Ackermann’s Army  

Article publié le 5 mars 2016

Share :

Texte : Jessica Michault
Crédit : Haider Ackermann

The siren’s voice beckoned to them, calling the models by name, as they appeared on the catwalk, each of them an honored member of Haider Ackermann’s new velvet army, one ready to take on the world with their romantic rigor and sleek chic attire. 

They walked with precision and presence down the runway, their sculptural velvet wrapped « Pippi Longstocking meets Dr. Seuss » dreadlocks backlit by spotlights to create shadows on the gold and green carpet. Their armor was a selection of sharp epaulet-shouldered coats, slim-fitted jackets and cropped second skin trousers that left plenty of space for the designer’s wickedly witchy pointy-toed boot to make a clear impact. 


To diffuse the austerity in the construction of his pieces, Ackermann was able to soften the blow through the use of crushed jewel-hued velvets. It looked particularly appealing as the colorful front half of the aforementioned pants featuring supple leather at the back. That made it feasible to actual bend and move within the confines of such strict silhouettes. 


He also embedded a softness into his graphic black and white chevron designs by cutting many of them in a fuzzy mohair fabric or by playing up the fitted look thanks to ruffles bursting out the sides of jumpsuits, leaving the torso exposed, almost as if the garment couldn’t take the exactitude any more and needed to break free. Freedom could also be felt in the long silk dresses that had been sliced back so one entire leg was left bare. Shimmer tweet jackets with frayed edging introduced an element of raw grace into the lineup. 


There will be many women who would follow the call to join Ackermann’s army next season. The question remains how many of them will make the cut when it comes to his unsparing silhouette. 

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2020 ?

Des cols oversized aux hommes en talon en passant par le premier défilé du label sud-coréen Kimhékim au sein du calendrier officiel, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Paris printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2020 ?

De la première collection femme de Silvia Venturini Fendi, en solo depuis la disparition de Karl Lagerfeld, au final historique du défilé Versace avec Jennifer Lopez, en passant par l’avalanche de motifs naïfs et le retour à une certaine sobriété, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Milan printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2020 ?

Ouverture au grand public, trenchs retravaillés, poitrines soulignées ou silhouettes asymétriques, voici ce qu’il ne fallait pas manquer lors de la dernière Fashion Week de Londres printemps-été 2020.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Paris été 2019 ?

La diversité des inspirations continue de faire la force de Paris. La femme est élégante, mystique, goth, rock, et surtout, elle regarde vers le futur et refuse la binarité des genres.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Milan été 2019 ?

Malgré le départ exceptionnel de Gucci et l’absence de Bottega Veneta, Milan a maintenu sa place grâce à ses poids lourds qui, entre l’athleisure et les années 90, ont aussi prôné le retour d’une silhouette ultra-sexy.

DéfilésMode

Que faut-il retenir de la Fashion Week de Londres été 2019 ?

Alors que Riccardo Tisci y a présenté sa vision pour Burberry, Londres a encore prouvé qu’elle était l’un des épicentres d’une jeune création bouillonnante d’idées.

DéfilésMode

lire la suite

> voir tout

DéfilésMode

Les sons de la semaine : Christine and the Queens, Jorja Smith, Lolo Zouaï, Mahalia et JMSN