Art

Rencontre avec Petite Noir  

Article publié le 20 février 2016

Share :

Photographies : Kent Andreasen et Travys Owen
Texte : Sophie Rosemont

Oublions l’orthographe douteuse du nom de scène de ce jeune musicien baptisé Yannick Ilunga. Né à Bruxelles d’un père congolais et d’une mère angolaise, sud-africain d’adoption et souvent de passage à Londres, il ne choisit pas entre la cold-wave, l’afro-beat ou le hip-hop. Et ça marche !
Tout en étant invité sur le meilleur titre du dernier disque des Shoes, « Lost In London », il a fait grand effet avec son premier album, La Vie est Belle/Life is Beautiful, paru à l’automne dernier. Et devrait bientôt nous faire frissonner en live…

Pouvez-vous nous parler un peu plus de ce qu’est la Noirwave, dont vous vous réclamez ?
Noirwave est un mouvement. Un état d’esprit. Il est né en tant que mélange entre la new wave et la musique africaine mais je commence à réaliser que c’est bien plus important que ça ! C’est une culture entière qui comprend également des films, de la photographie, de la musique, de la mode… Aujourd’hui, et pour l’instant, c’est le son qui prime le plus à mes yeux. Le noir est le résultat de toutes les couleurs mélangées et je dirais même plus : de toutes nos influences. Libérez vos esprits !

Pourquoi vous être baptisé Petite Noir?
Petite Noir est arrivé de nulle part ! J’aime raconter qu’il m’a été soufflé par Dieu… Je ne suis pas petit mais mon nom, Ilunga, signifie « Petit John » – j’ai ensuite rajouté le « e » pour faciliter les choses aux anglophones. Très simpliste, comme explication, je sais…

Avez-vous trouvé votre place sur la scène artistique du Cap ?
Même si je m’y sens merveilleusement bien, car Le Cap est une ville incroyable, je ne suis pas certain d’avoir apporté autant que d’autres talents sud-africains… Mais j’espère inspirer les gens. Car c’est tout ce qui compte, lorsqu’on est artiste. Il ne faut surtout pas penser à soi, mais aux autres : se dire qu’on poursuit tous le même rêve et qu’on peut l’accomplir ensemble.

Quels artistes vous ont donné envie de devenir musicien ?
Quand j’étais petit, j’adorais Tom Delong de Blink 182. Je le trouvais particulièrement cool… C’était le meilleur, et il avait une vraie signature sonore en tant que guitariste. Kanye West a aussi beaucoup joué dans mon éveil artistique. La première fois que j’ai entendu « 808 & Heartbreaks », je me suis dit que moi aussi je pouvais chanter ! J’ai aussi compris que j’avais ça en moi. Ouvrir son esprit est la seule clé, et c’est ce que Kanye a montré à beaucoup de gens.
D’autre part, j’ai longtemps adoré des groupes des années 2000 issus de la scène metal et hardcore : Underoath, The Devil Wears Prada, Trivium, etc. Puis j’ai découvert l’indie rock, celui de Foals par exemple. Ces mecs ont signé la bande sonore de mes années lycée et tourner avec eux a été complètement dingue. Ils m’inspirent encore beaucoup aujourd’hui.

Lorsqu’on baptise son album La Vie Est Belle, c’est qu’on aime la France, n’est-ce pas ?
Bien sûr, j’adore ce pays. Quand j’étais enfant, ma mère m’a beaucoup emmené en France, nous y avons de la famille, j’ai des frères qui étudient ici… Je suis d’ailleurs le seul à n’avoir jamais appris la langue mais c’est la première que j’ai entendue après ma naissance. Jouer en France, c’est vraiment une expérience particulière à mes yeux… Je me rappelle d’un journaliste me disant que j’étais « la voix de la jeunesse française », ce qui est évidemment complètement exagéré et totalement à côté de la plaque. Mais je ne m’en suis pas remis !

En concert el 8 mars à la Laiterie de Strasbourg, le 9 mars à la Maroquinerie de Paris, le 10 mars à La Fabrique de Nantes, le 11 mars à Echonova, à Sainte-Ave et le 12 mars à Tourcoing, pour le Grand Mix.

Facebook.com

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE