Harry Gruyaert et Gérard Rondeau à la MEP

Article publié le 15 avril 2015

Art

La nouvelle saison de la Maison Européenne de la Photographie est à voir absolument. Parmi les quatre (excellentes) expositions parsemées ici et là dans le joli bâtiment de la rue de Fourcy, dans le Marais, nous nous sommes attardés chez Harry Gruyaert et Gérard Rondeau. Deux photographes a priori aux antipodes mais qui, chacun à leur manière, réinventent notre identité – par ce qui nous entoure ou ce que nous sommes. L’un manie la couleur avec éclat et densité, l’autre voit le noir et blanc avec une clairvoyance confondante. Lorsque Gruyaert dit : « Il s’agit d’une vraie bagarre avec la réalité, une sorte de transe pour enregistrer une image ou peut-être tout manquer. C’est dans cette bagarre que je me situe le mieux », on le croit sur parole. En témoignent ses paysages à la fois banals et insensés des plages du Nord ou des salles de transit d’aéroport. Rondeau, lui, cultive l’autofiction (la photographie de sa bibliothèque nous parle particulièrement) mais aussi le portrait. On y rencontre des personnages comme Roy Lichtenstein ou Anna Mouglalis et des villes parfois dévastées par la guerre (Sarajevo). Une fois encore, la MEP vient de lancer une belle saison…

Jusqu’au 14 juin Harry Gruyaert et Gérard Rondeau , au bord de l’ombre à la Maison Européeenne de la Photographie , 5, rue de Fourcy, 75004 Paris

Un texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

Pourquoi la figure du clown fascine le monde créatif ?

Des mèmes de Donald Trump déguisé aux blockbusters tels que Joker ou Ça, le personnage initialement comique du clown s’affirme désormais comme une figure dramatique, voire inquiétante. Une nouvelle stature qui inspire la mode, la musique et l’art contemporain, attirés par son aura sulfureuse.

Lire la suite

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Lire la suite

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Lire la suite

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Lire la suite

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.