Art

The Smell of Us de Larry Clark : Kids 2.1

Article publié le 14 janvier 2015

Share :

Nous sommes à Paris, sur l’esplanade du Palais de Tokyo où traîne une petite bande de skateurs aussi beaux que vénéneux. Parmi eux, Marie, Math (incroyable Lukas Ionesko), JP, Toff… Ils s’aiment, se détestent, se tournent autour, se séduisent, se rejettent. Certains se prostituent avec des riches dames et des messieurs respectables amateurs d’art. Tout semble glisser sur eux et pourtant rien ne semble les réconforter. Car ils sont avant tout condamnés par une solitude dévorante… Beaucoup murmurent que ce pourrait être le dernier film de Larry Clark et on serait tenté d’y croire – à regret. Car il rassemble là tous ses thèmes de prédilection (la jeunesse, le skate, la drogue, le sexe, la perversion, la mort) avec l’énergie du désespoir. On le voit jouer deux rôles pathétiques : celui de Rock Star, un SDF mascotte de cette bande de jeunes, et celui d’un fétichiste des pieds traumatisant. Esthétique, absolument, réfléchi mais aussi improvisé, The Smell Of Us distille son venin au fil de scènes mémorables, s’imposant comme l’un des meilleurs films de Larry Clark – et nous rappelant inévitablement le choc Kids de 1995.

Un texte de Sophie Rosemont.

the-smell-of-us

Les plus lus

> voir tout

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Une exposition signée Virgil Abloh II

Alors qu’il dévoilait il y a quelques jours les pièces nées de sa collaboration avec le label californien de Carol Lim et Humberto Leon Opening Ceremony, l’ancien Club Kid Walt Cassidy, mieux connu dans les années 90 sous le pseudonyme « Waltpaper », publie aujourd’hui un beau livre dédié à la sous-culture qui a secoué la […]

ArtBeautéFresh News

« La Parade de l’aveuglement » : l’exposition minimale et queer de Dorian Sari

Avec « La Parade de l’aveuglement », le Centre Culturel Suisse (CCS) à Paris consacre la première exposition personnelle en France de l’artiste Dorian Sari, né en 1989 à Izmir (en Turquie), et désormais installé à Bâle. Sculptures, vidéos et performances y résonnent entre elles dans une tentative complexe de transformation des mythologies et des rites. Le corps, joué, heurté ou empêché se débat et s’élance. Il cherche sa place, se mesure au monde. Trouble, non essentialisé, il catalyse les désirs, les paradoxes et les doutes. Le corps, désirant, queer et potentiel est en même temps soi et l’interface à l’autre (la société, le groupe, la communauté).

lire la suite

> voir tout

Art

Que faut-il retenir des Fashion Weeks femme hiver 2020 ?

inscription newsletter antidote

Inscription réussie.