto Puglisi was feeling nostalgic this season. The Italian designer decided it was time to bring together all the things he loves into one collection. Or as he said after his show on Wednesday night, « it’s all about disconnected connections ». Those were the only two words on the designer’s mood board backstage where images of religious robes mingled with giant gemstones, red puckered lips, palm trees, cowboys and abstract modern art. It was a daunting assortment but Puglisi has always been a designer willing to take risks.

On the catwalk, to the soundtrack of Madonna singing her hits in concert, the blending of ideas worked fairly well. It was most successful when the designer played with dimensionality on his outfits. So a swirling abstract top would appear with a skirt in the same pattern, only crafted from embroideries or jeweled embellishments. In the same vein, patchwork knitwear on cardigans used different weaves across the garment and those outerwear pieces that hinted at Letterman’s jackets looked smart.

But the problem with referencing the things that you have always loved is that you risk revisiting one too many times the same fertile grounds. This is where Puglisi felt a bit stuck. The palm tree motif, the wide short circle skirts, the studded cowboy boots and belts and the sexy sliced-out torso dresses are all tropes the designer knows like the back of his hand. And the fashion world has fully assimilated those concepts and have a hard-wired connection between them and this house.

Puglisi is nothing if not bold. Now he needs to take that leap and forge some new avenues for his label.

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2020 ?

Des cols oversized aux hommes en talon en passant par le premier défilé du label sud-coréen Kimhékim au sein du calendrier officiel, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Paris printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2020 ?

De la première collection femme de Silvia Venturini Fendi, en solo depuis la disparition de Karl Lagerfeld, au final historique du défilé Versace avec Jennifer Lopez, en passant par l’avalanche de motifs naïfs et le retour à une certaine sobriété, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Milan printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2020 ?

Ouverture au grand public, trenchs retravaillés, poitrines soulignées ou silhouettes asymétriques, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Londres printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2019 ?

La diversité des inspirations continue de faire la force de Paris. La femme est élégante, mystique, goth, rock, et surtout, elle regarde vers le futur et refuse la binarité des genres.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2019 ?

Alors que Riccardo Tisci y a présenté sa vision pour Burberry, Londres a encore prouvé qu’elle était l’un des épicentres d’une jeune création bouillonnante d’idées.

DéfilésMode

lire la suite

> voir tout

DéfilésMode

Les sons de la semaine : Christine and the Queens, Jorja Smith, Lolo Zouaï, Mahalia et JMSN