Wim Wenders présente une installation monumentale au Grand Palais, à Paris

Article publié le 19 avril 2019

Art

Photo : Wim Wenders.

Jusqu’au 22 avril, le réalisateur allemand présente (E)motion, une installation cinématographique monumentale qui met en scène des extraits de ses films sur les murs de la nef du Grand Palais, à Paris.

Jusqu’à lundi, Wim Wenders propose une immersion au cœur de sa filmographie avec (E)motion, une installation cinématographique monumentale créée à partir d’extraits tirés de ses propres films. Ces derniers ont été rassemblés par le cinéaste pour composer une vidéo inédite qui sera projetée gratuitement tous les soirs de 21h à minuit. Diffusées en haute définition à l’aide de douze projecteurs sur les murs de la nef du Grand Palais transformés en écrans monumentaux, les images se superposent ainsi à l’architecture pour donner vie à une expérience globale qui offre une nouvelle façon d’appréhender les œuvres du réalisateur des Ailes du désir.

Sans trame narrative, (E)motion propose une expérience visuelle novatrice qui permet de se concentrer sur l’esthétique des long-métrages, présentés en tant qu’objets plastiques. S’en dégagent malgré tout plusieurs fils conducteurs, dont notamment une obsession pour le mouvement. Thème omniprésent dans l’œuvre du cinéaste allemand, à l’origine des road-movies Alice dans les Villes et Paris, Texas, le mouvement est d’ailleurs évoqué dans le titre du projet où la lettre « e » est isolée entre deux parenthèses, pour laisser apparaître le mot en anglais.

Photo : (E)motion, Wim Wenders.

Également saisi par le mouvement, le spectateur ne fait plus simplement face aux images mais évolue avec elles dans un seul et même espace gigantesque qui l’englobe, où les éléments architecturaux des murs fusionnent avec les long-métrages. L’occasion de découvrir sous un nouvel angle la filmographie de Wim Wenders, figure emblématique du Nouveau Cinéma allemand.

(E)motion de Wim Wenders est à découvrir gratuitement du 18 au 22 avril, de 21h à minuit au Grand Palais, 3 Avenue du Général Eisenhower, Paris 8. 

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Pourquoi la figure du clown fascine le monde créatif ?

Des mèmes de Donald Trump déguisé aux blockbusters tels que Joker ou Ça, le personnage initialement comique du clown s’affirme désormais comme une figure dramatique, voire inquiétante. Une nouvelle stature qui inspire la mode, la musique et l’art contemporain, attirés par son aura sulfureuse.

Lire la suite

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Lire la suite

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Lire la suite

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Lire la suite

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.