Germaine Krull
au Jeu de Paume

Article publié le 2 juin 2015

Art

Cet été, le Jeu de Paume poursuit son exploration du travail du photographe au féminin avec Germaine Krull et Valérie Jouve (mention spéciale, cependant, au Coréen Khvay Smmang, pour son installation L’Homme-caoutchouc). La première est une figure complexe, à la fois passante et titulaire, de l’image du XXe siècle. La seconde fait partie des grands noms de la photographie contemporaine, et ses Corps en résistance exposés au premier étage du Jeu de Paume ne diront pas le contraire.
Mais Krull, à laquelle est destinée le rez-de-chaussée, capte cette fois notre attention. De sa naissance en 1897 à sa mort en 1985, elle a vécu plusieurs voyages, psychiques comme géographiques. Une enfance en liberté, un engagement bolchévique, la prison, les mariages éphémères, les reportages de guerre, la révélation mystique, le retour au bercail, en Allemagne, pour se retirer et mourir discrètement. Elle a vécu aux Pays-Bas, en France, en Amérique Latine, en Inde. Elle a photographié les architectures métalliques urbaines (ses « fers »), les nus féminins, les autoroutes, le Dalaï-Lama, les mains de Colette ou de Cocteau – cette partie du corps la fascinait.

Avec un corpus de 130 tirages, pages de revues et extraits de livres, la rétrospective consacrée à Germaine Krull est dense. Regroupée sur un seul et même étage, elle se termine aussi abruptement que s’est conclu la carrière de la photographe, trente ans avant son décès…

Jusqu’au 27 Septembre : Germaine Krull (1897-1985) – Un destin de photographe au Jeu de Paume, Concorde Paris.
www.jeudepaume.org

Un texte de Sophie Rosemont

Les plus lus

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

lire la suite

voir tout

Art

Comment le Moyen Âge est-il redevenu cool ?

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.