Altuzarra’s Time to Shine  

Article publié le 14 février 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Crédit : Altuzarra

It is time, ladies and gentlemen, for Joseph Altuzarra to have his Oscar moment. The designer has long been beloved by fashion’s most influential followers and has, over the past few seasons, been on quite a creative roll. But now is the moment for him to break big and become a household name that can be pronounced by every Suzy Homemaker on the planet.

And with his latest collection he really has a shot at making this happen. If stylist-to-the-stars Rachel Zoe, who was sitting in the front row doesn’t snap up one, if not both, of the final two shimmering metallic sequin-covered handkerchief-hemmed gowns, then she has lost a step. Both of those gowns were screaming for their big red carpet moment. 


Other than the fantastic finish to his show Altuzarra had a lot of other pieces not destined to awards ceremonies for major consideration. Inspired, if ever so lightly, by the Jim Jarmusch vampire flick starting Tilda Swinton “Only Lovers Left Alive”, the collection channeled more the main character’s fascination with the world than her sartorial leanings. This resulted in a lineup that was also captivating in its own way, a mélange of different ethic reference points, prints, colors and textures that could – through the designer’s now signature fitted jackets, pencil skirts and tailored pants – be immediately identified as an Altuzarra design. 


All of it felt in equal measure new and familiar, which makes any garment just that much more attractive. When you can understand this at a fundamental level and yet still find clothing to be original in a collection, this shows a designer who is working “in the zone”.

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2020 ?

Des cols oversized aux hommes en talon en passant par le premier défilé du label sud-coréen Kimhékim au sein du calendrier officiel, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Paris printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2020 ?

De la première collection femme de Silvia Venturini Fendi, en solo depuis la disparition de Karl Lagerfeld, au final historique du défilé Versace avec Jennifer Lopez, en passant par l’avalanche de motifs naïfs et le retour à une certaine sobriété, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Milan printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2020 ?

Ouverture au grand public, trenchs retravaillés, poitrines soulignées ou silhouettes asymétriques, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Londres printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2019 ?

La diversité des inspirations continue de faire la force de Paris. La femme est élégante, mystique, goth, rock, et surtout, elle regarde vers le futur et refuse la binarité des genres.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2019 ?

Alors que Riccardo Tisci y a présenté sa vision pour Burberry, Londres a encore prouvé qu’elle était l’un des épicentres d’une jeune création bouillonnante d’idées.

DéfilésMode

lire la suite

> voir tout

DéfilésMode

Les sons de la semaine : Christine and the Queens, Jorja Smith, Lolo Zouaï, Mahalia et JMSN