Art

Culte : Marianne Faithfull filmée par Jean-Luc Godard

Article publié le 27 janvier 2016

Share :

Texte : Violaine Schütz

Dans son film Made in U.S.A., le cinéaste de la nouvelle vague confronte deux des plus belles femmes -à franges de l’époque- (voire de tous les temps) Anna Karina et Marianne Faithfull, dans un clip poétique mettant en scène la mythique ballade de cette dernière, l’émouvante As Tears go by.

Le contexte : En 1966, Godard réalise un de ses films les moins bien compris, l’étrange, ambitieux , politique, philosophique et absurde Made In U.S.A. L’histoire, inspirée d’une histoire vraie ? Paula Nelson (Anna Karina) recherche son fiancé, Richard Politzer, journaliste et le retrouve mort. S’en suivent des aventures qui lui donnent le sentiment, selon les mots du réalisateur, de « naviguer dans un film de Walt Disney, mais joué par Humphrey Bogart, donc dans un film politique. » Parmi les rencontres folles du personnage, on croise la chanteuse Marianne Faithfull, alors âgée de 19 ans, dans un café. Jean-Luc Godard s’invente alors clippeur en filmant deux minutes de performance de la jeune muse des Rolling Stones « a cappella ». Elle y interpréte avec fragilité et émotion « As Tears Go By », qui est devenu un tube folk dans une version plus orchestrée avec instruments à vent et cordes et chœurs féminins, en 1964. Cela lui donne l’occasion d’opposer à l’écran (en champ-contre-champ) deux sex-symboles des années 1960. La brune, Anna Karina, à la beauté confondante, ex épouse du cinéaste, et la blonde, Marianne, surnommée à l’époque « l’ange aux gros seins » qui entretient une liaison passionnée (entre drogues et disputes) avec Mick Jagger. La Parisienne et la Londonienne, dont la blondeur évoque les États-Unis et Hollywood y incarnent deux canons très différents de la beauté : la femme fatale ténébreuse et la lolita aux innocentes tâches de rousseurs.

La chanson : « As Tears Go By » est la première chanson écrite fin 1963 par Mick Jagger et Keith Richards, avec l’aide de leur manager, Andrew Loog Oldham. Jusqu’alors, ils n’étaient qu’un groupe de blues rock faisant dans les reprises, contrairement aux Beatles. Ils décident d’offrir la chanson à la jeune artiste Marianne Faithfull (qui n’est pas encore la maîtresse de Mick), car ils la jugent indigne d’être joués par eux (trop ballade, trop sentimentale, pas assez rock’n’roll). Elle l’enregistre à 17 ans et c’est un carton, le single sorti sur le label Decca en juin 1964 atteignant la neuvième place des charts britanniques et la 22e place aux États-Unis. Finalement, une version sera publiée fin 1965 par les Rolling Stones. Selon la légende, Oldham aurait enfermé les deux musiciens dans la cuisine d’un appartement londonien en leur disant qu’il ne les laisserait pas sortir tant qu’ils n’auraient pas composé une chanson. Keith Richards avouera plus tard que si le groupe avait joué ce titre folk à l’époque, ça aurait pu brise l’image sauvage des Stones -et leur carrière- : « On aurait provoqué une tempête de rires qui nous aurait forcé à quitter la salle ».

Pourquoi c’est mythique ?: Si la rencontre entre Anna et Marianne fonctionne si bien, c’est peut-être parce que les deux femmes ont beaucoup en commun. Elles ont toutes les deux été des muses au sens de la mode affûté, qui ont séduit deux monstres sacrés (Mick et Jean-Luc). Monstres sacrés qui n’auront pas toujours été tendres avec ces deux filles fragiles qui auront toute leur vie traîner l’image d’icônes mais aussi d’écorchées vives, dealant chacune avec leur démons : la dépression et l’héroïne. Et les deux idoles auront été des « slasheuses » avant l’heure. Anna, mannequin et actrice, s’est essayé à la chanson, avec la bénédiction de Serge Gainsbourg. Tandis que la chanteuse Marianne, après Made in USA, est apparue dans la comédie musicale Anna de Pierre Koralnik et Serge Gainsbourg en 1967 puis a enchaîné avec deux films sulfureux. Dans Qu’arrivera-t-il après ? (1967) avec Orson Welles, elle est la première à prononcer un mot très vulgaire dans le cinéma UK grand public, et l’année suivante, dans La Motocyclette, elle donne la réplique à Alain Delon, nue sous sa combinaison de cuir. Anna et Marianne : les ancêtres des « it-girls ».

[ess_grid alias= »antidote »]

Les plus lus

> voir tout

Qui est Richard Gallo, pionnier de la performance artistique et sex symbol ?

Sex-symbol de l’underground new-yorkais dans les années 1970, le performeur Richard Gallo a fait de sa manière d’être une œuvre d’art à part entière. Au croisement de la mode, du bodybuilding et du théâtre, sa pratique subversive a transformé la rue en une scène expérimentale, où il exhibait sa musculature parfaite et son vestiaire licencieux mêlant esthétique camp, sado-masochisme et glamour hollywoodien.

Rencontre avec Juan Alvear, le nail artist favori des popstars

Il a réalisé des ongles pour Charli XCX, FKA Twigs, Lil Nas X, Arca, Kelsey Lu ou encore Kim Petras. Juan Alvear, alias @nailsbyjuan.nyc sur Instagram, repousse les limites du nail art et remet en cause les normes policées de la beauté en nous plongeant dans un univers de conte de fée sous acide. Rencontre.

Les algorithmes ont-ils mauvais goût ?

Canal de diffusion essentiel pour les artistes contemporains, le réseau social Instagram est en quelque sorte devenu la première galerie virtuelle internationale. S’affranchissant des intermédiaires traditionnels du marché tels que les commissaires d’expositions ou encore les critiques, l’art 2.0 y prospère. Mais n’est-ce pas au risque de sa propre banalisation ?

Tahar Rahim : « On est en train de foutre en l’air la Terre »

Tahar Rahim a débarqué, il y a dix ans, avec la force et l’évidence d’un uppercut. C’est la révélation d’Un Prophète de Jacques Audiard, qui fait sensation à Cannes en 2009, repartant avec le Grand Prix du Jury, et qui décroche, l’année suivante, neuf Césars dont deux pour son jeune acteur (meilleur acteur et meilleur espoir masculin), ce qui n’était jamais arrivé jusqu’alors. Depuis, Tahar Rahim a multiplié les collaborations, en France comme à l’international. Il est aujourd’hui à l’affiche de The Eddy de Damien Chazelle, une série musicale signée Netflix, sortie le 8 mai 2020, où il joue au côté de sa compagne Leïla Bekhti. Retour sur le parcours, les désirs et les rêves d’un comédien exceptionnel.

Rencontre avec l’artiste Will Benedict, dont l’œuvre reflète l’absurdité du monde contemporain

Il a réalisé une vidéo sur une livreuse Uber Eats dominatrice, un mockumentary (« documentaire parodique », en français) dans lequel des humains nus tombent du ciel, une campagne vidéo apocalyptique pour Balenciaga ou encore des émissions culinaires surnaturelles. Fasciné par l’absurdité humaine, l’artiste américain Will Benedict infiltre la médiasphère et décrypte les codes de l’infotainment avec son humour débridé. Rencontre.

Pourquoi le monde de l’art est-il fasciné par l’adolescence ?

Depuis 2016, la curatrice Julia Marchand explore la fascination pour l’adolescence qu’elle a décelée chez de nombreux artistes via son projet curatorial Extramentale, fondé à Arles. Dans cette interview, elle déroule le fil de sa réflexion sur les connivences toujours plus fortes entre art et teenagehood, alors même que le monde adulte retombe selon elle dans l’adolescence.

lire la suite

> voir tout

Art

Découvrez la quatrième série mode de Ferry van der Nat issue d’Antidote : DESIRE