Lartigue et Alice Springs
à la MEP

Article publié le 2 juillet 2015

Art

Texte : Sophie Rosemont

Décidément, l’été parisien est riche d’expositions. Et pas des moindres. Dans la catégorie photographie, on est encore sous le charme des événements consacrés à Jacques Henri Lartigue et Alice Springs à la Maison Européenne de la Photographie.

Concernant Lartigue, il s’agit uniquement de son travail sur la couleur. Tout est magnifique : le bleu turquoise de la piscine, le rouge éclatant des champs de coquelicots, le jaune du short de sa troisième épouse, Florette, présente sur nombre de ces images. Amoureux de la nature, Lartigue s’émerveillait sur ce qu’elle a de plus beau à offrir : ses couleurs, donc, et sa joie de vivre.
À l’étage en dessous, on plonge dans le noir & blanc d’Alice Springs, June Newton de son vrai nom. Fidèle collaboratrice de son époux Helmut, elle est aussi photographe depuis ce jour des années 70 où elle dut le remplacer au pied levé sur un shooting. Fait rare, l’aura de ses sujets (d’Yves Saint Laurent à Charlotte Rampling en passant par Nicole Kidman et, forcément, Helmut Newton) apparaît telle qu’elle est, nullement enrayée par le « clac » du cliché.

« Je suis empailleur des choses que la vie m’offre en passant ! » disait Lartigue. Grâce à la photographie, nos petits existences humaines deviennent immortelles, et n’est-ce pas là tout ce dont on rêve ?

Jusqu’au 4 novembre : Lartigue, la vie en couleurs et Alice Springs à la MEP, 5/7 Rue de Fourcy – 75004 Paris
http://www.mep-fr.org

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.