Qui est Desiree Akhavan, la réalisatrice queer la plus captivante du moment ?

Article publié le 9 novembre 2018

Share :

Photo : Desiree Akhavan dans la série The Bisexual.
Texte : Théo Ribeton.

Quelques mois après le sacre de son long-métrage Come As You Are au festival de Sundance, Desiree Akhavan, auteure et interprète de la série événement The Bisexual (diffusée depuis le 10 octobre sur Channel 4 et sur la plateforme Hulu), s’est imposée cette année comme la nouvelle reine de l’indé queer.

Si son visage vous est vaguement familier, c’est peut-être à cause de son apparition dans la saison 4 de Girls, où Desiree Akhavan incarnait Chandra, camarade de writing class d’Hannah (Lena Dunham). Son nom, lui, commence déjà à s’installer dans les esprits outre-Atlantique, en partie comme celui d’une actrice (elle continue de jouer, majoritairement dans ses propres créations), mais surtout celui d’une réalisatrice, lauréate en 2018 du Grand prix du festival de Sundance pour Come As You Are (titre originalThe Miseducation of Cameron Post) – l’adaptation d’un témoignage choc sur les camps de « reconversion » anti-gay, où Chloë Moretz incarne une adolescente lesbienne prisonnière des institutions homophobes de l’Amérique profonde, jouant aux côtés de Sasha Lane.

Fille de parents immigrés iraniens qui ont fui la révolution islamique en 1984, Desiree Akhavan a grandi à New York et étudié à la réputée Tisch School of the Arts avant de se faire connaître pour The Slope (une web-série sur des « lesbiennes superficielles et homophobes »), puis surtout pour un premier film, Appropriate Behaviour, en 2014 : une chronique post-rupture d’une brooklynienne d’origine perse, entre gestion des parents (qui ignorent sa bisexualité) et satire de la vie des hipsters new yorkais. Assez donc d’autobiographie – ou plutôt d’autofiction – pour la voir immédiatement affublée d’une comparaison qui lui colle durablement à la peau : « la Lena Dunham bisexuelle » (et/ou « iranienne »). Un titre qu’elle récuse : « Donald Glover écrit, réalise et interprète Atlanta. Quand une femme devient auteure, elle est automatiquement un bootleg de sa prédécesseure », déplorait-elle récemment sur Harper’s Bazaar.

Hommes, femmes, mode d’emploi

Programmé à Sundance, Appropriate Behaviour lui vaut un premier coup de projecteur mais pas encore de prix. L’année suivante, elle préside le jury de la Queer Palm à Cannes, qui sera remise à l’unanimité à Carol de Todd Haynes. Ava Cahen, journaliste et membre de ce même jury se rappelle d’une femme « à fort caractère, extravertie, drôle. Elle avait vu tout Todd Haynes, jusqu’à ses obscurs courts-métrages. Elle citait d’autres modèles comme Woody Allen, Todd Solondz ou Noah Baumbach ». Ailleurs, la réalisatrice se réclame aussi de Catherine Breillat (À ma sœur ! est un de ses films favoris), ou encore de l’humour grinçant de Louis C.K..

Un panthéon personnel à demi étonnant, pas tellement queer et aujourd’hui en partie frappé du sceau de l’infamie post-Weinstein. Desiree a eu l’occasion de s’en défendre, attaquant vertement les acteurs et actrices qui continuaient de collaborer avec Allen, mais déplorant par ailleurs le traitement de l’affaire Louis C.K., accusé par plusieurs femmes de s’être masturbé devant elles : « je l’aime, je l’ai aimé et je ne sais pas de quelle manière mon ressenti a changé à son sujet. J’aimerais plus de dialogue, je trouve ridicule que lui n’en parle pas », expliquait-elle dans Culture Whisper.

Photo : Desiree Akhavan sur le tournage de Come As You Are.

Son parcours à elle est marqué par les collaborations féminines. D’abord celle avec Ingrid Jungermann, ex-compagne et partenaire d’écriture, avec qui elle fut citée en 2012 parmi les 25 nouveaux visages du cinéma indé par le magazine Filmmaker pour leur web-série lesbienne The Slope. Ensuite, c’est avec la jeune scénariste Cecilia Frugiele qu’elle a co-écrit et produit Come As You Are, ainsi que sa nouvelle série The Bisexual. Ce n’est pas un heureux hasard. En août dernier dans The Observer, elle fulminait : « toutes les fictions queer mainstream ont été faites par des hommes – ça me dégoûte ».

Let it bi

2018 est une année charnière pour sa carrière. La lumière crue qu’elle jette sur l’homophobie de l’Amérique redneck dans Come As You Are emporte la faveur du jury de Sundance, et la projette en icône de l’Amérique queer. Mais ce n’est pas outre-Atlantique que son histoire se poursuit, mais en Angleterre, où Channel 4 a accepté de produire sa série The Bisexual. « Je me rappelle qu’un network américain nous a répondu : “oh mais nous avons Transparent, nous avons déjà une série gay”. Le suivant : “nous avons déjà The Mindy Project”.» Desiree ne se gêne généralement pas pour dire nommément le mal qu’elle pense de tel ou tel studio, de tel ou tel producteur. Et cela donne aussi plus de crédit au bien qu’elle peut dire de tel ou tel autre : « les équipes de Channel 4 n’arrêtaient pas de me demander d’aller plus loin, de faire quelque chose qu’on n’avait jamais vu à la télé ».

Et pour cause, The Bisexual raconte le coming out bi de Leila (jouée par la réalisatrice) qui couche avec son premier homme au sortir d’une relation de dix ans avec une femme, Sadie (Maxine Peake) et entame une exploration du masculin dans une sorte de buddy comedy centrée sur ce tandem, qui s’épaule sans jamais s’amouracher. Soit la première série ouvertement bisexuelle féminine diffusée sur une grande chaîne nationale en prime time. Une aubaine pour la réalisatrice, qui peut enfin dévoiler son travail auprès d’un public plus large, pour qui la sélection du festival de Sundance ne constitue pas la curation ciné de l’année.

En six épisodes, la mini-série fait le point sur la réalité de la vie bi et ses différents obstacles : inconfort de l’appartenance communautaire, manque de safe spaces, étude approfondie des affres du one-night-stand Tu me prêtes ton chargeur ? »), micro-agressions de tout poil (« Est-ce que La Vie d’Adèle représente fidèlement le lesbianisme ? »). Pour Akhavan, c’est le retour à une forme de chronique urbaine satirique et tragi-comique qu’elle avait laissé de côté avec Come As You Are. C’est, aussi, un choix de sujet tout à fait militant : « la bisexualité est autant tabou dans le monde gay que dans le monde hétéro », déclare-t-elle dans The Independent. Il le sera peut-être un peu moins désormais.

La série The Bisexual est à voir sur hulu.com.

À lire aussi :

À lire aussi :

[ess_grid alias= »antidote-home2″]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

ArtCulture

lire la suite

> voir tout

ArtCulture

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE