« Douleur et Gloire » : le nouveau film très introspectif de Pedro Almodóvar

Article publié le 17 mai 2019

Art

Photo : Antonio Banderas dans Douleur et Gloire.
17/05/2019

Le nouveau long métrage du réalisateur espagnol sort en salle ce vendredi et sera présenté à Cannes ce soir.

« Douleur et Gloire est-il un film basé sur ma vie ? Non, et oui, absolument ». Ainsi s’ouvre la bande-annonce du dernier long métrage du réalisateur Pedro Almodóvar, présenté ce vendredi 17 mai au festival de Cannes, conjointement à sa sortie en salle. Une autofiction dans laquelle Antonio Banderas – qui tourne pour la huitième fois avec Almodóvar – interprète Salvador Mallo : un metteur en scène en panne d’inspiration, soumis aux insomnies et tourmenté par ses souffrances, tant sur le plan physique que psychique. Double à peine déguisé d’Almodóvar, sujet à la photophobie, aux migraines et au mal de dos, Salvador renoue alors avec Alberto – incarné par Asier Gómez Etxeandia -, l’acteur de son film Sabor, tourné trente-deux ans plus tôt et qui s’apprête à faire l’objet d’une projection suite à sa restauration.

Sorte de thérapie, tant pour son personnage principal que pour celui qui l’a écrit, Douleur et Gloire emmène le spectateur au cœur d’une introspection comme jamais ce ne fut le cas dans le cinéma d’Almodóvar. Lumineux, les flashbacks nous mènent sur les traces de l’enfance de Salvador et dévoilent sa relation avec sa mère, jouée par Penélope Cruz. Résultat d’un véritable « travail de détective sur soi-même » tel que l’a déclaré le réalisateur, le film s’aventure de chaque côté de la frontière qui sépare la fiction de la réalité, pour mieux brouiller les pistes. Ainsi, Salvador arbore la même coiffure ébouriffée, porte les chaussures personnelles de celui qui l’a dirigé et habite dans un appartement qui n’est autre que la reproduction de celui de Pedro Almodóvar à Madrid. Remarquable, le stylisme, où l’on reconnaît quelques pièces Prada – marque pour laquelle il a joué les égéries en 2017 – reprend également ses propres vêtements, reproduits et ajustés.

Porté par l’émotion contenue dans le titre Come Sinfonia de la chanteuse italienne Mina et une palette de couleurs explosives, Douleur et Gloire est le sixième film présenté par Pedro Almodóvar au festival de Cannes, qui ne l’a pourtant encore jamais récompensé d’une Palme d’or. Alors après Tout sur ma mère, Volver, Étreintes brisées, La piel que habito et Julieta, Douleur et Gloire sera-t-il le long-métrage qui le consacrera ? En Espagne, où il est sorti en avant-première le 22 mars dernier, c’est en tout cas un immense succès.

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

Shalva Nikvashvili : « La liberté de notre société est une utopie à laquelle je rêve encore »

Après avoir quitté l’ultra-orthodoxe Géorgie et s’être heurté à l’hostilité de la société occidentale face à sa condition d’immigré, l’artiste Shalva Nikvashvili explore la notion d’identité à travers une pluralité de médiums allant de la sculpture au dessin en passant la vidéo, la photographie ou encore la poésie. Ses créations plastiques tiennent d’un savoir artistique fait main et interpellent par les matières recyclées avec lesquelles elles sont exécutées et leur design hétéroclite. Elles traduisent par ailleurs une adresse manuelle que l’artiste tient de son éducation au milieu de la campagne géorgienne, à Sighnaghi, son village natal, où il a appris à faire œuvre de rien dès son plus jeune âge.

Lire la suite

Les photos des vernissages de l’exposition « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen »

Merci d’avoir été aussi nombreux·ses aux vernissages de « Antidote Curates x Mariette Pathy Allen », la première exposition solo parisienne dédiée à l’artiste pionnière Mariette Pathy Allen. Ces événements se sont déroulés plusieurs soirs de suite afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes, malgré les restrictions liées à la Covid-19 (pour précision, toutes les personnes présentes au sein de la galerie portaient un masque, mis à part lorsqu’elles étaient prises en photo). L’exposition, qui a démarré le 27 janvier, se tiendra jusqu’au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30, au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris), avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est la première artiste invitée par Antidote Curates, bientôt exposée à Paris ?

La première exposition Antidote Curates rassemblera des photographies de Mariette Pathy Allen du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30), au 20 rue des Gravilliers, dans le 3ème arrondissement de Paris, avec le soutien de Gucci. Voici son interview, issue de la première édition d’Antidote Curates, parue en septembre dernier.

Lire la suite

Antidote organise la première exposition solo de la photographe Mariette Pathy Allen à Paris

Nous vous accueillerons du 27 janvier au 10 février 2022 (du mardi au dimanche, de 11h30 à 19h30) au 20 rue des Gravilliers, dans le troisième arrondissement de Paris, et espérons que vous serez nombreux·ses à venir découvrir l’œuvre de Mariette Pathy Allen à travers cette première exposition Antidote Curates, organisée avec le soutien de Gucci.

Lire la suite

Qui est Lev Khesin, l’artiste inspiré par la cosmologie qui a collaboré avec Berluti ?

Installé à Berlin depuis une vingtaine d’années, l’artiste russe Lev Khesin est le dernier à avoir été invité par la maison Berluti pour une collaboration. Dévoilée en avril 2021 à travers un film intitulé « Living Apart Together » et immortalisée par le photographe Lee Wei Swee dans notre dernier numéro, la collection automne-hiver 2021/2022 de la maison offrait une nouvelle dimension aux peintures abstraites de l’artiste russe, né en 1981, retranscrites par Kris Van Assche sur des chemises en soie, des pulls ou encore des costumes. 

Lire la suite

Newsletter

Soyez le premier informé de toute l'actualité du magazine Antidote.