Il était une fois Photoshop

Article publié le 5 mars 2015

Share :

Apparu au début des années 1990 aux Etats-Unis, via la maison star de logiciels Adobe, Photoshop a immédiatement été adopté par les professionnels de la mode. Certes, la retouche avait toujours existé, mais elle n’avait jamais été aussi simple.

D’un seul coup, tout a été possible. Amincir une silhouette, éclairer un visage, corriger un défaut, rajouter des décors, jouer avec la luminosité et les contrastes… Tout ceci en un clic. Magique ? Assurément. Tant et si bien que beaucoup, enivrés par le pouvoir de leur baguette magique, en ont abusé. Ainsi, Photoshop a connu bien des dérapages – on ne compte plus les couvertures de magazines où les stars étaient méconnaissables, voire inhumaines. Parce que trop parfaites, tout simplement.

Comme on a pu le constater sur les défilés Marc Jacobs ou Valentino du printemps-été 2015, ou sur de nombreuses campagnes publicitaires, de Givenchy à Theory, la peau laissée à l’état naturel est le nouveau statement beauté. La perfection n’a plus lieu d’être. L’objectif : laisser voir les pores, les petits duvets et autres aspérités soigneusement dissimulées jusqu’ici. Une tendance qui suit une autre, celle d’apposer son veto à la retouche, comme l’ont fait récemment Keira Knightley, Cindy Crawford ou Lara Stone, pour montrer son corps post grossesse.

Mais ne sous-estimons pas le pouvoir de Photoshop : grâce à lui, la beauté peut, au même titre que le passage du mascara ou l’application d’un baume à lèvres, apprendre à cultiver son naturel.

Un texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

> voir tout

Une exposition signée Virgil Abloh II

Alors qu’il dévoilait il y a quelques jours les pièces nées de sa collaboration avec le label californien de Carol Lim et Humberto Leon Opening Ceremony, l’ancien Club Kid Walt Cassidy, mieux connu dans les années 90 sous le pseudonyme « Waltpaper », publie aujourd’hui un beau livre dédié à la sous-culture qui a secoué la […]

ArtBeautéFresh News

Pourquoi les hommes sont la nouvelle cible de l’industrie du maquillage

Face à une nouvelle génération d’influenceurs brisant le tabou du make-up au masculin, l’industrie de la beauté fait voler en éclats les frontières du genre à coups de cosmétiques 100% mixtes. Une façon de réinventer, à grand renfort de marketing, le maquillage comme un outil d’expression personnelle, loin des stigmates d’une féminité standardisée.

Beauté

Qui se cache derrière les premiers parfums Louis Vuitton ?

Pour la première fois de son histoire, la maison Louis Vuitton a décidé d’explorer l’univers des parfums. Ses sept nouvelles fragrances signatures incarnées par Léa Seydoux sont l’œuvre de Jacques Cavallier-Belletrud, maître parfumeur et créateur des iconiques L’Eau d’Issey et Dior Addict. Le nez de la maison dévoile pour Antidote les secrets dont il a hérité de ses pères et raconte le long et passionnant processus de conception d’un parfum.

Beauté

Le maquillage est-il passé de mode ?

Teint brillant, bouche nue, regard épuré : le no make-up déboulonne les standards beauté, aussi bien sur les podiums que les comptes Instagram des célébrités. Entre tendance stylistique et statement naturaliste, anatomie d’une rébellion devenue révolution.

Beauté

RuPaul, l’avant garde transgenre

Alors qu’un beau livre sera bientôt dédicacé à la drag queen touche à tout, géniale et haute en couleurs chez Rizzoli, 3 raisons qui ont fait de RuPaul une icône en avance sur son temps et toujours à la page.

BeautéModeMusique

Contouring, DIY, gender fluidity : et si Boy George avait tout inventé ?

Bien avant l’ère du gender fluid, Boy George était l’icône beauté ultime. Symbolisant à merveille l’art flamboyant de l’androgynie dans la pop des années 80, la new wave et le mouvement néo-romantique, son manuel de « maquillage et de look » sorti en 1984 n’a pas pris une ride.

BeautéMusique

lire la suite

> voir tout

BeautéMusique

NOW GENERATION : la nouvelle série mode issue du magazine