Le Paris d’Eva Truffaut

Article publié le 18 novembre 2015

Texte : Eva Truffaut

Dans le contexte des évènements tragiques du 13 novembre, nous avons décidé de republier des textes de notre « Paris Issue » paru à l’automne 2013.  

La géographie d’une ville s’écrit d’abord avec les noms de ses rues, places, et impasses. Alors quel pourrait être le texte et sous-texte de Paris ? Eva Truffaut retrace pour mémoire un Paris au futur antérieur parce que tout peut arriver : fiction amoureuse, rendez-vous sur divan de psychanalystes et autres… Si les noms de Paris s’écrivent en toutes lettres, ceux des personnes restent à l’état d’initiales. Et s’il n’y a pas de lettres capitales, c’est qu’il n’y en a qu’une : Paris capitale… vue par Eva.

Ebauche et fragments d’un roman-photo en forme de nomenclature sélective et désordonnée où il est question d’elle, de lui, d’autres et de paris.

rue de l’avenir, elle l’aurait aperçu pour la première fois… rue abel gance, il aurait un faux air d’antonin artaud… impasse d’angers, il se coucherait sur elle, la réveillerait, se foutrait de ses protestations, elle oublierait son nom pas le dégoût… place d’aligre, il fumerait des pétards coupés à la strychnine au petit déjeuner… rue de l’ambroisie, ils déclameraient ginsberg… rue amelot, l’hôtel serait sordide… rue d’amsterdam pas la moindre vitrine rouge… place d’anvers et contre tout… rue de l’arc-en-ciel, double fucking rainbow all the way accross the sky… rue des archives, elle n’en démordrait pas… rue de l’ave maria, elle ne croirait en rien…

/ rêve : rue beethoven, un jeu de chaises musicales, son premier coca, un goûter d’anniversaire, on l’y traiterait de sale juive, elle n’y retournerait pas /
/ rêve : rue des belles feuilles, elle retrouverait f. et a. ils se cacheraient derrière la porte pour espionner les patients de c. /

cité bergère, edwige, éric, fredo, jenny, paquita… tel serait son privilège… avenue bertie albrecht pour mémoire

/ rêve : rue bois le vent, au coin, le marchand de marrons, les gaufres de retour de l’école, on la prendrait pour un garçon, elle ne démentirait pas /

rue de la bonne, anna, celle qu’on sonne… rue des bons enfants, la lumière serait sinistre, les murs abricot, elle ne reviendrait pas samedi prochain, le lui dirait, il n’en tiendrait pas compte, l’attendrait quand même… passage de la boule blanche, elle photographierait alain c… allée des brouillards, l’ombre de modiano… rue du calvaire, c’en serait un pour elle… rue des camélias, tousser, dire trente-trois… rue cannebière, le souvenir d’une installation de louise bourgeois… rue de capri ils n’en finiraient pas d’en finir.
/ rêve : rue de la chaise, un dimanche d’hiver chez m. l’appartement serait sombre, elle jouerait aux ambassadeurs avec l. et t. /

rue charles baudelaire, dîner chez des hipsters mondains, au retour elle les rayerait de son carnet d’adresses… rue charlot, les nuits chez un amant de passage dont l’héroïne ne serait pas elle… rue de la chine, l’hôpital, elle n’en dirait rien… rue des cinq diamants, quatre shooteuses sur le bitume… place des cinq martyrs du lycée buffon pour mémoire

place colette, sa nuque sentirait le cèdre… rue du commandeur, y dîner d’un festin de pierre… impasse de la confiance, la sienne vacillerait.

/ rêve : rue du conseiller collignon, elle serait enfant, six ans peut-être, au 5 un figuier défierait le bon sens, au 23 vivrait mendès france, il lui rappellerait son grand-père qu’elle n’aurait vu qu’en photo /

rue de la convention, un avortement, il y aurait des complications… rue copernic, après la mort de sa grand-mère, elle n’entrerait plus dans une synagogue… rue de cronstadt ni marin ni révolte… place dalida, elle oublierait un instant qu’elle avait deux fois dix-huit ans… route de la demi-lune, en fin d’après-midi, elle irait y chercher l’enfant, au retour, elles chanteraient dans la voiture… rue du départ, ils trinqueraient à leur divorce… passage du désir, ces deux-là seraient inséparables… rue du dessous des berges, salade de papaye verte à la citronnelle, un thé, l’addition s’il vous plaît… impasse des deux anges, dans les limbes d’une grossesse qui ne parviendrait pas à son terme, elle ne dormirait plus tout à fait… rue des deux boules, l’amour dans un filet vingt centimètres au-dessus de votre tête, ces dernières pages de pariscope qu’elle aurait lues le feu aux joues… rue des deux ponts, sur la rivière, il y en aurait trois… passage des deux portes, un somptueux duchamp… square du diapason, leur premier désaccord.

/ rêve : rue du dôme, elle y avorterait sans anesthésie, « ça vous apprendra, ma petite ! » /

square des écrivains combattants morts pour la france, pour mémoire

rue d’édimbourg, les châteaux, les poneys shetlands sur les cartes postales de sa mère en voyage de noces… rue élie faure qu’elle aurait lu après avoir vu pierrot le fou… rue étienne marey, elle frôlerait la schize… rue de fleurus, au 27, gertrude stein, alice toklas… rue du foin, elle n’en ferait pas… rue foucault qu’elle rebaptiserait rue michel, ça ne ferait rire qu’elle… rue fragonard, elle ne fermerait pas le verrou… rue françoise dolto, lui reviendrait le souvenir du divan de serge l… place fréhel parce qu’eustache… rue des frigos, elle s’en remettrait à lui pour ne plus s’en remettre… rue des gardes, elle resterait sur les siennes… quai de la gare, il l’embrasserait, le lendemain, elle quitterait le père de son enfant pour lui… rue georg friedrich haendel parce qu’ombra mai fu…  rue george balanchine, miss nichols, sa professeur de danse, porterait un collier à breloques qui tinterait à chaque pas… rue george eastman, fini le super 8… rue georges bernanos parce que bresson et pialat… rue georges perec parce W… rue ginette neveu, pas qu’un peu… 9 rue gît le coeur, le beat hôtel ne serait plus, burroughs, resterait immuable… rue de la goutte d’or, le tajine du dimanche… rue du groupe manouchian pour mémoire

rue gustave courbet, la librairie cèderait la place à une boutique de fringues… rue gustave flaubert, elle n’y ferait pas son éducation sentimentale… place hannah arendt… rue hélène jacubowicz pour mémoire

place henri bergson, elle traverserait le square, une aile de pigeon lui frôlerait le visage, elle en garderait une aversion définitive… place de l’institut elle ne réfrénerait pas son fou rire en apprenant l’élection de w à l’académie… rue des iris, sur son passeport les siens seraient « noisette »… rue des irlandais, ceux de vincennes, forcément… square james joyce, il lui offrirait l’édition bilingue d’ulysse qu’elle lirait à haute voix… rue du japon pour le goût du saké… avenue jean jaurès vincent l’attendrait en terrasse… allée jean paulhan malgré céline, malgré jouhandeau… rue jean renoir, elle se rendrait à l’évidence… place joseph epstein pour mémoire… allée des justes de france pour mémoire

place kossuth parce qu’art and language… cité du labyrinthe, ne pas perdre le fil… rue lauriston pour mémoire

rue léon pour pierre du même nom… rue des lilas, elle mentirait… rue de la lingerie, elle n’en porterait pas ce soir… rue de lisbonne, une lettre de miguel lui annonçant que la cinémathèque serait en péril… quai de la loire, elle y ferait l’amour un jour d’août, plus tard, elle y retrouverait yorgos…allée louise labé elle vivrait, mourrait : se brûlerait, se noierait. elle aurait chaud extrême en endurant froidure… rue louise weiss, ses jambes se déroberaient devant billingham… quai du louvre elle jetterait son alliance dans la seine sans en faire la moindre… rue de la lune et si c’était une fille comment l’appellerait-elle ? rue mabillon, le spectre bienveillant de perec au carrefour… rue madame, elle retrouverait un homme… passage de la madeleine, sous la lueur pâle de l’étoile du matin… rue mahler pour leonard kastle.

/ rêve : avenue marcel proust, elle mourrait deux fois pour y ressusciter devant une caméra /

rue marguerite duras, il n’aurait aucun humour, ce serait rédhibitoire… place des martyrs juifs du vélodrome d’hiver pour mémoire rue des mauvais garçons, merci, elle aurait donné…

rue merlin, rien d’enchanteur, le psy serait rasoir, elle n’y retournerait pas… place mireille, le fantôme d’emmanuel berl… avenue moderne, was ist ein moderner mensch ?

/ rêve : rue de montevideo, le kaddish des orphelins derrière la porte close, de retour du lycée, le long de la voix ferrée, la remailleuse de bas aurait cédé son bail, caroline b. aurait disparu /

rue des morillons « non mademoiselle » on n’aurait pas retrouvé de bague… rue mornay, le jeu d’homophonie pour conjurer un sort… square de la mutualité, elle y aurait vu les clash, en serait repartie le genou démis… rue myrha, elle ne céderait pas au chantage affectif… rue de naples, on ne la ménagerait pas, il faudrait opérer, ce serait urgent… avenue de new york, le plafond scintillerait au passage des bateaux-mouches.

/ rêve : rue nicolo, elle ferait une fausse couche, à ses côtés, a. chanterait don giovanni, la sage-femme serait en larmes /

rue du nil, la morphine ne ferait plus effet… rue d’oradour sur glane pour mémoire

rue orfila, elle retrouverait m. dans le noir, insoler, révéler, fixer, rincer, suspendre, il l’initierait… villa des otages demeurerait un mystère… rue oudinot, l’anesthésie échouerait, on attendrait l’autorisation pour un protocole alternatif… rue des partants, elle ne le serait plus, il la plaquerait contre la grille, les passants feindraient l’indifférence… rue pascal, à l’hôpital, elle choisirait de rester seule… place paul léautaud, elle demanderait le divorce… rue de la perle, d’une rigueur métronomique, elle se rendrait tous les mardis, l’exercice serait profitable… rue perrault, elle découvrirait pina bausch grâce à la barbe bleue… rue du petit musc, mêlé au benjoin et au patchouli, elle s’en parfumerait… rue des petites écuries, elle envisagerait l’été à tarquinia… rue petrarque tenterait-elle le ventoux ? rue de la pierre levée, au numéro 22, deux jean-claude y vivraient… avenue pierre premier de serbie, les fenêtres du salon feraient face à la tour eiffel, celles de la chambre donneraient sur le jardin du musée galliera, elle n’y serait plus retournée après la mort de f… place pigalle, pierre carré ne chanterait plus aux noctambules, les prostituées aussi auraient déserté, seul vestige inchangé la vieille boule à facettes.

/ rêve : porte de vanves, après le lycée, elle irait vendre ses vêtements aux puces, s’achèterait une robe pour danser le soir même… elle croiserait annette m. et christian b. /

rue primo lévi pour mémoire
impasse de la poule… rue poulet… rue poussin… rue du pré, adieu veau, vache, cochon, couvée… rue des quatre fils, elle n’en aurait jamais… rue du regard, au 5, les séances chez pierre f. se feraient de plus en plus ambigües, en montant l’escalier, elle croiserait j… rue rembrandt, de nuit préférablement… villa rimbaud, huit heures, sonner à l’interphone… 5 rue robert estienne, elle entendrait monter les cris des gamins depuis la cour de l’école.

/ rêve : rue du rocher, un flic à la retraite lui ferait passer le permis, il ne se contenterait pas de la frôler /

rue saint… non, elle éviterait scrupuleusement tous les saints, ne se vouant à aucun… impasse de la santé, il ne serait pas nécessaire d’en dire davantage… rue santeuil, son prénom lui reviendrait en mémoire… rue sauvage, il ferait une overdose, on appellerait le samu, sa mobylette serait volée dans la nuit… rue de seine, elle ne lui en ferait pas… square séverine, le velvet dans le casque, elle envisagerait de le quitter… rue de sévigné, elle brûlerait toutes ses lettres… rue sigmund freud, ses jambes ne la porteraient plus, ce serait le premier symptôme… passage des soupirs, ils ne seraient jamais allés à venise … rue stephenson, elle ne cèderait pas… rue taylor, he wouldn’t be rich… rue de téhéran, elle partirait pour neauphle… passage du télégraphe, il la demanderait en mariage par jalousie… rue du théâtre, elle prendrait ses scènes en horreur… rue du tage, elle disparaîtrait brutalement… rue de tombouctou, 52 jours de chameau… rue des trois frères, elle déplorerait n’en avoir pas… passage des trois sœurs, elle garderait son nom de jeune fille… impasse des trois visages, le laboratoire posterait les résultats, le diagnostic ne serait pas fatal… rue du tunnel, où était-il quand elle avait besoin de lui ? passage de l’union, il ne supporterait pas qu’un autre la fasse jouir… rue valéry larbaud, il lui offrirait ulysse en édition bilingue, elle en ferait la lecture à haute voix… rue vaneau, la peur deviendrait familière… rue de varenne, elle se ferait la malle… place de varsovie, sa première victime serait le chien… passage de la vérité, de retour dans sa chambre, elle s’effondrerait… place victor et hélène basch pour mémoire

rue de la victoire, ni chagrin ni pitié… rue des vertus, elle serait résolue… rue de vienne, les gélules vertes feraient enfin effet… rue des vignes, pas de regret… rue violet, elle changerait la serrure… passage de la visitation, ses menaces resteraient sans effet… cours de vincennes, chaque fois il jurerait que ce serait la dernière… galerie vivienne, elle ne serait pas dupe… rue vital, elle prendrait ses jambes à son cou… rue de la voûte, elle reprendrait son souffle… rue watt, elle ne se retournerait pas… boulevard de la zone, elle serait enfin libre.

 

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

« Chaque mort est une naissance » : découvrez la nouvelle exclusive de Simon Johannin pour Antidote

Simon Johannin, auteur français de 28 ans remarqué pour ses romans L’Été des charognes (2017) et surtout Nino dans la nuit (2019) – cosigné avec sa femme, Capucine Johannin –, ainsi que pour son recueil de poésie Nous sommes maintenant nos êtres chers (2020), signe ici un texte inédit et très personnel, qui retrace le surgissement brutal d’un traumatisme oublié aux lisières de sa conscience. Le point de départ d’une réflexion aux accents spirituels, qui l’amène à dépasser le cadre de la rationalité pour mieux appréhender l’âme humaine et le monde sous toutes leurs formes, y compris les plus noires.

Lire la suite

« Every Death is a Birth »: discover Simon Johannin’s exclusive short story for Antidote

Simon Johannin, the 28-year-old French author known for his novels L’Été des charognes [The Summer of carrions] (2017) and Nino dans la nuit [Nino at night] (2019) – co-authored with his wife, Capucine Johannin – as well as for his collection of poetry, Nous sommes maintenant nos êtres chers [We are now our loved ones] (2020), pens an unpublished and very personal text, which recounts the sudden resurgence of a forgotten trauma at the edges of his consciousness. This serves as the starting point for a spiritual reflection, which leads him to push beyond the framework of rationality in order to better apprehend both the human soul and the world in all their forms, including their darkest ones.

Lire la suite

Découvrez l’écrin en édition limitée dessiné par Olivier Rousteing pour le whisky Chivas XV

Olivier Rousteing apporte un nouveau regard sur la bouteille de whisky Chivas XV et la réinvente en imaginant un écrin au design exclusif destiné à mettre en avant ce blend de 15 ans d’âge. Une édition vendue en quantité ultra-limitée dans un pop-up store dédié qui ouvrira ses portes du 6 au 16 décembre 2021 dans l’atrium des Galeries Lafayette Champs-Elysées.

Lire la suite

Quel·le·s artistes seront à retrouver lors de la série d’événements culturels organisés par Calvin Klein ce week-end, à Paris ?

Tout au long du week-end du 20 et 21 novembre 2021, Calvin Klein organisera une série d’événements artistiques ouverts à tous·tes au sein de 3537, le nouvel espace culturel de Dover Street Market – situé à quelques mètres du flagship la marque. Découvrez la liste des artistes qui s’y relaieront pendant deux jours à travers une exposition ainsi qu’une série de concerts live, de DJ sets ou encore de performances de spoken word.

Lire la suite

Qui était le·a plus effrayant·e à la Antidote Halloween Party ?

Après une pause de deux ans – restrictions sanitaires obligent – la soirée Halloween d’Antidote faisait son grand retour le samedi 30 octobre dernier. Organisée une nouvelle fois au Silencio, elle rassemblait une horde de créatures aussi flamboyantes qu’effrayantes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.